mercredi 23 mai 2012

☼✺ CADEAU ☼✺

Il fait beau.

Il fait chaud.

Les petits oiseaux ont chanté toute la journée.

Mes rosiers explosent.



Voilà, amis lecteurs.

C'est pour vous.

32 commentaires:

  1. Mais je t'en prie Marco!
    A bientôt :)

    RépondreSupprimer
  2. Wouaouh ! ... et en plusse elles doivent sentir très bon !
    Je suis dans les Hautes Alpes pour trois jours ... la neige est drôlement basse, la température à peine douce, chauffage dans les maisons et les établissements publics ... ville déserte à 18h ... la crise sévit et le printemps tardif ne rend pas l'ambiance festive.
    Plein de bises amicales

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouiii! Elles sentent toutes sortes de parfums de rose! J'ai choisi exprès des rosiers odorants.

      Si je comprends bien j'ai bien fait de déballer mes fleurettes, pour t'égayer un peu la petite Sibérie où tu es en train de claquer des dents. Ça doit être joli quand même, dis-moi, là où tu es.

      Voui, des bises à la rose!

      Supprimer
  3. Finir sa vie de rose avec une vue sur une armoire normande...
    Castratrice !

    RépondreSupprimer
  4. oh que j'aimerai voir et sentir tes jolies roses ! bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. quand tu veux !!

      Supprimer
    2. Si le temps n'est pas trop pourri, tu veux faire un saut ce week end?

      Supprimer
  5. j'imagine aussi la lavande entre les piles de linge dans cette armoire aux lignes ondulantes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a de la lavande, mais pas de piles de linge. Mon armoire est contrariante :)

      Supprimer
  6. Réponses
    1. C'est une armoire. Ton premier coup d'oeil était bon.

      Supprimer
  7. Rien ne fleurit encore dans mon jardin...il pleut et il fait trop froid..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Paris est donc fleuri avant Nice. On marche les pieds en l'air!

      Supprimer
  8. Rommel adorait les roses, hélas le printemps 1944 avait été particulièrement dégueulasse, rien de fleurissait à part les rumeurs de débarquement. C'était la grosse déprime.

    L'armoire normande, ce n'est pas celle qui a survécu au débarquement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon?
      Rommel et moi nous serions donc ratés?
      Quel gâchis :)))))))

      L'armoire est en effet celle qui a survécu aux ruines de la maison de Falaise.

      Supprimer
    2. Il y a peut-être encore un Schleuh planqué là-dedans qui sabote tes pots de confiture ? Ach, sapotache ! Partizann !

      Supprimer
  9. Réponses
    1. Je t'en prie El Camino. C'est un plaisir!

      Supprimer
  10. Trop mimi, ça fait du bien !
    (PS : Vlad, hahahahaaa....)

    RépondreSupprimer
  11. Vlad est un affreux jojo :))

    On passe directement de l'hiver à l'été. Tout fleurit à une vitesse folle.
    Contente de t'avoir ait profiter de ce petit rayon parfumé, CD.
    Bisous!

    RépondreSupprimer
  12. Elles sont superbes ces roses, merci !!!

    RépondreSupprimer
  13. Je t'en prie Nadezda. J'en ai des foisons dans mon jardin et j'ai eu envie de partager.
    Avec le beau temps soudain, mon jardin devient tout fou!
    Bises

    RépondreSupprimer
  14. Cadeau bien reçu, merci pour ce joli foisonnement.
    Chez moi ça commence seulement.
    Suis verte de jalousie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhéhéhé!! Mais tout le plaisir est pour moi :)
      Tu vas voir qu'avec le temps qu'il fait, tu vas me griller au poteau très vite!
      Tu tiens ta revanche!
      Raconte-nous quand tout sera fleuri et que chez nous, il fera à nouveau moche et froid.

      Supprimer
  15. Ouaaouu! Elles sont superbes, tes roses!
    Et moi j'ai deux rosiers qui n'ont pas repris. Ils sont tout secs! Grrrr!
    Et sur les rosiers que j'ai plantés il y a deux ou trois ans, les roses ne sont qu'en bouton.

    RépondreSupprimer
  16. Merciiiii! Oui franchement, en ce moment, elles ne sont pas mal...
    Et comment ça se fait que tes rosiers n'ont pas repris? C'est triste, ça.

    Les boutons deviendront de belles fleurs. Elles s'épanouiront quand les miennes seront toutes fanées. Voilà. tu tiens ta revanche.
    Dans quelle région habites-tu? Tu es en montagne?

    RépondreSupprimer
  17. Avant de déménager, j'avais un jardin où fleurissaient les roses pour lesquelles j'ai une passion : les roses anglaises anciennes. Quand je suis parti, ça a été un réel crève coeur que de les laisser derrière mois.
    http://a404.idata.over-blog.com/0/28/88/99/wildeve.jpg
    http://www.danielschmitz-roses.com/skin/frontend/default/danielschmitz/images/editeur/image/delicieuse%20gourmandise%20(2).JPG
    http://monjardinrv.files.wordpress.com/2009/03/p1030018-11.jpg?w=600&h=450
    http://resa.roseraieduvaldemarne.com/roseraie_internet/IMG/Image/Agenda/Graham-Thomas.jpg

    RépondreSupprimer
  18. Ooh quelle misère! C'était impossible de les emporter dans la nouvelle maison?
    Il faut en planter d'autres!

    J'ai déménagé une partie de mon jardin ici. Si on respecte certaines règles, les rosiers supportent la transplantation.
    Les roses anglaises anciennes sont en effet de vraies merveilles. Elles ont aussi le mérite de très bien supporter les temps grisouilleux.

    Merci pour les images Koltchak. Elles me donnent envie d'aller faire un tour au jardin de Bagatelle dès qu'un rayon de soleil se décidera à apparaître.

    RépondreSupprimer
  19. Impossible, pour la simple (triste et bonne raison que je vis maintenant en appartement. Ils font maintenant la joie des nouveaux occupants. C'est toujours ça.

    Comme il faut faire contre mauvaise fortune, bon coeur, je me suis trouvé une autre passion : les oiseaux. Face à mes baies vitrées, j'habite au 1er étage, il y a une longue rangée d'arbres divers : tilleuls, noyers, platanes, etc. Plus une haie de troènes. Le tout est habité par des merles, rouge-gorge, mésanges charbonnières, mésanges bleues, un pivert, quelques chardonnerets, etc. En outre, habitant maintenant sur le plateau de Saclay je peux observer des hérons, les migrations des oies.

    RépondreSupprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin