lundi 24 juin 2013

Bac 2013: inégalité flagrante d'exigence entre allemand et espagnol

Une de mes filles vient de passer son bac.

Précision utile: celui qui rêve au milieu n'est pas ma fille.

Jeudi dernier, elle est rentrée furax de son épreuve d'allemand langue vivante 2 et ce, pour deux raisons:
Elle n'a commencé à apprendre l'allemand cette année, en terminale. D'où des inquiétudes quant à son niveau. C'est légitime.
Au collège, la principale adjointe nous a mis un fagot de bâtons dans les roues et il a fallu batailler dur pour arracher le privilège d'étudier l'allemand. Il est clair qu'aménager l'emploi du temps lui pesait et que mettre tout le monde à l'espagnol était la solution la plus simple. A la suite de quoi, ses professeurs ont été une suite quasi continuelle de catastrophes pédagogiques. Celui de l'an dernier, qui parlait l'allemand avec l'accent africain, autorisait l'usage des téléphone portables en classe lors des contrôles. Il faut dire qu'ils étaient ardus: on révisait les couleurs et les noms d'animaux.
C'était en classe de première S.

Ensuite elle a trouvé un peu fort que l'épreuve d'espagnol soit  si simple, comparé à celle d'allemand.
De fait, c'est assez étonnant.

Comparons donc:
Le barème est le même. Dix pour les questions et Dix pour l'expression. Le tout coefficient 2.

Dans les deux cas, il s'agit d'une étude de textes à commenter. Trois textes en espagnol et deux textes en allemand.
C'est là que ça se gâte. Je ne comprends rien à l'espagnol et pourtant là, j'ai compris. En outre les textes étaient vraiment très courts.
Comble du comble: les candidats étaient invités à rédiger une partie en français!  Pour le reste, on suppose qu'il faut utiliser l'espagnol.

Côté allemand, c'est autre chose. Je mets au défi un non-initié d'y comprendre quelque-chose: textes autrement plus longs et plus complexes. De vrais textes, quoi.
Les questions sont aussi nettement plus trapues et là, tout est à rédiger en allemand.

Alors quoi?

J'ai très mauvais esprit et je me demande si, histoire de ne pas désespérer Billancourt, on ne fait pas un petit cadeau aux hispanisants, qui représentent l'écrasante majorité des candidats. Un petit coup de pouce, c'est toujours ça de plus dans les stats de réussite au bac.

Maintenant, si les courageux souhaitent se plonger dans l'étude comparée des deux épreuves, c'est là:



Espagnol LV2


Documento 1

El río Amazonas

Kate y Alexander Cold iban en un avión comercial sobrevolando el norte del Brasil.
Durante horas y horas habían visto desde el aire una interminable extensión de bosque, todo
del mismo verde intenso, atravesada por ríos que se deslizaban como luminosas serpientes.
«El río Amazonas es el más ancho y largo de la tierra, cinco veces más que ningún otro.
5 Sólo los astronautas en viaje a la luna han podido verlo entero desde la distancia», leyó Alex
en la guía turística que le había comprado su abuela en Río de Janeiro. No decía que esa
inmensa región, último paraíso del planeta, era destruida sistemáticamente por la codicia1 de
empresarios y aventureros, como había aprendido él en la escuela. Estaban construyendo una
carretera, un tajo abierto en plena selva2, por donde llegaban en masa los colonos y salían por
10 toneladas las maderas3 y los minerales.
Kate informó a su nieto que subirían por un lugar casi inexplorado donde se concentraba
la mayor parte de las tribus.
–En este libro se dice que esos indios viven como en la Edad de Piedra. Todavía no han
inventado la rueda –comentó Alex.
15 –No la necesitan. No sirve en ese terreno, no tienen nada que transportar y no van
apurados a ninguna parte –replicó Kate Cold, a quien no le gustaba que la interrumpieran
cuando estaba escribiendo. Había pasado buena parte del viaje tomando notas en sus
cuadernos con una letra diminuta.
–No conocen la escritura –agregó Alex.
20 –Seguro que tienen buena memoria –dijo Kate.
Isabel Allende, La ciudad de las bestias, 2002
1 la codicia : la cupidité, la soif d’argent
2 un tajo abierto en plena selva : une voie ouverte en pleine forêt vierge
3 las maderas : le bois (matériau)

Documento 2


Entre el hielo y la tierra

A las siete de la mañana de un sábado medianamente despejado y templado, Baltasar
Ushca, un indígena quichua1 de piel curtida, brazos rudos y mirada sonriente, comienza a
poner sobre un camioncito su carga del día: al menos seis bloques de hielo2 natural, de cerca
de 30 kilos cada uno que, envueltos en paja, llegarán raudos3 hasta el mercado de Riobamba,
5 en Ecuador. Al fondo, el espectacular Chimborazo (6.310 metros de altura) lucha por
asomarse entre la bruma mañanera y muestra su persistente blancura glaciar. El pico domina
aún el paisaje de manera rotunda. Ushca, en un español con notorio acento quichua, afirma
que « es muy difícil llegar hasta allá arriba », con los tres burritos4, para bajar los bloques
milagrosos. Hace el mismo viaje, de unas cuatro horas, desde que tenía unos 15 años (hoy
10 tiene 68), cuando había más hieleros5 y bastante más hielo. Ahora él es el último, el único que
se aventura en solitario para aprovechar, con sus viejas hachas, esa mágica mina de agua
sólida, aún presente en esta gigantesca montaña andina que, como muchas otras, se va
derritiendo6 a un ritmo desolador y alarmante.
Según la UICN (Unión Internacional para la Conservación de la Naturaleza), el
15 Chimborazo pierde unos 70 centímetros de cobertura glaciar por año, lo que lanza un oscuro
pronóstico futuro no sólo para Ushca y su curioso negocio sino, además, para las
comunidades, quichuas o mestizas, que viven cerca de este volcán aún bendecido por la nieve.
De él proviene buena parte del agua que sostiene la tierra y la vida de los hombres.
Ramiro Escoba, Ecuador, El País, 22/05/2012
se va derritiendo : fond peu à peu
quichua : groupe de peuples d’Amérique du Sud
seis bloques de hielo : six blocs de glace
llegarán raudos : arriveront rapidement
con los tres burritos : avec les trois petits ânes
los hieleros : les porteurs de glace

Documento 3

Indígenas del “Territorio Indígena y Parque Nacional Isiboro Sécure” (TIPNIS)
y demás regiones se dirigen en una marcha hacia la ciudad de La Paz (Bolivia) en protesta de
la construcción de una carretera1 que pasaría por medio de este parque nacional. Construir una
carretera sobre el TIPNIS ocasionaría la mayor destrucción ecológica en la historia de Bolivia
y un atentado a la vida y cultura de los pueblos.
Blog personal, 28 de octubre de 2011

SÉRIES ES - S
I- COMPRÉHENSION

Documento 1

1- Entresaca tres expresiones que subrayan la grandeza y la belleza del paisaje.
2- Apunta dos frases del texto que indican que la selva está en peligro.
3- Cita una frase que muestra que Kate defiende la manera de vivir de los indígenas.
Documento 2
4- Copia dos elementos que indican que Baltasar Ushca vive gracias a la montaña.
Documents 1 et 3
Répondre en français à la question suivante :
5- Quelle phrase du document 1 illustre le mieux le document 3 ?
Justifier (5 lignes environ).

II- EXPRESSION ÉCRITE

Le candidat traitera au choix l’une des deux questions suivantes.
1- Analiza y comenta la actitud de Kate y de Alexander y di en qué se oponen. (unas 12
líneas)
OU
2- Di en qué medida cada uno de los documentos puede ilustrar un aspecto de la noción
de “Progreso”. (unas 12 líneas)
Rappel : 1 ligne = 10 mots

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ALLEMAND LV2

TEXT - A 

„Das Netz konsumiert Menschen“ 
Einsam in dunklen Räumen vor dem Bildschirm: die Autorin Franziska Kühne erklärt, warum wir trotz Facebook-Freunden vereinsamen. 
Frau Kühne, wie gut tun soziale Netzwerke unseren Freundschaften? 
Gar nicht! Sie veroberflächlichen1 sie. Chatten, Posten, Liken – das sind Formen der passiven Kommunikation, bei der all das verloren geht, was wir brauchen, um Nähe aufzubauen und dauerhaft zu stabilisieren: Mimik, Gestik, Körpersprache, Stimme und Geruch. Facebook-Freundschaften beeinflussen Zwischenmenschliches doch sehr 5 negativ. Online-Netzwerke schaffen viele Dramen. (…) 
1 oberflächlich : superficiel 
2 das Schlaraffenland = la caverne d’Ali Baba 
3 vermeiden : éviter
Ich nenne die sozialen Netzwerke nicht umsonst die schöne neue Psychowelt - das Internet konsumiert die Menschen. 
Was meinen Sie damit? 
Das Schlaraffenland2 Internet schluckt zu viel Zeit und Aufmerksamkeit, die woanders 10 verloren geht. Die Menschen fühlen sich zunehmend einsamer, was in Unzufriedenheit oder Frustration mündet. Sie ziehen sich stärker zurück und entwickeln auch soziale Ängste. 
Was macht uns dann aber so süchtig nach Freundschaften im Netz? 
Im Netz bekommt man schnell Anerkennung, Aufmerksamkeit und Sicherheit. Wenn das 15 alles online immer und schnell disponibel ist, muss man sich in der realen Welt doch nicht ständig darum bemühen. 
Das allein schließt doch nicht die klassische Verabredung mit Freunden aus? 
Nein, aber unbewusst umgeht man so direkte Konfrontationen. 
Man schafft sich gerne einen eigenen Sicherheitsraum. Bei einer Facebook-Nachricht ist 20 man seinem „Freund“ nicht ausgeliefert, muss nicht unmittelbar reagieren. Und man vermeidet3 potentielle Ablehnung, stößt an keine Grenzen. Wird es einem zu viel, blockiert oder löscht man den Kontakt. Soziale Netzwerke bieten einen virtuellen Spielplatz. 
Was ist denn Ihre größte Sorge? 
Dass die Menschen 2050 in dunklen Räumen allein vor hellen Bildschirmen sitzen. Ich 25 hoffe es nicht, aber man kann es nicht ausschließen. 
Interview: Isabella Alt, Focus 31/2012 

TEXT - B 

Lesen ist Kino im Kopf. 

„Lies ein gutes Buch!“ bekam man als Kind oft von Erwachsenen zu hören, wenn man zum Beispiel über Langeweile klagte und der Fernsehapparat ausbleiben sollte. 
Lesen ist tatsächlich etwas Herrliches. „Bücher sind Freunde“, hieß es früher öfter einmal, wenn man ein Buch schlecht behandelte. Und da ist etwas dran: Ein Buch kann einen fast 30 überall hinbegleiten, wo es langweilig werden könnte. Es braucht weder einen Stromanschluss, noch einen Internetzugang und auch keine Mobilfunkzelle. Es muss lediglich hell genug sein zum Lesen, dann ist unser Freund Buch auch schon einsatzbereit, um uns Leser zu unterhalten. 
Wer eine Geschichte liest, der dreht seinen eigenen Film im Kopf: Der Leser bestimmt im 35 Rahmen der Beschreibungen des Autors, wie der Schauplatz und wie die Akteure genau aussehen und auch, was in den Momenten geschieht, die der Autor nicht so genau beschreibt. Er bestimmt auch ganz allein das Tempo, in dem die Geschichte weitergeht: Wer hindert ihn, bei Passagen, die ihm gefallen, etwas länger zu bleiben, und sie sich genauer auszumalen und bei den langweiligeren schneller weiter zu lesen? 40 
Wer so mit Lesen seine Phantasie und Kreativität fördert, der verstärkt diese Eigenschaften bei sich. Und das kommt ihm bei vielen andern Gelegenheiten zugute. Leser sind kreativer, haben mehr Phantasie, sind geistig beweglicher, um nicht zu sagen: Sie sind intelligenter. 
Wenn unsere Eltern und Großeltern behaupteten, dass Fernsehen dumm mache, hatten 45 sie recht. Wenn ein Mensch seine Informationen hauptsächlich durch bewegte Bilder bezieht, verliert er die Fähigkeit, mit Worten umzugehen4. Er wird „sprachlos“. 
4 mit Worten umgehen = mit Worten agieren
Die Sprache jedoch ist das Instrument, mit dem der Mensch denkt. Wer die Fähigkeit verliert, mit Worten umzugehen, verliert die Fähigkeit zu denken, kritisch zu hinterfragen. Das ist die große Gefahr, die von Fernsehen und Video ausgeht: Sie sind ideale 50 Manipulationsinstrumente. 
Natürlich funktioniert das nur bei Leuten, die Fernsehen und Video als hauptsächliche Medien, als überwiegende Quelle von Unterhaltung und Information benutzen. Ein guter Film von Zeit zu Zeit, eine Dokumentarsendung oder eine Fernsehdiskussion schadet sicher nicht. Aber man sollte das in Maßen genießen. Und sich im Zweifelsfalle lieber für 55 das Buch entscheiden. 
Volker Wollny : Ein Plädoyer für das Buch, http://suite101.de, 30.07.2010 

COMPRÉHENSION (10 points) 

I . Wie lautet das Thema der beiden Texte? 
Welches passt am besten? Schreiben Sie die richtige Antwort ab. 
Text A 
a) Soziale Netzwerke: eine tolle Erfindung. 
b) Soziale Netzwerke: eine virtuelle Welt. 
c) Soziale Netzwerke: ein Schlaraffenland. 

Text B 
d) Lesen bildet. 
e) Lesen ist langweilig. 
f) Lesen ist unmodern. 

II. Text A 

Vertritt Frau Kühne eine positive oder negative Meinung zum Thema Internet und soziale Netzwerke? 
Erklären Sie Frau Kühnes Standpunkt auf Deutsch (30 Wörter)

III. Text B 

Wählen Sie jeweils den richtigen Vorschlag und schreiben Sie dann den korrekten Text ab. 
Beispiel: Text B ist ein Auszug aus einem Roman / ein Interview / ein Auszug aus einer Webseite. 
Antwort: Text B ist ein Auszug aus einer Webseite. 
Lesen ist eine tolle Sache, wenn der Fernseher nicht funktioniert / wenn man sich langweilt / wenn man kein Internet hat. Es ist nämlich leicht, beinahe an jedem Ort / nur am Tag / vor allem mit Freunden ein Buch zu lesen. Bei einer Lektüre muss jeder Leser alle Passagen genau verstehen / sollte jedem Leser die ganze Geschichte gefallen / kann jeder Leser sich seine eigene Vorstellung von der Geschichte machen. Wenn man liest, entwickelt man sehr / kaum / überhaupt nicht seine Phantasie. Beim Fernsehen hingegen bewegen wir uns nicht genug / verarmt unsere Sprache / werden wir intelligenter. 

.
IV. Text B 

Zu welchem Schluss kommt der Autor am Ende des Textes (Zeilen 52-58)? 
Beantworten Sie diese Frage auf Deutsch. (mindestens 30 Wörter)13AL2GEMLR1 Page 7 / 7 

EXPRESSION (10 points) 

I. Auf einem Internetforum war folgender Beitrag zu lesen: 
Hallo, 
erstmal zu mir, ich bin ein 17-jähriger Junge und besuche die Oberstufe eines Gymnasiums. Bücher fand ich schon immer totlangweilig, sogar langweiliger als Fernsehen. Ich kann einfach nicht die ganze Hysterie um Bücher verstehen. Ich habe schon so oft versucht, mir Bücher schmackhaft zu machen in den verschiedensten Genres (Komödie, Thriller, Krimi, Detektiv, Fantasy, Klassik) und nie haben mich diese Bücher wirklich interessiert. Dabei höre ich oft: "Ich liebe lesen" oder " Dieses Buch ist klasse". Könnt ihr mir erklären, warum ihr Bücher mögt oder nicht? 
Antworten Sie mit einem eigenen Beitrag. (mindestens 90 Wörter) 
II. Behandeln Sie eines der beiden folgenden Themen. (mindestens 110 Wörter) 
a) Hilft das Internet jungen Leuten, bessere Schüler zu werden? 

Argumentieren Sie. 
ODER 
b) Können wir Online-Freundschaften ernst nehmen? 

Erklären Sie Ihren Standpunkt.




30 commentaires:

  1. si mon "vieux" savait ça? Lui qui coursait le "boche" dans la Sarre avec ses potes du 25e RTA en 39?
    Bzzz...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sûr qu'il avait d'autres chats à fouetter que de s'occuper de l'impact des réseaux sociaux sur la sociabilité des gens, Bourdon!
      Bzz bzz

      Supprimer
  2. Je ne peux me prononcer sur l'Espagnol mais l'épreuve d'allemand ne me parait pas plus dure qu'il y a 20 ans.

    Cependant, cela est dit après avoir fait de l'allemand depuis la 6e, ce qui fait effectivement une différence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et avoir eu un autre niveau d'exigence de la part des profs d'allemand.

      Je ne suis pas sûre d'avoir su ce que voulait dire le mot "Beitrag" en Terminale, alors les élèves de maintenant...

      Et puis les sujets sont d'un chiant...Excusez-moi du peu !

      Supprimer
    2. Sauf le texte sur la lecture...activité obsolète de nos jours !

      Supprimer
    3. Non, mais les sujets en allemand nous parlent souvent des pôv'immigrés Turcs de Kreuzberg ou des jeunes gothiques de Starnberg, quand les britiches nous parlent des livreurs de pizza Pakistanais de l'East End.

      L'Allemagne du Saint Empire, de Wolfram von Eschenbach, de Wagner, de Louis II et de l'Inspecteur Derrick n'est plus, hélas.


      Supprimer
    4. Non pas que l'épreuve d'allemand soit vraiment coriace, mais un niveau certain est nécessaire pour comprendre les textes et surtout, rédiger.
      Evidemment les sujets sont barbants. Normal. Si demain, on colle un texte de Schiller ou un extrait de La Flûte Enchantée, on sera obligés de relever les notes de 10 points et ça fera encore des histoires.
      Le problème, c'est le contraste entre les deux épreuves: l'espagnol était un rien plus facile. A tel point que sur le net, des candidats se sentent insultés de s'être fait fourguer un exercice aussi simplet.
      http://www.mediaetudiant.fr/formation/bac-2013-sujet-espagnol-trop-facile-15626.php

      Supprimer
  3. Je ne peux me prononcer sur l'allemand mais l'épreuve d'espagnol me parait plus facile qu'il y a (censuré) ans.

    Cependant, cela est dit après avoir fait de l'espagnol depuis avant la 6e, ce qui fait effectivement une différence.

    RépondreSupprimer
  4. "De mon temps", les textes à étudier et commenter étaient littéraires, donc d'un autre niveau de difficulté. Cette épreuve d'espagnol semble plutôt facile.
    Mais, plus généralement, il ne faut pas oublier en comparant les difficultés entre l'espagnol et l'allemand que l'espagnol est difficile à écrire correctement, la grammaire étant particulièrement ardue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'allemand dans son genre n'est pas mal non plus...d'ailleurs notre premier sinistre, prof d'allemand de son état, en sait quelque chose, lui qui confond "furchtbar" et "fruchtbar" devant un Bundestag qui a ri jaune.

      Supprimer
    2. Juntos, tu t'es trahi! Si les textes étaient littéraires de ton temps, alors tu as au moins (censuré) ans! :)
      Je ne doute pas des raffinements de l'espagnol, dont la grammaire a en effet la réputation d'être trapue.
      Mais lecanasson a raison: celle de l'allemand est costaude aussi. Au moins ont-ils eu le bon goût de ne garder que quatre cas de déclinaisons, contrairement à ces goulus de Serbes qui en ont sept.
      Toujours est-il que l'épreuve d'espagnol était si facile que les candidats ont cru à un piège.
      Ceux qui passaient l'allemand ont moins rigolé.

      Supprimer
    3. Furchtbar (terrible, horrible) et fruchtbar(fructueux)......voilà ce que c'est de vouloir plastronner.
      On a frisé l'incident diplomatique, avec cette idiotie-là.

      Supprimer
  5. Pour être sérieuse, vu les textes allemands, c'est un niveau moyen C1 européen, qui n'est certainement plus acquis depuis belle lurette au lycée, mais ça c'était avant l'Europe de Bruxelles...


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui d'abord! Un peu de sérieux enfin quoi!

      Blague à part, tu as raison lecanasson. Ce n'était pas si facile, surtout maintenant que l'allemand est devenu la dernière des préoccupations des rectorats.

      Supprimer
  6. Ne t' inquiète pas, elle l' aura son bac, la concurrence est si rude!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci orfeenix, c'est gentil.
      En fait je n'en doute pas, malgré la rude concurrence :)
      Je relève simplement un couac.

      Supprimer
  7. Une seule explication, que tous les profs d'Allemand connaissent bien:
    on veut la disparition de l'Allemand comme langue vivante apprise à l'école publique en France.

    Dans les lycées, le prof d'Allemand a devant lui des regroupements de 30 à 35 élèves, tous de niveaux différents, (sections différentes, langue 1 ou langue 2).
    C'est complètement ingérable.
    Mais c'est étudié pour…

    Et au collège, les germanistes (pas plus d'une dizaine les bonnes années par niveau) sont dispatchés dans au moins 4 classes différentes. Ca simplifie le boulot…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Boulot qui n'est plus fait depuis belle lurette...la feignantise aiguê ayant fait tomber le dernier bastion où la rigueur avait son utilité.

      Le régime, à notre époque, était simple :

      - Lundi : nouveau texte à traduire, vocabulaire repris au tableau (singulier, pluriel, verbes forts, expression), un point de grammaire, des exemples et un exercice à faire sur l'heure. 5 questions à répondre en allemand sur le texte + une question plus générale pour le lendemain. Un thème à faire pour le week-end alterné avec une version à rendre et notés (des fois qu'on aurait relâché un peu notre attention).

      - mardi : lecture et correction des questions, nouveau texte ou dialogue, questions orales, et rebelotte avec les 5 questions, le vocabulaire et la grammaire...etc.

      Une fois un dialogue, une fois un poême, une fois un texte littéraire ou de société, le vocabulaire étant à relever dans un carnet dédié à cet effet.

      On pouvait aussi étoffer le cours avec des exposés imposés.

      Au début, c'était très dur pour nos petits cerveaux. Mais on ne s'imagine même la somme de boulot que ça pouvait représenter pour nos profs. Et on était nombreux en classe.

      Maintenant, tout le monde arrive les mains dans les poches...les profs d'allemand rescapés, animés de la flamme pédagogique, sont comme les tigres...en voie d'extinction massive.

      Supprimer
    2. Ah lamouette, je voudrais bien que tu me dises où il existe encore des classes de 30-35 germanistes! Vrai? Ça existe?
      Sinon, bien sûr qu'on fait tout pour faire disparaître l'allemand.
      Et à côté de ça, l'EN organise des stages de langue pour les enseignants, tout frais payés en Allemagne, le BO prévoit une journée de promotion de l'allemand au collège et des facilités d'aménagement. L'office franco allemand pour la Jeunesse organise des séjours subventionnés pour encourager les partenariat entre les deux pays.
      Les violons sont très mal accordés, dirait-on.

      Supprimer
    3. Lo
      Bien sûr !
      Dans les classes de lycée !
      Au collège, tu as à peine une dizaine voire une quinzaine d'élèves germanistes par niveau (que l'on dispatche, de peur que cela fasse une classe d'excellence, pouahhh le gros mot...), mais au lycée, avec les regroupements, tu as plus de 30 élèves, tous de sections différentes et de programmes "normalement différents", vu que certains sont en langue 1 et d'autres en langue 2.
      Les épreuves au bac sont bien sûr également différentes, selon les sections.

      Mais comment tu fais pour gérer tout ça ?
      Tu prends la ligne médiane et tout le monde y perd.
      De toute façon, tous à l'unanimité te disent qu'ils n'ont rien appris en Allemand au collège...
      Mais là, on connaît la chanson.

      Sur la suite de ta réponse, tu as tout à fait raison et c'est un vrai scandale.

      Supprimer
    4. Ben non... mon mari a appris à parler couramment l'Allemand en troisième (au lycée)... avec un prof alsacien qui maniait la baguette ( j'ose pas dire la schlague)...
      Et par la suite il n'a eu que des profs neurasthéniques, et est resté en tout et pour tout avec son bagage de troisième. Ce qui ne l'a jamais empêché de très bien se débrouiller en Allemagne, où il fait des concerts depuis ... 33 ans... seigneur ! 33 ans..

      Supprimer
  8. Lecanasson, je ne me souviens pas d'un tel régime avec tous. Ça, c'était avec Madame Sontag qui a rattrapé en deux ans cinq années d'enseignement mou.
    Rappelle-toi de Mademoiselle Dupuis qui arrivait en cours toute pomponnée, perchée sur ses talons et qui nous pépiait de l'allemand dans l'indifférence générale. Dans ses bons jours, elle nous appelait "ses petites choses poilues", alors c'est dire l'ambiance...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mlle Dupuis ? Trou de mémoire total. Quelle année ? J'ai été littéralement sontagrisée corps et âme. En Seconde, la prof avait un nom polonais...que j'ai oublié. Mais Dupuis...je m'inquiète pour mon matricule.

      Supprimer
  9. Ah, une prof qui critique ?... Tu prends des risques ma Belle ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a quelques profs qui critiquent le système, Minijupe.
      Et qui n'en font qu'à leur tête quant à l'application des "consignes" et des réformes.
      C'est aux dépends de leur avancement et de leur carrière.
      Mais au moins, ils peuvent se regarder dans une glace soir et matin.
      C'est un choix que nous faisons, au moins Lo et moi ^^

      On est deux ! Nan, je rigole, on est de plus en plus.

      Supprimer
  10. Ok... aors je n'ose imaginer ce que doit être l'épreuve Allemand première langue... Et bien mon fiston passera en Chinois première langue, c'est plus sûr.

    RépondreSupprimer
  11. De précieux сonseils que je met dans un cοin de ma petite tête еt qui
    vont m'aider, c'est ѕur! Et ce blog est wahou,
    bravo!
    n'hesiter pas de rendre visite à mon blog
    qui donne des conseils à porpоs de la mutuelle asaf et gieps , c'est interessant :)

    RépondreSupprimer
  12. Étant une élève de terminale scientifique étudiant l'allemand j'ai moi aussi fait ce constat. Néanmoins je pense qu'il semble plus facile de comprendre l'espagnole car c'est une langue latine tout comme le français il y a donc de nombreux mots ressemblant au français ou transparent.

    RépondreSupprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin