mercredi 8 février 2012

Poils turco-arméniens

Ça pleut en ce moment: "avis de grand froid sur votre bonne ville", "soldes spéciales froid", "froid par ci, froid par là".
Il a bon dos le froid. On cherche à nous fourguer les résidus de soldes sur son dos.
On se paye sa tête, au froid.

Je peux vous dire que les marchands du Temple, moi, ils me font doucement rigoler.

Je suis équipée.
Voyez plutôt.

Importation directe d'Erzurum, ma chèèère.


Ça sent déjà l'Asie Centrale frisquette. Pourtant, c'est possible que bientôt, on nous colle Erzurum en Europe. Bizarre? Pas du tout, puisque c'est en Turquie.


Au risque de fâcher, je précise même que c'est dans l'ancienne Arménie. vous savez, cette région que le gouvernement Jeune Turc a "nettoyé" de tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un Arménien, il y a longtemps. Et bien, on est en plein dedans.

Le secteur grouille de moutons bruns très laineux à grosse queue grasse. La queue, on vous la sert en morceaux fumants, si vous êtes l'invité d'honneur. C'est sûrement délicieux quand les loups hurlent de faim dans le blizzard, mais par les chaudes nuits d'été, c'est une épreuve.

Ma tenue extra grands froids spéciale Asie centrale est faite de cette laine-là. Bien râpeuse qui gratte et qui réchauffe direct.
Je l'ai achetée il y a longtemps dans une épicerie qui vendait de tout, même des peaux de loups et des colliers à clous pour les chiens qui chassent l'ours. Quand le marchand a compris que je cherchais ce qu'il y avait de plus grand pour mon papa qui avait de grosses mains, il s'en est allé extraire le nec plus ultra son arrière boutique. La transaction a eu lieu avec le respect qui s'impose pour une personne aux vastes mains.

Personne dans la famille n'a encore osé la porter, cette tenue. On se demande bien pourquoi.




16 commentaires:

  1. t'as d'beaux yeux tu sais....

    RépondreSupprimer
  2. Ca fait un peu Barbie ispice de counasse...Je rigole, je connais tes sympathies pour les Talibans, dont Kenladen.

    Sérieusement, ça en dit long sur la rigueur du climat, faut dire que les Turcs ne font pas dans la dentelle !

    Va pas te mettre au volant avec ça, tu risques une prune et une reconduite à la frontière !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'y-z-y viennent! J'aimerais bien voir laquelle :)

      Supprimer
  3. Personne n'a vu Yol? sans rire.. ce qui est le cas de le dire, vu que ce film c'est une tragédie d'honneur avec sacrifice de la femme (néammoins aimée)...dans la neige.

    RépondreSupprimer
  4. Si je l'ai vu. Et même revu. Plusieurs tragédies.
    La route....

    RépondreSupprimer
  5. Bon, tant que tu parles de poils Turso-Arméniens, ça va. Le jour où tu parleras de poils Angora, Birman ou Chartreux, j'aurai mon bout de grain à mettre dedans...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça ne saurait tarder, Chat. Tu me donnes des idées!

      Supprimer
  6. ...ça ne gratte pas trop ?
    Je ne sais pas pourquoi ça me fait penser au cilice porté par ceux qui visent la sainteté.
    Rassure-moi, je t'en prie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rassure absolument. Je ne bois pas encore de ce vin-là!
      Sisi. Ça gratte terrible!

      Supprimer
  7. Comprends pas! Ça te va à ravir! Hi hi hi hi hi!
    Il suffit de les fourrer de soie...bien épaisse, et hop fini le gratte gratte;o)

    ***
    Bizzzzzzz et belle journée****

    RépondreSupprimer
  8. OOoh merci Mildred! T'as vu comme ils sont? Ils se moquent les vilains!
    Je crois que c'est encore mieux comme ça: la gratte-gratte, c'est super contre le froid. Mais j'attendrai l'an prochain, parce qu'aujourd'hui, il a fait 25°.

    Bisous !!!

    RépondreSupprimer
  9. En fait, l'Arménie historqieu est définie par les lacs de Van, Sevan et Ourmia (je ne parle pas de l'Arménie Cilicienne qui eut Sis comme capitale).

    On doit pouvoir super bien se gratter le dos avec ça. Un peu primitif, à l'image de ces troglodytes de Sionik, à la bonne odeur de chèvre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que les frontières de l'ancienne Arménie, à son apogée politique et culturelle (entre le Xème et le XIIIème siècles, je crois), allaient bien au-delà.
      J'ai vu de très anciennes églises, ou plutôt des restes parce que l'état turc fait tout ce qu'il peut pour les rayer de la carte, dans le secteur d'Erzurum.
      A Mus, les ruines extraordinaires d'un monastère servait d'abri aux moutons.
      La somptueuse cité d'Ani, autrefois rayonnante, était encore très difficile à voir à la fin des années 80. Raison officielle: zone militaire la Géorgie soviétique se trouvait juste en face). Mais on ne m'ôtera pas de l'idée que les autorités n'étaient pas chaudes à l'idée que des étrangers sensibles à l'histoire arménienne observent l'état désastreux des monuments. Ni surtout qu'ils remarquent que les villageois voisins récupéraient librement des pierres sculptées pour construire leurs masures.

      En effet, la cagoule sauvage gratte fort et embaume le suint. Une plongée dans un autre monde, un poil plus rugueux.

      Supprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin