mardi 14 août 2012

Qui veut tâter de la rigolothérapie?

Aujourd'hui, il apparaît que l'Européen  normal ne rirait plus que soixante secondes par jour, contre les dix minutes préconisées pour ne pas sombrer dans le marasme le plus glauque.

Cela n'a pas manqué de provoquer toutes sortes de désordres, poussant ainsi des hordes souffrantes entre les mains des charlatans.

Remercions Pétillon qui a si bien su leur tirer le portrait.
C'est ainsi que le docteur Norman Cousins, conscient de ce qui nous guettait, a élaboré en 1964 la RIGOLOTHÉRAPIE. 

Le rire déclenche la sécrétion d'endorphines qui agissent sur le système immunitaire et provoquent le bien-être. Ce n'est pas tout! Elles sont aussi anti-inflammatoires et apaisent la douleur.
Le rire ne coûte rien d'autre que quelques crampes et soignerait à bon compte une kyrielle de maladies.
Quant au rôle social du rire, il est clair: un voisin rigolard, même laid, est plus séduisant qu'un Adonis maussade.
C'est d'ailleurs grâce aux vertus du rire que le bon docteur Cousins réussit à se guérir d'une vacherie arthritique très douloureuse, si bien que le docteur Patch Adams enchaîna en revêtant un costume de clown.

Restait à théoriser tout ça.

Le docteur Kataria s'attela au boulot et ses préceptes sont désormais suivis par les "clubs de rire". Il ne s'agit pas de chatouiller grossièrement les participants, mais de les amener au moyen d'exercices inspirés du yoga (Kataria est indien) à se détendre et à se débarrasser de tout ce qui les détourne de la bonne vieille franche rigolade.
Il semble que ce soit efficace. Les adeptes en redemandent.


Les trouvailles katariesques ont fait leur trou en France: on peut aller soigner ses misères en rigolant à l'Ecole du Rire et du Bien-Etre. 

C'est toujours mieux que de se gaver de Prozac ou de se pochtronner en douce.

Alors ma foi, pourquoi pas?


15 commentaires:

  1. petite pierre à l'édifice...
    http://youtu.be/cE_nlt222FQ
    Bzzz...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une pierre parfaite.
      Merci Bourdon.

      Supprimer
  2. Je me marre tout les jours, je ne peux pas faire autrement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienheureux ceux qui se marre tous les jours! Surtout n'y change rien!

      Supprimer
    2. Je veux dire "ceux qui se marrent". Ça va plus, là!

      Supprimer
  3. Je ris pas mal aussi... surtout quand je me brûle.
    Quand je ne peux pas, je creuse des rigoles autour de la maison.
    Tu crois que ça compte ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dure à cuire, hein? :)
      Sérieusement, tu rigoles quand tu te brûles? Et quand tu te coupes?

      Tout compte. Bien sûr :)

      Supprimer
  4. comme je me marre sans arrêt, c'est une maladie chez moi, je pète le feu !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une très bonne maladie, même si elle fait péter.
      Continue!

      Supprimer
  5. Le rire est un outil précieux pour évaluer le bouffon qu'on a en face de toi : le rire grêlé, grenu : pisse-froids ou chie dur, du pareil au même, attention méfiance. Le rire gras, sans retenue : gros bon vivant mais pas franchement fin, un peu envahissant. Le rire tonitruant, brusque : franc de coeur et d'esprit mais attention au dominateur. Rire de souris : personne qui aime la vie mais n'ose pas le montrer, un peu timoré. Rire strident, non maîtrisé : symptôme de dépression ou de déséquilibre mental.

    Dans les sagas islandais, on ne rit jamais. Quand le héros ou l'héroïne éclate de rire, c'est l'annonce d'un grand massacre, donc tremblez, ça va saigner !

    L'analyse du rire et de la voix ont l'air tellement dérisoire qu'il existe des tests d'analyses du rire et de la voix pour les hauts fonctionnaires de l'Etat afin de leur redresser le portrait avant de passer devant le public.

    Il y a matière à en rire quand on voit le résultat...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donc, on a le choix entre un pisse-froid, un lourdaud, un dictateur, un froussard ou un dingue.
      Et un normal, non?
      Ça devait être chaleureux les soirées (parfois longues) chez les Islandais. Et pourquoi donc le rire était-il annonciateur de catastrophes?

      C'est vrai qu'une voix désagréable peut foutre en l'air la carrière d'un orateur, même s'il parle juste. Regarde Ségo, comme sa voix est insupportable..et en plus, ce qu'elle racontait n'était pas très convaincant. Bide total.

      Je ne sais pas si le rire est à mettre sur le même plan. Les fous-rires d'homme politiques, comme Clinton et Eltsine par exemple, les rendraient plutôt plus sympathiques, je trouve. Là, pour une fois, ils sont nos égaux et au moins, ils ne trichent pas.

      Supprimer
  6. J ai pris ma carte au parti d'en rire. depuis tout va mieux, nettement mieux !
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si on créait une antenne locale?
      Bizzzzzz

      Supprimer
  7. J'avais essayé le yoga du rire avec une amie. C t bizarre mais si ça peut aider ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou CD! Je suis contente de te voir ici! Tu vas bien?
      Ainsi tu as essayé et c'est bizarre... Donc ça marche pas terrible. C'est vrai que tu es assez douée naturellement pour te passer de leçons, alors forcément, ça a dû te paraître étrange.
      Bisous!

      Supprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin