samedi 18 août 2012

Overdosés de Pussy Riot, unissez-vous!

Tout ce battage autour des Pussy Riot commence à m'écoeurer.

Au début de cette histoire, voilà à peu près une semaine, mon coeur a penché vers un soutien. La provoc, même lourdingue (là, ça l'était), balancée à la face des autorités russes, ça a quand même plus de gueule que la pseudo contre-culture hululée dans la bienveillance benoîte.

Les trois nanas avaient pris des risques pour dénoncer la collusion entre l'Eglise et le pouvoir, donc Poutine. Leur action: hurler des insanités dans une église, était certes discutable, mais on a la contestation qu'on mérite. Violence contre violence. Un point partout.
Une des trois est d'ailleurs mariée (oui, mariée) avec un membre du collectif Voina, Piotr Verzilov, dont j'avais parlé voilà quelques mois.
Les actions de Voina, parce qu'elles témoignaient d'un mélange de culot et d'humour, me plaisaient assez et j'observe que plusieurs de ses membres sont allés en prison dans l'indifférence générale.
Alors par quelle magie les Pussy Riot, si besogneuses soient-elles, ont-elles réussi à griller au poteau les esclaves du monde entier ou les condamnés donneurs d'organes chinois?

Car tous les médias d'Occident d'une seule voix émue, se sont mobilisés avec l'insistance que l'on sait contre la sort fait à ces jeunes femmes.
C'est là que j'ai fait machine arrière.

Qu'est-ce qui leur prenait de déclencher un pareil branle-bas de combat pour une affaire, sommes toutes bien dérisoire, comparée à d'autres drames aucunement relayés?
Depuis deux jours, on ne parle plus que de ça: trois jeunes femmes, dont deux mères de famille (on s'en fout), sont envoyées au "Goulag", après un procès digne de l'"Inquisition", pour avoir dénoncé en musique la collusion entre Poutine l'immonde et l'Eglise orthodoxe chevelue et corrompue.
Braves gens, le Moyen Age est parmi nous. Ailleurs, tout va bien.
Nous sommes coincés entre les Pussy Riot et la prétendue canicule qui menace nos vies depuis 48 heures.

Amnesty International, Mac Cartney, Madonna, l'inévitable Bernard Henri Levy et toute la Nomenlatura du show biz bien pensant sont sur le coup. On organise des manifs. On fait circuler des pétitions. On se déguise en Pussy Riot.

La version des faits est ainsi présentée et répétée inlassablement. Du martèlement sans explication, sans rappel du contexte ni de l'histoire de ce pays, comme chaque journaliste en a pourtant le devoir.
Le Goulag n'existe plus. Elles sont condamnées à deux ans de camp pénitentiaire. Ça ne sera pas la joie, mais ce n'est pas le Goulag.

Alors les foules s'apitoient. C'est normal et c'est de toute évidence le but escompté. Pourquoi?

Comparons nos deux mondes:
En France, l'Eglise est tolérée et elle est priée de se faire discrète. On peut la ridiculiser à l'avenant dans l'indifférence générale. Elle a été persécutée à peu près dix années, pendant la Révolution française et sous la Terreur.
En France l'individu est considéré comme un être adulte, doué de raison et détenteur de droits depuis..allez, la vague humaniste, pourvu qu'il soit dans le rang. A la louche, quatre cents ans.

Ah oui! N'oublions pas ce détail: si le séjour en camp pénitentiaire russe n'est certes pas une sinécure, il convient de rappeler que les détenus français ne sont pas à la fête non plus.

Prison de femmes à Ryazan. Russie. Jane Evelyn Atwood

En Russie, le servage a été aboli en 1861 par le Tsar Alexandre II, assassiné par les Bolchéviques par la suite. Le statut d'individu n'était reconnu qu'aux gens instruits. Les autres "appartenaient" à leur maître. Lisez "les âmes mortes" de Gogol. Tout y est dit.
On sait ce qui s'est passé par la suite. l'Eglise russe a subi des persécutions d'une extrême violence plus de soixante-dix ans et le pouvoir en place n'a guère valu mieux que le précédent (avec la bénédiction des communistes de chez nous).
Aujourd'hui, en France, la laïcité est la règle. Le fait religieux est sensé appartenir à la sphère privée, même si souvent, l'islam passe allègrement outre.
Aujourd'hui en Russie, l'Eglise est devenue le symbole de l'unité nationale. La plupart des gens y sont très attachés. Que pouvons-nous y comprendre, nous, Occidentaux depuis longtemps affranchis de ce lien? Nous nagions dans le lait et le miel quand les Russes survivaient dans la terreur d'un système qui leur niait toute initiative, toute liberté?

S'attaquer à l'Eglise de Russie comme l'ont fait les trois donzelles, c'était non seulement dangereux, mais à peu près insoutenable aux yeux des Russes les plus simples. Ceux qui ne demandent que la sécurité et le retour à une certaine dignité. Ceux-là aiment Poutine. C'est leur droit.

Notre presse ne nous explique rien de tout cela. Serions-nous donc trop bêtas?
Elle oublie aussi de nous rappeler que la Russie est notre adversaire indirect dans la guerre qui fait rage en Syrie, puisque nous soutenons les rebelles sunnites, tandis que la Russie soutient le parti alaouite en place et avec lui, toutes les minorités religieuses, dont les chrétiens locaux.

Dans ces conditions, même si je trouve que les juges russes sont sévères, je revendique le droit à ne pas soutenir les Pussy Riot. Je l'aurais peut-être fait si elles étaient restées dans l'ombre, mais ce matraquage m'assomme.

Elles ont joué et perdu.
C'est ainsi.






139 commentaires:

  1. ben je vois que nous sommes parfaitement d'accord sur toute la ligne ! Il me plait .

    hallucinant cette bronca pro-Pussy !

    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une vraie réaction en chaîne! Reste à savoir si ça fera explosion après ou pas.
      Bzzz

      Supprimer
  2. J'aime bien les prisons de femmes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu devrais jeter un oeil sur les photos de miss Atwood. Elles valent la peine, meme si toutes ne sont pas aussi sympathiques.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  3. ton point de vue est respectable et tu as des arguments,je découvre un coté mystique de ta personnalité chacun ses "valeurs" (j'aime pas ce terme) Bon pour en revenir à nos moutons c'est vrai qu'ils(les média) commencent à me les briser menu.
    En parallèle l’exécution de 35 mineurs en Afrique du Sud dans une mine propriété d'une société britannique à fait 2JT aux maximum.
    Olé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exécution, rien que ça. Passez chez moi voir les photos des grévistes, on en reparle après.

      Supprimer
    2. De toute façon, quand un sujet est "vendeur", ou jugé tel, la presse a la manie de nous l'administrer jusqu'à l'indigestion totale. Passant ainsi à côté de bien d'autres sujets pourtant aussi dignes d'intérêt, mais moins susceptibles d'attirer les lecteurs.
      Voire même des sujets qui pourraient être vendeurs, mais qui, on ne sait trop pourquoi, restent dans les cartons. Sujets tabous?
      C'est vrai que beaucoup de patrons de presse sont aujourd'hui des gens sans aucun rapport avec la presse. Hersant, Bouygues, Bernard Arnault, Serge Dassault, Rotschild, Lagardère, le groupe Vivendi....que du beau monde.
      La logique financière et les liens avec le pouvoir sont bien plus importants que l'information.
      C'est ça le problème.

      Supprimer
  4. D'accord avec toi, quand les média ont un nonosse à ronger, elles y vont jusqu'à la moelle !
    Des jeunes femmes iconoclastes aux seins nus, la belle aubaine.
    La provoc finit par desservir la cause qu'elle défend.
    Pour autant, je trouve la peine sévère malgré tout.
    Et pendant ce temps-là, la terre tourne de guingois, dans l'indifférence générale (sauf pour le "déçu" BHL, que je n'enverrai pas comme diplomate en Syrie !))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Solveig, BHL est ridicule. Je crois qu'il vaut mieux éviter de l'envoyer où que ce soit.
      Pour le reste, nous sommes d'accord.
      La peine est sévère. C'est vrai.
      Celle d'Asia Bibi, condamnée à mort et détenue dans des conditions atroces, parce que convertie au christianisme au Pakistan aussi. Qui en parle? Où est Madonna?
      Qu'est devenu Sakineh? Condamnée à la pendaison pour avoir assassiné son mari, alors que l'assassin de celui-ci a été retrouvé depuis? Détenue dans de telles conditions qu'elle a tenté de se suicider. Même ses avocats sont en but aux persécutions. Alors? Rien. Où est Mac Cartney?
      D'ailleurs, des pétitions sont en circulation sur le net pour les soutenir. Si ça en intéresse certains...

      Supprimer
  5. merci de ce billet courageux, je suis tout à fait de ton avis, elles en ont profité pour sortir un nouveau disque, donc pas si " uselées" que ça...
    quand on connait un tant soit peu l'âme Rusee et un peu ce pays, on ne peut que comprendre cette condamnation, mais pourquoi veux tu que les imbéciles journaleux et les BHL informent correctement ? c'est pas leur intérêt, ah la poutre et la paille....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Courageux" mais sans risque. "Comprendre cette condamnation" ? L'expliquer, la comprendre éventuellement, mais pas pour autant l'accepter. Et merci de garder vos insultes démagogiques à l'égard des journalistes pour vous. Que faites-vous dans la vie, que je rigole un peu sur votre métier ? "C'est pas leur intérêt ?" Que signifie cette phrase, incompréhensible, elle ? Regardez un peu dans votre oeil, vous aussi. Merci.

      Supprimer
    2. Pour ma part, je la comprends et je l'accepte. La profanation n'a jamais fait partie de la liberté d'expression, mais je sais que défendre ce genre de position dans un pays non pas laïc mais laïcard, c'est souvent peine perdue. D'ailleurs la justice russe a été clémente, elles risquaient sept ans, elles ont écopé de deux auxquels se soustrairont les cinq ou six mois de préventive.

      "Ah bien sûr, si j'avais cette hargne mordante des artistes engagés qui osent critiquer Pinochet à moins de 10 000 km de Santiago" disait Desproges, c'est exactement à cela que me fait penser cette indignation des thuriféraires de la gauche dégoulinante de bons sentiments à peu de frais. Indignés qui aimeraient bien que tous puissent aller ch..r sur un maître autel sans risquer au mieux qu'un froncement de sourcils, au nom de je ne sais quel activisme imbécile. Fort heureusement, il y a encore des pays où l'ordre n'est pas une notion abstraite. Et qu'elles ne se plaignent pas, il y a un siècle elles auraient eu droit au knout en plus, et en France elles auraient écopé de quelques années de taule en plus.

      Supprimer
    3. Jean Baptiste, tout d'abord, merci de ta visite ici, en plein débat.
      Il ne faut pas prendre les propos de Boutfil pour toi. Mais admets qu'en la circonstance, la presse fait très imparfaitement son boulot.
      Toi qui connaît mieux le milieu que nous, dis-nous franchement: est-ce que les journalistes sont vraiment libres de leurs choix éditoriaux, de leurs paroles, de leurs positions? Considérant la crise aigue de la presse( surtout de la presse papier, c'est vrai) et l'intérêt clairement financier et/ou politique de certains groupes ou patrons de presse, on peut se demander si parfois, elle ne cède pas à la facilité. J'exagère?

      Supprimer
    4. Merci Boutfil, mais je ne crois pas mériter autant de compliments. C'est vrai que l'expression sur les blogs est encore libre. Je n'ai pris aucun risque.
      Toi en revanche, tu as pris celui de traiter les journaleux d'imbéciles, ce qui t'a valu de te faire allumer :)
      Bisous

      Supprimer
    5. Koltchak, n'avez-vous pas honte d'être aussi sévère?

      Quant à la laïcité de chez nous, elle possède plusieurs costumes. Il est entendu qu'on peut y aller sur l'Eglise catholique (ou protestante), c'est sans risque. Je m'étonne qu'on n'ait pas encore supprimé tous les jours fériés liés aux fêtes religieuses. On a commencé, notez bien.
      Les Juifs ont le droit de faire abattre leurs animaux rituellement et de chômer les jours de fêtes religieuses, quand bien même ils coïncident avec des dates d'examens ou de concours. Déjà là, la laïcité en prend un coup.
      Quant à l'islam...il grignote doucement nos vies, nos institutions et nos codes. Tout le monde le sait et personne n'ose le dire, de peur de passer pour un facho.

      Qu'on veuille bien m'expliquer, donc, pourquoi la règle de la laïcité s'applique à la lettre ici et mollement là?

      Quant aux trois dames, elles ont pris cher à nos yeux d'occidentaux, même sans knout.
      Aux yeux des Russes, pas tant que ça. La même chose aux yeux des Saoudiens aurait été considéré comme d'une indulgence insupportable.
      Elles au moins ont-elles pris quelques risques. Mais leur action était moche et notre presse, à force de gavage propagandiste, bien peu empressée à nous faire épouser leur cause


      Supprimer
    6. Honte ? Pas du tout. D'un autre côté, compte tenu de mes convictions politiques légitimistes qui impliquent, entre autres, le retour au catholicisme comme religion d'Etat, cela n'a rien d'étonnant. Ce qui explique que je sois très sensible à la profanation et au blasphème. Ceci dit, je serais tout aussi ferme pour ce qui concerne les autres religions. Il n'y a aucune liberté dans le fait de blesser sciemment des milliers, des millions de personnes dans ce qu'elles ont de plus intime, de plus sensible. Et sur ce point, j'avoue que la plus extrême des sévérités n'est pas pour me déplaire. Je déplore seulement que les pays occidentaux soient gouvernés par des lopes qui n'en peuvent plus d'aplaventrisme devant les soi-disant "grandes âmes" autoproclamées.

      Quand au deux poids, deux mesures qui oppose le traitement réservé aux chrétiens à celui réservé aux juifs et aux chrétiens, qu'en penser sinon que comme par hasard on retrouve dans n'importe quel de nos gouvernements, de droite comme de gauche, toujours une flopée de membres du Grand Orient de France, obédience franc-mac qui dès sa création a juré de mettre bas le christianisme. Vous en doutez ? Je vous laisse déguster les propos des Mélenchon, membre du GOF depuis 1983 : "[à propos de la victoire de C. Martel en 732] Si on avait pu s’épargner les siècles d’obscurantisme que nous a valu la main-mise de l’Eglise sur l’Occident chrétien, si on avait pu, nous, gagner l’apport des civilisations arabes, arabo-andalouses...". L'histoire de la maçonnerie française, j'insiste sur ce point, s'est bâtie contre la chrétienté et sur le rapprochement avec l'islam et dans une moindre mesure le judaïsme.

      Supprimer
    7. Koltchak, j'aurais dû ajouter un signe tels que :) après ma première phrase. Elle était à lire au deuxième degré, bien sûr. Comme vous-mêmes, lorsque vous traitez Boutfil et corto de réacs!

      Supprimer
    8. Mais c'est ce qu'ils sont ! :-D

      Supprimer
  6. Que tu en aies marre des overdoses médiatiques sur les Pussy Riots, je peux le comprendre, mais ce qui me gêne profondément, c'est le fond de ton argumentation: ces filles savaient qu'elles scandalisaient les croyants et l'Eglise, elles ont joué, elles ont perdu, tant pis pour elles, on n'en parle plus. Logiquement, l'argument serait le même à propos de l'application de la charia en pays musulman sur les amants non mariés (ou adultères) par exemple, qui savent qu'ils transgressent la loi et qu'ils scandalisent les croyants et leur Eglise, donc s'ils sont lapidés on les plaint, mais ils ont joué, ils ont perdu, on n'en parle plus. Tu me diras que ce n'est pas la même chose, c'est vrai mais l'argumentation est de même ordre.
    Ben non, donc, je ne suis pas d'accord.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant qu'ils font cela chez eux, ça ne regarde que les intéressés. Au nom de quel fumeux principe d'ingérence devrions-nous nous mêler de faire la leçon à des peuples souverains ? Principe d'ingérence qui a été créé pour faciliter et légitimer les pires saloperies au nom de la bonne conscience. Les chrétiens du Darfour peuvent bien crever massacrés par milliers, on s'en branle. Idem pour le Sri-Lanka où les Tamouls se sont livrés en toute impunité à des massacres de masse dans l'indifférence générale. Et les Turcs qui ont déplacé de force des centaines de milliers de kurdes comme on le faisait au bon vieux temps du petit père des peuples, a-t-on seulement abordé le problème ? Ben non, d'autant que les camions étaient fournis par l'US Army et l'OTAN.

      Supprimer
    2. Non, ce n'est pas la même chose.
      Les amants matyrisés ne revendiquent rien. Ils vivent dans l'ombre, tapis dans une discrétion de desman (bestiole aquatique et nocturne qui loge dans les Pyrénées, à peu près impossible à voir).
      Là, il s'agit d'art volontairement provocateur, puisqu'il s'attaque au pouvoir en place. Chercher l'affrontement, avec les risques que cela comporte fait partie du jeu.. Je n'ai rien contre la provocation et les actions menées par certains artistes russes sont d'un culot et d'une inventivité incroyables. Mais là, elles ont mal joué: au lieu de toucher Poutine, elles ont réussi à blesser tout une partie d'un peuple qu'elles cherchent pourtant à sensibiliser. De plus, leur action n'était ni intéressante, ni originale, ni créative. De la provoc bête et rien d'autre.
      Donc oui, je maintiens. Elles ont perdu cette partie-là et c'est tout.
      On ne peut pas être toujours bon à ce jeu-là.

      Koltchak, ici, l'ingérence est voulue. Avidemment recherchée, même, puisqu'il s'agit d'expression artistique. Libre à chacun de s'intéresser, de soutenir ou pas. Mais alors les médias devraient faire la différence entre ce qui est une performance ratée (et réprimée) et les atrocités que vous évoquez. Ils mettent tout sur le même plan, se trompent de priorité et embrouillent les cartes, au lieu de nous donner de quoi réfléchir.

      Supprimer
    3. A propos des médias, sans oublier l'indignation de M. J.B. Morain qui semble faire partie de la corporation des folliculaires, je replace cette citation que Corto m'avait empruntée il y a peu :

      A l’occasion de son départ à la retraite le 25 septembre 1880, John Swinton, rédacteur au New York Times, déclara : " Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostitués intellectuels. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! "

      Quand on sait qu'aujourd'hui la presse écrite ne survit qu'à coups de subventions massives de l'Etat et que les rédactions de l'idiotvisuel ont les mains liées ne serait-ce qu'en raison des liens étroits qui unissent leurs propriétaires avec l'Etat, on ne peut que rire aux prétentions déontologiques et d'indépendance des journalistes français. D'un autre côté, il est difficile de leur en vouloir. Personne n'a envie de dire qu'il bosse pour faire bouillir la marmite, ça n'a rien de noble. Alors on s'invente une mythologie de chevalier blanc.

      Supprimer
    4. Fantasmes, opinions nauséabondes, aucun argument, que des allégations sans fondements qui ne font que flatter votre paranoïa naturelle. Désolé, je n'ai rien à vous dire, vous êtes trop stupide et néfaste : vous n'êtes pas en état de comprendre que le monde est bien plus compliqué que ce que vous en dites.

      Supprimer
    5. Et bien il semblerait que vous ne soyez pas d'accord. Ce n'est pas un problème. La discussion ne s'anime que si les participants s'affrontent.
      Je souhaiterais toutefois que ça ne tourne pas au concours d'invectives, sans quoi, on piétine et on s'énerve.
      Merci.

      Supprimer
    6. Fantasmes ?

      Pour l'année 2010, montant des subventions allouées par l'Etat à la presse : 419,3 millions € répartis comme suit :

      - 200.719.000€ d’aides à la diffusion, dont 111 millions d’aides au transport postal, 5,8 millions de réduction de tarif de transport SNCF, 1,9 millions d’aide à la diffusion internationale, 70 millions d’aide au portage et 12 millions d’exonérations de charges patronales pour les porteurs.

      - 11,9 millions d’aide au pluralisme, c’est-à-dire d’aide aux titres à faibles ressources publicitaires comme l’Humanité par exemple.

      - 93 millions d’aides à la modernisation, dont les 20 millions dont on a beaucoup parlé aux éditeurs de presse sur Internet,

      - 113 millions d’abonnement de l’Etat à l’AFP, parce que ce n’est pas anodin pour un pays d’avoir sa propre agence de presse d’un point de vue international.

      En dehors de la presse écrite, voici les autres subventions aux médias :

      Soutien à l’expression radiophonique locale : 26 millions

      Financement de l’audiovisuel : 488 millions

      Action audiovisuelle extérieure : 233 millions.

      Et vous pensez que je vais croire qu'un secteur exsangue qui ne survit que grâce à la générosité de l'Etat va mordre la main qui le nourrit ? Allons-donc !

      Quant à votre utilisation du terme nauséabond, et plus loin de "fascistoïde", ça sent son bien-pensant à des lieues.

      En revanche, ce que je suis en état de comprendre, c'est qu'il existe depuis des mois des sources syriennes qui publient des témoignages écrits, agrémentés de clichés qui établissent les actes ignobles des rebelles que toute la presse hexagonale encense tels des preux combattants syriens de la liberté. La presse allemande et la presse de plusieurs pays anglo-saxons ont fait état de ces actes. La presse française n'a commencé à s'y mettre à reculons qu'après la mise en ligne de vidéos particulièrement atroces.

      Comme par hasard, la ligne défendue par les médias français est exactement celle tenue par le gouvernement français. Je ne connais qu'un seul article honnête paru en France sur les exactions des rebelles soi-disant syriens et il a fallu qu'il sorte chez les Inrocks sous le titre "Carnet de route en Syrie" ( http://www.lesinrocks.com/2011/12/19/actualite/carnet-de-route-en-syrie-115242/ ). Le seul et l'unique jusqu'à la publication des vidéos. Alors, soyez gentil et ne venez pas me faire de mauvais procès lorsque votre profession se complaît dans l'aplaventrisme.

      Ceci dit, je ne reproche pas à la presse française de se comporter comme elle le fait, seulement de vouloir faire croire le contraire.

      Supprimer
    7. Je suis journaliste aux Inrocks. Le journalisme est ma profession, mais pas mon essence. France Inter et Europe (le public, le privé, j'explique pour les mal-comprenants)rapportent quotidiennement les exactions commises par les rebelles syriens. La littérature et la poésie sont subventionnées en France. Je ne crois pas qu'elles soient à la botte du pouvoir. D'ailleurs, avez-vous vu des journaux de gauche se plier au bon vouloir sarkozyste. Une fois de plus, vous êtes mal informés, vous fantasmez dans le sens qui vous arrange (toujours le même, bien sûr), vous êtes au fond assez aveugles donc bêtes. La presse n'a jamais été aussi libre et de qualité en France. Mais bon, tout était mieux sous Louis XVI, bien sûr... :) Jean-Baptiste Morain

      Supprimer
    8. Quotidiennement... depuis peu. Le conflit a démarré il y a à peu près un an et cela fait au mieux quelques semaines que des nouvelles sont distillées au compte goutte sur les exactions des rebelles. Vous doutez ? Et ce bel unanimisme autour de l'imputation du massacre de Houla aux forces armées syriennes ? Gouvernement et presse française la main dans la main. C'était beau à voir. Dans le même temps le Frankfurter Allgemeine Zeitung publiait un article documenté qui disait exactement le contraire. Alors quoi ? Où se trouvent les salauds ? Ceux qui pipeautent l'info où ces salauds d'étrangers qui la font honnêtement ? Quand au démenti, oh il a bien été publié, mais il fallait le chercher. Les mensonges à la une, la vérité en page 10. Ça, c'est de la déontologie.
      Autre question, pourquoi les journaux français n'ont jamais publié, a contrario de journaux étrangers, une seule des photos qui ont été prises par des syriens où on peut voir des rebelles jeter un type par la fenêtre du 3ème étage tout simplement parce qu'il était chrétien ? Là, je parle de clichés qui ont plusieurs mois. Éclairez-moi, j'aimerais bien comprendre puisque la presse est libre et de qualité.

      Supprimer
    9. Ah, c'est ça, pour vous, une presse de qualité : publier des photos horribles ? Où est l'information ? Dans le sensationnalisme ? Dans l'émotion ? J'ai bien compris que vous étiez sensible à tout ce qui est "chrétien", mais vous vous prenez les pieds dans le tapis. Personne n'a dit ici que la presse étrangère était nulle, bien au contraire, ajouterais-je, mais pourquoi alors citer ce qui se fait de pire ?
      JB Morain

      Supprimer
    10. Je vous ai également parlé de récits écrits dans un message précédent, ils ont eu le même sort que les photos évoquées. La question reste la même. Pourquoi n'ont-ils eu aucun écho ? Quant aux clichés, je me souviens que la presse n'a pas toujours eu vos pudeurs de rosière. Cela vaut d'ailleurs pour l'idiotvisuel où on a pu voir trois jours durant l'agonie d'une petite sud-américaine prise dans une coulée de boue, coincée dans les débris d'un bâtiment écroulé. Je pense aussi à la noyade en direct d'une personne dans la baie du mont Saint-Michel. On pourrait en sortir d'autres du chapeau. L'avantage de ce type de cliché, c'est qu'il se suffit à lui-même, pas besoin de pathos, une légende suffit. Et puis quoi ? Vous prenez les lecteurs pour des enfants incapables de supporter quoi que ce soit ?

      Supprimer
    11. La petit colombienne, c'était en 1985. Il y 27 ans. Mettez-vous un peu à la page. Oui, je sais, quand on est monarchiste et qu'on réclame que le catholicisme redevienne religion d'Etat, ça doit être un peu difficile. Vous dites n'importe quoi sur les images : on ne peut pas montrer n'importe quoi, je ne suis pas d'accord et vous ne le seriez pas non plus, ne jouez pas les hypocrites, en plus. Les récits n'ont pas d'écho quand les lecteurs ne réagissent pas. Ce n'est pas plus compliqué que cela. Ce que je constate aussi, c'est que finalement, une fois de plus, tout ce que vous savez, vous reconnaissez l'avoir appris par la presse, qu'elle soit étrangère ou française. Recouper les informations, voilà le boulot de tout citoyen éduqué, et bien sûr de tout journaliste. Mais de grâce, de grâce, arrêtez de voir tout en noir et surtout d'imaginer des complots : ils n'existent pas. Vous êtes paranoïaque. J'en suis désolé.
      JB Morain

      Supprimer
    12. Jean-Baptiste, je comprends mal pourquoi tu te sens obligé de laver la presse de toute critique au prétexte que tu es journaliste.
      Je comprends encore moins ta manière de faire: en traitant les contradicteurs de paranoïaques, de fascistes ou que sais-je encore? La langue de bois m'agace, mais crois-tu que jeter des insultes gratuitement va rendre la presse plus crédible? D'autant que tu nous a fait savoir avec insistance que tu t'exprimais ici comme journaliste.
      Tu es en train de te ridiculiser et par la même occasion, de déconsidérer la presse qui n'a pas besoin de ça.

      Alors maintenant, ça suffit.
      Je me suis bien amusée à lire vos échanges. J'ai appris beaucoup. Je trouve que Koltchak et lecanasson ont été très patients, mais toute bonne chose a une fin.
      A la prochaine invective gratuite, j'efface le commentaire. Les gens ne viennent pas ici pour se faire traiter de tous les noms, mais pour causer.

      Alors causons.

      Supprimer
    13. La liberté d'expression ne marche que dans un sens ? Merci, Lo, quel courage ! Je ne crois pas me ridiculiser, et je trouve scandaleux que tu aies déjà supprimé certaines de mes interventions ! C'est honteux, lâche, sans nom ! Je ne traite personne de rien, je constate des faits. Que cela ne te plaise pas, je comprends bien pourquoi, mais oui, vous n'êtes qu'une bande de complotistes ras du plancher, faussement intelligents et d'extrême droite.
      JB Morain

      Supprimer
    14. Je veux bien qu'on discute sur le fait de savoir si "être à la page", "être dans le vent" comme on disait, est non seulement un bien mais également une nécessité. Mon point de vue, c'est que c'est généralement le fait de gens qui soit n'ont pas ou peu de liens avec leur pays (culture, traditions, etc.), soit d'idéologues qui professent leur citoyenneté du monde, qui bien sûr n'est qu'une fiction.

      Sur les récits, je veux bien croire qu'ils n'ont pas d'échos, quand on n'essaie même pas de les publier. Je serais d'ailleurs curieux de savoir combien de journalistes français en ont pris connaissance.

      Pour le reste, je l'avoue bien volontiers, les exemples que je cite datent, mais comme cela bientôt 20 ans que je ne lis plus la presse française et que je ne me sers de ma télévision que pour regarder des films, quelques documentaires et surtout visionner mes dvd, je suis bien en mal de vous donner d'autres exemples.

      Enfin, j'aimerais en finir avec cette accusation de complots. Je n'ai jamais dit qu'il y avait je ne sais quel complot à l'oeuvre en vue de désinformer. Je dis simplement que le chien ne mord pas la main qui le nourrit, c'est aussi simple que cela. Sans subventions, aucun journal ne peut survivre, et comme on n'a pas envie de mourir... Pas un seul grand titre n'est économiquement viable.

      Supprimer
    15. La patience de tes amis a des limites : "petit kapo", "zozo", "dangereux", "lobotomisé", "bisounours" et j'en passe. Ce sont des mots flatteurs, dans ton vocabulaire ? On ne peut être juge et parti, Lo, et tu l'aies. C'est malhonnête. Et c'est un fait, pas une injure. Alors supprime leurs posts, non ? Ah non, comme par hasard ? Tu ne vux pas grand chose, finalement, Laure, j'en suis attristé. Continuez à vous amuser avec vos petite plaintes de fachos, puisque vous n'avez que ça à faire : raconter n'importe quoi et geindre.
      JB Morain

      Supprimer
    16. Ahahahahahahahahahaha : Vous ne lisez plus la presse française depuis 20 ans ? Tout est dit, la messe est dite. Fou-rire d'anthologie, comme vous diriez. C'est la meilleure du mois ou de l'année ! Ahahahah !
      JB Morain (adresse de mon journal : 24, rue Saint Sabin 75011 Paris, je ne suis jamais armé, venez avec vos SA, je me laisserai mourir sans combattre, petit monsieur)

      Supprimer
    17. JB, la liberté d'expression est en train de mourir sous les coups de boutoir des zozos de votre camp, l'ennemi pour être vraiment clair, ainsi il ne subsistera aucun doute quant aux sentiments que je porte à la gauche dans toutes ses composantes.

      Ici, ce n'est pas l'espace public, c'est un blog qui appartient à une personne. A ce titre, elle est libre de tolérer chez elle tel ou tel comportement. Elle est également libre de foutre dehors les porcs qui mettent les pieds sur la table, rotent et se mouchent dans les rideaux.

      D'ailleurs, défendre la liberté d'expression c'est bien un truc de gaucho. N'importe qui peut s'exprimer. Le jeune enfant qui fait un caprice, le pochetron qui éructe je ne sais quelle insanité, le journaliste de gauche qui vient réciter son bréviaire, tous ces gens s'expriment. Avant 1789, il y avait un truc vachement osé qui s'appelait la libre pensée. C'était autrement plus élitiste car c'était gage d'une pensée originale, de propos de qualité écrits dans une langue belle. Mais c'est un truc qui n'est pas up to date, maintenant il y a Twitter, 140 signes s'exprimer. J'attends la prochaine cagade avec impatience.

      Supprimer
    18. Non, je lis pas mal des américains, suisses, britanniques, libanais (L'Orient-Le Jour, vous connaissez ?), africains (y compris la nation arc en ciel), etc. Mais j'ai l'impression qu'à vos yeux seule la presse française sait faire de l'info de qualité. Allez, cette fois j'arrête. Vous êtes un crétin suffisant doublé d'un goujat de la plus belle eau. Avec une bonne dose de cuistrerie en plus.
      Quant à la fin de votre message, elle est tout simplement ridicule, à votre image.
      Vous devriez en rester à la critique cinématographique, c'est encore là que vous êtes le moins mauvais. Encore que. (oui, j'avoue, j'ai parcouru quelques un de vos articles hier soir)

      Supprimer
    19. Jean-Baptiste, tu délires complètement! Je n'ai effacé aucune intervention! Où as-tu vu cela? D'ailleurs, j'aurais dû, vu ce que tu as envoyé après ma mise en garde, seulement, face au tir groupé ici et sur Facebook, ça m'avait échappé!
      Pour que chacun juge de ta malhonnêteté, je laisse ce que tu as écrit ici.
      Quant à ce que tu as écrit sur Facebook, alors que nous entamions une enfin la discussion, je laisse juge chacun de ce que tu m'as envoyé après à peine 5 minutes de causette cahotique, vu que je n'avais pas le temps de répondre.
      "Tu ne l'as pas fait, je suis désolé (...répondre..désolée, pas le temps...), c'est faux. Bon, je te laisse, pas la peine de parler avec une hypocrite. Je perds mon temps, tu n'en vux pas la peine. Reste dans ta merde et ta médiocrité intellectuelle de petite instit de banlieue."

      La messe est dite.
      Par conséquent désormais, ne mets plus les pieds ici.
      Tu seras automatiquement effacé.

      Supprimer
    20. Oui, ici, c'est une maison bourgeoise !

      Si on commence à mettre les sabots dans le foin et à roter des insultes au bouffon assis en face, Lecanasson quittera votre gourbi et plantera sa guitoune ailleurs, bande de pignoufs malpoliches!

      Supprimer
    21. Je ne veux plus entendre parler de ce monsieur. Après avoir copieusement insulté tout le monde, il se plaint d'être "agressé" et il finit par m'accuser de l'avoir censuré alors que je n'ai pas encore eu le temps de le faire.
      Pour finir, en parfait gentleman de gauche, par m'écraser de son mépris d'apparatchik parisien (dont je me moque copieusement).
      Qu'il aille donc vomir ses crapauds où bon lui semblera, mais plus ici.

      Supprimer
    22. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  7. Oh là que d'espanouilles pour femelles braillardes !

    Si les dogmes religieux et leurs applications m'emmerdent velu, j'exècre encore plus les manifestations inconsidérées dans les lieux de culte. Question d'éducation. Ca ne convainc personne, sauf du bien-fondé des croyances de part et d'autre. Donc match nul.

    Quand on veut s'attaquer à l'Ours russe, il faut montrer un peu plus d'intelligence que d'aller glapir dans les églises contre Poutine.

    Tout cette gesticulation des médias est orchestrée contre le régime russe en place, lequel soutient le régime syrien qui est soutenu par l'Iran qui est soutenu par la Chine (1er importateur de pétrole iranien). Les Ricains, et leurs sous-fiffres, comme le Royaume-Uni, se sont mis à dos l'Amérique du Sud, nouvelle puissance économique et exportatrice de pétrole (d'où l'affaire Assange et l'Equateur) et sont interdits de forage et d'exploitation dans toutes les zones pétrolières musulmanes sauf chez leurs potes des Etats Arabes Unies.

    Si Damas tombe, on mettra un régime de transition fantôche, comme l'Irak, la Libye et l'Afghanistan. Au milieu de ce beau bordel, attentats et tirs de kalachnilovs à tout heure du jour et de la nuit, les Ricains auront la voie libre vers l'Iran et son pétrole puisqu'ils ont déjà l'Iraq. Et voilà qu'on nous ressert la fumisterie des armes de destruction massive pour nous faire gober le bien-fondé de la prochaine guerre de libération. Oui, les Ricains vont encore sauver le monde...et le pétrole !!!

    Ce dont les journalistes français, inféodés à la valse des gouvernements, nous parlent un peu moins, c'est de toute la flotte russe, dont un sous-marin nucléaire, qui vient de passer le détroit de Gibraltar et fait des ronds dans l'eau devant les ports syriens tandis que les Chinois pagaient du côté des eaux internationales côté Pacifique sous la barbe des Ricains. Non, on préfère nous parler des bouchons chaque samedi de juillet et d'août, des apéros géants à Pavalas les Flots et les produits du terroir où il fait bon vivre...et des Pussy Riots.

    Bref on nous prend pour des cons !

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Tout devient limpide comme du cristal tout à coup!
      Ça fait tout drôle... c'est qu'on a perdu l'habitude.

      Qu'on n'aille pas prétendre que la presse est vraiment libre, quand ce type d'analyse n'apparaît nulle part (ou en tout petit), alors qu'il serait indispensable de l'exposer, de la développer et de l'étayer, de la confronter à d'autres. Alors la réflexion gagnerait peut-être sur le suivisme.

      Merci pour cette magistrale leçon de géopolitique, lecanasson.

      Supprimer
    2. C'est vous qui nous prenez pour des cons, vieux canasson. Comment êtes-vous au courant, pour les sous-marins russes, sinon par la presse. Vous voyez que votre argument ne tient pas debout plus de deux secondes, comme ceux de votre camarade aviné Koltchak et ses propos fascisoïdes. Vous ne cessez, vos vongénères et vous, de geindre depuis des décennies en prétendant que la presse est pourrie, or tout ce que vous savez du monde, c'est par la presse que vous le savez - et j'ajouterais que c'est bien dommage... Ahah.

      Supprimer
    3. Jean-Baptiste, personne ici ne prend personne pour un con.
      Personne n'est aviné et je ne crois pas que quiconque ait la nostalgie de la période fasciste.
      Tâchons de rester courtois.

      La liberté laissée aux médias est bel et bien plus restreinte aujourd'hui qu'il y a quarante ans. Il faut parfois fouiner loin pour trouver des infos un peu variées. Le Journal "Le Monde", lui-même, pourtant une référence, n'a-t-il pas été mis en cause par Pierre Péan et Philippe Cohen, puis Daniel Schneidermann? Il lui était reproché, si je me souviens bien,de privilégier la logique de rentabilité et de s'asseoir sur les règles déontologiques.

      C'est le mal du siècle.

      Il existe bien sûr des journalistes intègres, mais ils se plaignent ( je l'ai entendu) de ne plus pouvoir travailler dans les mêmes conditions qu'il y a quelques décennies.
      Alors, les opinions étaient plus tranchées selon le journal lu, sans doute, mais au moins le lecteur pouvait-il les confronter et s'orienter.

      C'est beaucoup plus flou aujourd'hui.

      Supprimer
    4. "Comment êtes-vous au courant, pour les sous-marins russes, sinon par la presse".

      Il ne vous vient pas une seconde à l'esprit qu'à l'ère de l'internet on puisse s'informer de ce qui se passe dans le monde et même chez nous en lisant la presse étrangère ? Que l'on puisse rechercher et croiser les informations de diverses sources de pays différents ?

      Sur l'accusation de fascisme que je ne vais pas relever, je propose à notre contradicteur de se pencher sur quelques pages qui ont fait la grandeur de quotidiens comme Le Monde ou Libération. Je pense entre autres aux numéros d'avril 1975 où des journalistes libres, indépendants et pas du tout inféodés à qui que ce soit nous expliquaient doctement, et sans rire, que la victoire des khmers rouges était un formidable espoir et un grand moment dans l'histoire de la liberté des peuples. On pourrait également parler des pages consacrées à l'entrée de l'armée rouge en Afghanistan qui a été saluée par certains journalistes comme un autre grand moment censé contribuer à l'émancipation du peuple afghan de l'obscurantisme féodal.

      Et pour tout vous dire monsieur, lorsque je vous lis, que je constate la hargne dont vous faites preuve, je ne suis pas loin de penser que vous faites partie de cette lie de l'humanité qui a pondu ces articles, pour le coup, véritablement nauséabonds.

      Enfin, si je ne suis pas à proprement parler un zélote de la tempérance, un puritain comme seuls les USA et quelques nations luthériennes hyperboréennes savent encore produire, je ne suis pas aviné pour autant. Je m'autorise de loin en loin un verre de single malt et quelques verres de bon vin. Le recours à ce type d'insulte, outre le fait qu'il est gratuit et particulièrement stupide, est la marque des esprits vils. Ce qui, compte tenu de ce que je devine à travers vos positions, ne me semble pas étonnant.

      Serviteur.

      Supprimer
    5. Koltchak91120, ne t'excite pas.

      Quand on voit le niveau linguistique des journaleux français qui se contentent de baraguiner un mâchouillis de franglais pour faire genre, il ne vient justement pas à l'idée de ces personnes qu'on puisse suivre les infos étrangères russes, allemandes, scandinaves, ou même celles d'Al-Jazeera, histoire de voir le monde de l'autre côté du globe ou même de s'y être rendu à l'occasion (et ben, oui, je sais la France est le centre du Monde mais on a le droit de voyager).

      Quand au reste du discours habituel, l'insulte est sans intérêt, l'argumentation inexistante et les termes gonflés d'un vide affligeant et d'un manque total de réflexion et pire encore d'éducation à tout point de vue.

      Même si je ne suis pas forcément d'accord avec certains de vos arguments, j'ai été assez bien éducaillée par mes vieux pour ne pas insulter les autres au moindre propos qui me dérange et par l'Instruction Publique pour savoir contre-argumenter dans le langage de Mme de la Fayette quand cela me chante, ce qui est plus productif que les insultes gratuites et beaucoup plus amusant.

      La preuve est qu'après le déchaînement de Monsieur Morain, la plupart des intervenants a préféré fuir le blog qui sentait le gros M16. Ca doit être ça le dialogue démocratique : faire fuir les gens.





      Supprimer
    6. Rassurez-vous, je ne suis pas excité, j'ai juste de moins en moins de bienveillance envers des cuistres de ce calibre. A l'instant je viens d'avoir un four rire d'anthologie en tombant sur un article de notre contradicteur. C'est moins le contenu qui est en cause, que le sous-titre. Il faut quand même avoir un chopé sacré melon pour oser parler de soi à la troisième personne du singulier. Je vous laisse juge : " Jean-Baptiste Morain est en désaccord avec le concert de louanges qui entoure le dernier film de Clint Eastwood, Gran Torino. Il nous explique pourquoi ". Il est bien bon de vouloir entretenir le vulgum pecus de ses lumières ! Quant à son tropisme gauchisant, il bosse pour les Inrocks, ce qui explique le recours à des termes comme "nauséabond". Incapable, comme les autres, de s'extraire de sa vulgate de petit soldat de l'armée du Bien. Et ça vient ensuite nous parler de réflexes pavloviens.

      Supprimer
    7. Je n'écris pas les chapeaux de mes articles. Et traitez-moi de "bien-pensant" autant que vous le souhaitez - pourvu que ça vous fasse du bien - ça ne me dérange pas. Je préfère, nous sommes nombreux désormais à préférer être des bien-pensant que des vrais salopards : racistes, religieux, anti-américains primaires, antisémites, homophobes. Assumez.
      JB Morain, pour vous servir.

      Supprimer
    8. Nous avons donc eu l'honneur de rencontrer Diaforus...

      Supprimer
    9. Diafoirus, ne vous en déplaise, pas Diaforus. Révisez votre Poquelin avant de vous ridiculiser... Une fois de plus ou de moins, après tout...
      JB Morain

      Supprimer
    10. D'autre part, je suis ravi que vous fréquentiez assidûment les chaines et sites étrangers (ce dont je doute fortement, entre nous), mais je vous assure qu'on trouve très facilement les mêmes informations sur des sites, des journaux et des chaînes français. Ailleurs, l'herbe est plus verte ? Il n'y a pire sourd que celui ne veut entendre.
      JB Morain (mon vrai nom, et oui, j'assume ce que j'écris, moi, pas comme vous)

      Supprimer
    11. Ah oui, être religieux c'est vrai que c'est la marque infamante pour les zozos de votre espèce.
      Anti-américain primaire, moi. Rigolo. Je ne compte plus le nombre de fois où je suis allé aux Etats-Unis et au Canada. J'y ai de nombreux amis et de la famille. Seulement j'ai appris à aimer le peuple américain et à me défier de leurs gouvernements, qu'ils soient républicains ou démocrates.
      Antisémite, moi qui ait grandi dans le quartier pied-noir de Paris, qui était le seul goy de ma classe et qui me suis senti plus juif que chrétien jusqu'à mes 20 ans. Moi qui défends inconditionnellement Israël (ce qui fait de moi un salopard, je sais).
      Homophobe, pas plus. Désolé, mais vous tapez à côté à chaque fois. A moins bien sûr de considérer comme homophobe tout type qui ne tombe pas en pâmoison devant la gay pride, et qui considère que mariage et adoption ne sont pas des institutions avec lesquelles on peut jouer.
      Raciste, pas plus. J'ai seulement la faiblesse de croire qu'un nouvel arrivant dans un pays a le devoir de se conformer à ses lois et traditions, que ce sont là les meilleurs gages d'une bonne intégration puisqu'il semble qu'assimilation soit devenu un gros mot.

      Mais je gage que cela vous passe au dessus de la tête, enferré que vous êtes dans vos préjugés de citoyen du monde ouvert et tolérant. Mais quand je vous lis, je sens poindre le petit Saint-Just ou le Fouquier-Tinville qui sommeille. Vous dénoncez une supposée haine mais elle suinte sous chacun de vos mots.

      Supprimer
    12. Ahahah, toujours les mêmes bons vieux arguments : "je suis pas raciste, j'ai des copains noirs"... Nous ne sommes plus à l'école primaire, monsieur je ne sais pas comment. Vos dénégations maladroites et puériles ne font que confirmer mes allégations. En revanche, je ne suis pas du tout celui que vous décrivez, mais je vous laisse vos gros clichés, vous ne pourriez vivre sans eux. Quant à la haine, tout le monde voit bien d'où elle suinte... Je n'ai pas de haine, j'ai de la fougue, j'ai de la colère. Je ne supporte pas votre façon de rejeter tout ce qui est différent de vous en lui accolant systématiquement des qualificatifs mensongers, injurieux, méprisants. Un étranger, pour vous : "un nouvel arrivant" (langue bureaucratique) qui refuserait de se conformer aux lois et aux traditions du pays qui l'accueille. Vous ne voyez que le mal (le mal selon vous, bien sûr, vous simplifiez tout, et toujours dans le même sens : l'autre est méchant et constitue un danger. Alors, oui, cela soulève ma colère. Mais la haine, la défiance, la méfiance, la suspicion, elles sont dans votre camp, dans votre cervelle.
      JB Morain

      Supprimer
    13. C'est bien vous qui avez écrit : "Je déplore seulement que les pays occidentaux soient gouvernés par des lopes qui n'en peuvent plus d'aplaventrisme devant les soi-disant "grandes âmes" autoproclamées" ?
      La classe. Si ce n'est pas de l'homophobie, ça, qu'est-ce que c'est ?
      JBM

      Supprimer
    14. Monsieur JBM arrêtez de dire n'importe quoi. Vous êtes dangereux, lobotomisé et incapable de vous extirper de votre jugement étroit pour appréhender le monde autrement.
      Tout ce qui n'est pas issu de la doctrine mortifère de gauche vous dépasse, vous fait peur et provoque chez vous un rejet total.
      Avez-vous lu l'article de Io au moins ? Oui ? Et bien donnez-moi le nom des canards qui auraient mis le quart de ce que Io a foutu dans son article. Non ? Vous ne trouvez pas ? Ben voilà : la presse française est nulle.

      Supprimer
    15. Voilà une absence d'argument frappée au coin du bon sens... Mais tout ce que dit lo est dans les journaux. Lisez-les, mon vieux, au lieu de glapir comme un crétin excité. :)
      JB Morain (mon vrai nom, je le répète, espèce de couard)

      Supprimer
    16. JBM, vous êtes tellement à la recherche du moindre reproche à faire que vous en oubliez de consulter votre dictionnaire d'argot. "Lope", mon cher, a plusieurs acceptions dont celles que vous citez mais également : "personne peu courageuse, peu virile, sans énergie, sans courage ; insulte et terme de mépris, minable". Je ne vais pas vous reprocher de ne pas connaître l'argot, mais rien n'empêche de se renseigner, c'est même la base du journalisme que de vérifier et re-vérifier, non ? A moins bien sûr d'être guidé par un vieux fond idéologique.

      Pour le reste, je vous plaints. Incapable de voir la sincérité lorsqu'elle est devant vous. Le problème, c'est que le portrait que vous dressez de moi est faux et quelques blogueurs qui viennent ici et d'autres qui fréquentent d'autres crèmeries peuvent en attester. Vos vieilles ficelles ne marchent pas avec moi. Vous usez de principes vieux comme le monde pour réfuter mon propos et vous vous contentez d'une phrase lapidaire pour dire que vous n'êtes pas comme je le pense. Fort bien, mais je ne vois pas là-dedans matière à vous apporter plus de crédit que vous ne m'en faites.
      Mais a contrario de votre petite personne, j'assume sans problème mes travers. Je suis islamophobe (je n'ai pas dit que je n'aimais pas les arabes, hein ! Je mets des sous-titres parce que dans votre camp il y a pas mal d'altercomprenants), je l'avoue sans complexe, mais a contrario de pas mal de petits kapos dans votre genre j'ai pris le temps de me documenter pour fonder mon avis, sans compter que mon vécu professionnel contribue à me forger une opinion. Je reconnais volontiers être méprisant envers les gens de gauche, et une haine viscérale des communistes supposés faire partie du camp du Bien. Ça serait risible s'il n'y avait pas le bilan derrière. Et oui, un étranger est de par sa nature un nouvel arrivant qui a le devoir de se conformer à nos lois et traditions.

      Maintenant mon cher Monsieur, je vais briser là car je m'aperçois, arrivés à ce moment de l'échange, que nos positions sont inconciliables. Vous vous voyez comme le gentil bisounours qui aime tout le monde d'un amour inconditionnel. Alors que moi je suis un type qui ne croit pas que les bons sentiments aient à faire quelque chose en politique. En fait, vous êtes une manière de synthèse du progressiste idéal, le post-moderne dans toute sa splendeur. Et puis un jour vous vous réveillerez avec un petit retour de réalité dans la gueule et vous chouinerez en vous demandant pourquoi le monde est si méchant, pourquoi il ne peut pas être comme vous aimeriez qu'il soit.

      Supprimer
    17. Eh JB, arrêtez-donc de vous déconsidérer en insultant ceux qui ne pensent pas comme vous. Vlad n'est pas plus couard que je ne suis aviné. Je gage que le fait d'être planqué derrière votre clavier vous donne le courage nécessaire pour recourir à ce procédé indigne. Seriez-vous capable d'avoir la même mâle assurance en face à face mon joli ? Permettez-moi de douter. J'ai tellement vu de types qui jouent les matamores de loin ou parce qu'ils ont leurs copains derrière, finir par s'écraser pitoyablement ai moment de la confrontation.
      Outre le fait que la prise d'un pseudo n'est pas prohibée sur internet, je dirais même qu'elle est souhaitable compte tenu du nombre de déséquilibrés qu'on y croise, elle peut se révéler une nécessité. Certains peuvent être obligés de conserver l'anonymat pour des raisons professionnelles, familiales, etc. J'ajoute que vous avez beau jeu de venir faire le fanfaron à peu de frais, votre métier impliquant justement la diffusion de votre patronyme, puisque c'est votre signature, une marque qui comme toutes les autres est gage d'une certaine qualité et d'un certain contenu.

      Supprimer
    18. Vous vous prenez pour qui ? De toute façon, je ne peux plus m'exprimer ici. Lo m'empêche de vous répondre, tout en vous laissant me traiter de zozo, de dangereux, de bisounous. Nous ne sommes plus égalité, d'ailleurs nous ne l'avons jamais été puisque vous n'avez pas les tripes de donner votre vrai nom. Alors ne venez pas donner des leçons de courage, vous êtes grotesque. Et "lope", mon ami : "synonyme de pédéraste". cessez de jouer les hypocrites. Vous n'êtes qu'un couard, assumez-le au moins. Les excuses pro et familiales ont bon dos. Si vous signiez de votre nom, jamais vous ne me parleriez comme vous le faites. Qui a du courage ? Jean-Baptiste Morain

      Supprimer
    19. Traiter les autres de fanfarons ou de matamores quand on se cache à la fois derrière un ordinateur et un pseudo, c'est quand même le comble de la tartufferie.
      Jean-Baptiste Morain (je suis dans l'annuaire, si vous voulez venir me voir, pauvre type)

      Supprimer
    20. Bon, ben, voilà qu'il a réveillé le Prince Vlad, l'Egorgeur des Carpathes !

      Nous voilà bien avec ça qui traîne dans les bois.

      Ca va plomber notre week-end "ramassage de baies pour les confitures".

      Supprimer
    21. Koltchak, vous m'avez grillée au poteau.

      En effet, l'usage dans le monde des blogs consiste à prendre un pseudo. Libre à chacun d'afficher son vrai nom ou pas. Qu'est-ce que c'est que cette manière de vouloir régenter les choses?

      Jusqu'à nouvel ordre, je suis ici chez moi et je n'entends pas me plier aux fantaisies des visiteurs. Surtout assénées de cette façon.
      Vlad est beaucoup moins excité que toi, Jean-Baptiste. Et j'observe que ton argumentation consiste à le traiter de crétin et de couard (le tout en trois lignes). Ce qui, pour un journaliste, est tout de même un triste exemple.
      J'observe aussi que tu noies ta position dans un magma haineux et désordonné, en esquivant les contre-arguments plus souvent qu'à ton tour. Que tu ne sois pas d'accord ou en colère, soit. Mais ce n'est pas une raison pour surinterpréter, prêter aux contradicteurs des convictions ou des travers qu'ils n'ont pas, ou pour les insulter.
      Je passe sur les allusions à Koltchak que tu fais sur Facebook, alors qu'il n'y est pas pour les lire.

      Reprends-toi Jean-Baptiste.
      Il faut accepter parfois de ne pas avoir le dernier mot.
      C'est bien plus digne que d'affubler les autres de noms d'oiseaux en voulant, comme journaliste, défendre la presse.


      Supprimer
    22. Tu n'es pas chez toi, mais sur internet.
      Rien n'oblige à prendre un pseudo : je n'en ai jamais pris quand je m'exprime en mon nom. C'est une question de dignité, et surtout de responsabilité. Affirmer n'importe quoi sous un pseudo, tout le monde peut le faire.
      Je réaffirme ici que vous ne me parleriez pas ainsi si vous parliez sous votre vrai nom. A quoi ça sert, une signature, crois-tu ?
      Et tu te montres une fois de plus très magnanime avec tes "amis" et injuste avec moi. Assume-le, au moins. mais ne joue pas les juges impartiaux. Tu crois que tu donnes une bonne image d'une professeur des écoles, sans doute ?
      Les noms d'oiseaux, j'en ai pris plein. Relis au lieu de bêler avec les moutons.
      Jean-Baptiste Morain

      Supprimer
    23. Oh bravo Monsieur. Je gage que vous avez dû vous assurer que je n'avais pas de compte sur le machin soi-disant social pour y déverser votre fiel. Et ça vient ensuite imputer je ne sais quel manque de courage aux autres.
      Vous me reprochez zozo ou kapo ? A côté des insultes que vous vous autorisez à l'endroit de vos contradicteurs, ce ne sont guère que des amusettes.
      Quant à vous frapper, ou même me déplacer pour éventuellement tenter de vous intimider, ne rêvez pas mon joli. Gardez vos rêves humides pour vous. Du gaucho, malheureusement, j'en côtoie régulièrement, trop même. Si j'avais dû distribuer quelques horions à chaque fois qu'ils m'on fait bouillir le sang avec leurs conneries, mes poings seraient en piètre état.
      Restez médiocre, c'est encore là où vous brillez de tous vos feux.

      Supprimer
    24. Bon, voilà qu'il en a après les moutons maintenant !

      Supprimer
    25. Je le répète, je n'ai rien effacé. J'ai été prise de vitesse.
      Peut-être confonds-tu ici et Facebook. A force de tirer au hasard, les plombs se perdent.

      Donc JB, là c'est clair.tu dis n'importe quoi.
      La porte est là. Bonjour chez vous.

      Supprimer
    26. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
    27. "vrais salopards : racistes, religieux, anti-américains primaires, antisémites, homophobes" (JB jsais plus quoi).

      Le gars s'est cru sur un blog de salafistes ou quoi?

      Des journalistes intègres il y en a, bien sûr, une toute petite poignée... Pour le reste je ne connais que deux types de journalistes: les prostituées et les chômeurs.

      Supprimer
    28. Vous avez oublié la meilleure, l'insulte du siècle, celle que je me réserve :

      - Nazillon de Prisunic !

      Ca restera graver dans les Annales de ce blog.

      Si, si !

      Supprimer
    29. Bonjour Pétrone,
      et puis il y a aussi ceux qui sont un savant mélange des trois, sans doute.
      Un blog salafiste? Tiens, c'est une idée :)
      C'est vrai que ma photo prête à confusion: je me suis voilée d'une feuille de figuier. J'aurais dû poser en tenue d'Eve pour couper court à toute ambiguité.

      Merci de votre visite!

      Supprimer
  8. Il n'y a aucune raison pour les pays européens de jouer contre la Russie. Pour des raisons continentales évidentes puisque les USA non seulement n'ont aucun intérêt à voir le continent s'émanciper de leur tutelle si j'en crois quelqu'un qui a compté dans l'administration US :
    "L’Europe est la tête de pont géostratégique fondamentale de l’Amérique. Pour l’Amérique, les enjeux géostratégiques sur le continent eurasien sont énormes. Plus précieuse encore que la relation avec l’archipel japonais, l’Alliance atlantique lui permet d’exercer une influence politique et d’avoir un poids militaire directement sur le continent. Au point où nous en sommes des relations américano-européennes, les nations européennes alliées dépendent des Etats-Unis pour leur sécurité. Si l’Europe s’élargissait, cela accroîtrait automatiquement l’influence directe des Etats-Unis. A l’inverse, si les liens transatlantiques se distendaient, c’en serait fini de la primauté de l’Amérique en Eurasie. Sa maîtrise de l’océan atlantique, sa capacité à pénétrer en profondeur sur le continent se trouveraient alors très limitées. (…) Pour le dire sans détour, l’Europe de l’Ouest reste dans une large mesure un protectorat américain et ses Etats rappellent ce qu’étaient jadis les vassaux et les tributaires des anciens empires."

    Zbigniew BRZEZINSKI - Le grand échiquier (1997)

    Et puis les USA depuis les années 30 ont systématiquement joué la carte musulmane contre la chrétienté du Liban que Kissinger voulait vider des chrétiens pour les envoyer au Canada et au Vénézuéla, en passant par l'ex-Yougoslavie, pour finir par l'Irak et maintenant la Syrie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne peut pas mieux résumer !

      Et si, nous avons les plus mauvaises raisons pour jouer contre la Russie.

      - Depuis la pâtée de 1945, les vieux Allemands se conchient en leurs chausses au mot "russe". La nouvelle génération, hyperaméricanisée et lobotomisée, est incapable de situer la Russie sur une carte et n'écoute plus les vieux cons de parents. L'Allemagne est devenue une colonie américaine. Il n'y a qu'à voir le nombre de mots américains dans l'allemand d'aujourd'hui.

      - L'Europe du Nord-Est, pays baltes compris, plus la Pologne, un peu trop proche de la Russie, serait incapable de soutenir un siège sans les Américains. D'où le léchouillage de cul visqueux des Suédois (sans capote et avec consentement)aux Américains dans l'affaire "Assange".

      - La France, depuis que les Américains ont repoussé la Wehrmacht sur les côtes normandes en 1944, s'est appropriée cette victoire et vit dans une sorte de délire mégalomaniaque de pays qui se serait auto-libérée avec l'aide de...Donc puisqu'on a battu les troupes nazies, on servirait bien de l'ours russe au petit-déjeuner...ça fera baisser le chômage et matera les contestataires de tout poils (d'ours).

      Et comme les Français sont aussi arrogants que nuls en géographie, ils n'ont aucune idée d'où viendront les tirs de Katiouchia si les Russes ont la gentillesse de ne pas se servir de leurs armes de destruction massive.

      Et oui, d'où l'intérêt de ne plus enseigner l'Histoire et la Géographie aux élèves...En voulant casser la gueule aux Iraniens dans le Sud, on va se prendre des bombinettes soviétiques venant de l'Est.

      C'est dingue !

      Supprimer
    2. Même nos gauchos au gouvernement sont de bons petits atlantistes. Voici les de la French-American Foundation, fondation atlantiste dans notre gouvernement : François Hollande, Pierre Moscovici, Arnaud Montebourg, Marisol Touraine.

      Supprimer
    3. Et aussi Alain Juppé, Yves Censi, Valérie Pécresse, Philippe Auberger, Jacques Toubon, Eric Raoult (source:Pierre Hillard, dans la Revue Républicaine http://www.revue-republicaine.fr/spip.php?article1347). Des inféodés, il y en a de tous les bords.
      Je ne connaissais pas l'existence de cette FAF. Je viens de lire l'article dont j'ai joint le lien. C'est édifiant.

      Supprimer
    4. Lecanasson, tu devrais donner des cours de géopolitique à Sciences Po! :)))))

      Supprimer
    5. Je me suis contenté de citer ceux qui sont actuellement au pouvoir, le PS ayant instruit un procès en atlantisme à Sarkozy. Au final...

      Supprimer
  9. Ca fait plaisir de lire tous ces commentaires éclairés. Rien à rajouter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais plus où donner de la tête!
      Cet échange est un véritable régal et je suis trop pâmée ce soir pour être capable d'y répondre comme il le mérite.
      Qu'on veuille bien m'en excuser.

      je vais tout relire avant de dormir, histoire d'avoir l'humeur joyeuse.

      Supprimer
    2. Exactement, ça vaut son pesant d'or en matière d'échange.

      Dire que tout cela n'était qu'un leurre...

      Bravo, Lo, ce fut un succès. Jamais beste ne fut cernée aussi vite.

      T'as été Grand Veneur pour le Roy, dis-moi, dans une autre vie ?

      Supprimer
    3. Ce sont des menaces ? Vous connaissez un tout petit peu la loi, j'espère... Je ne suis nullement cerné, c'est vous qui l'êtes, entre nous : petits nazillons de prisunic. JB Morain

      Supprimer
    4. Je suis coite d'étonnement. Stupéfiant.
      Je ne sais pas ce que j'étais dans mes vies antérieures, c'est à toi qu'il faut demander ça :)

      En tout cas, merci aux trois lascars qui ont mené la discussion: toi, Koltchak (dont j'admire la patience) et Jean-Baptiste, même s'il a poussé un peu loin le bouchon.
      Vous nous avez fait passer un moment rare.

      Supprimer
    5. J'aimerais surtout que tu en retires quelque chose : qu'il ne faut pas fréquenter n'importe qui. Hélas, je crois que c'est ce que tu fais, et j'en suis désolé pour toi. Brisons là.
      JBM
      Koltchak, patient ? "lopes", "zozo", "bisounours", "gens de vos espèce", "petit kapo" ? Tu es très très drôles, Laure.

      Supprimer
    6. Et désolé pour toutes mes fautes de frappe. La colère m'a emporté. "Je ne lis plus les journaux français depuis 20 ans" Ahahahahahahah. Il aurait fallu commencer par là, monsieur le facho. Que de temps perdu avec des gens de si mauvaise foi.
      Jean-Baptiste Morain

      Supprimer
    7. Je fréquente qui je veux.

      Au rayon insultes de Monsieur JBM, nous avons: crétin excité, nazillons de Prisunic, pauvre type, SA, salopards, paranoïaque...et puis des qualificatifs tels que complotiste, aviné, fascisoïde... et j'en passe.
      Monsieur JBM a tiré le premier en assénant à Koltchak de la "paranoïa", du "stupide" et du "néfaste".Autant de termes qui font avancer la discussion.

      La colère n'est en rien une excuse d'avoir à ce point perdu les pédales.

      Supprimer
    8. Vos membres deviennent légers...
      Vous flottez au-dessus d'un paysage de paix...
      Vos mains et vos pieds se décontractent...
      Votre conscient s'efface...
      Vous sentez votre souffle remplir tout votre corps et le purifier de toute pensée nazie...

      aouummm....

      Supprimer
    9. Laissez tomber, ça ne vaut pas la peine de se mettre en quatre pour si peu.

      En revanche, ce monsieur nous a donné une belle leçon. C'est cela la gauche dans ses oeuvres. Ça plaide pour la liberté d'expression, mais ça ne rêve que de museler toute parole qui ne rentre pas dans leur petit moule idéologique. Ça passe son temps à parler d'ouverture et de tolérance, mais dans le fond, comme tout révolutionnaire au petit pied, ça ne tolère que son semblable. Enfin, comme les révolutionnaires de 1789, d'octobre 1917, et tous ceux qui ont emprunté cette route, ça cherche à disqualifier d'emblée tout contradicteur en le marquant du sceau de l'infamie (fasciste, etc. - quel courage de dénoncer le fascisme alors qu'il est mort mais que la peste verte pointe son museau) et si ça ne suffit pas, le recours à l'insulte arrive bien vite. Pour peu qu'ils soient en nombre suffisant, le passage à la menace puis à la violence arrive bien vite. J'ai pu l'expérimenter à la fin des années 70 et au début des années 80.

      Le plus beau dans cette histoire, c'est qu'ils se comportent à peu près tous de la même façon en conservant malgré tout le sentiment d'avoir raison, ça encore on ne saurait le leur reprocher, mais d'avoir débattu de manière correcte en ayant écrasé leur adversaire d'arguments irréfutables alors qu'au mieux ils n'ont énoncé que des arguments d'autorité. Et bien sûr en ayant soigneusement évité de répondre de quelque manière que ce soit aux arguments qui leur ont été opposés. Du haut de leur suffisance, ils balaient d'un revers méprisant tout ce qui leur est opposé.

      Ah oui, j'allais oublier cette ridicule propension qu'ils ont à sortir la menace d'un possible procès à tout ce qui leur paraît ressembler à une éventuelle menace. Certains l'inscrivent même en frontispice de leur blog, d'autres, comme notre triste sire, prennent une innocente plaisanterie faisant référence à la vennerie (encore faut-il savoir de quoi il retourne) pour une menace à peine voilée. Sans la loi, le gauchiste s'étiole. On comprend mieux l'inflation législative de ces 30 dernières années, cette frénésie de codification des comportements. Il faudrait demander l'avis d'un psychiatre sur ce point, je gage que ce serait particulièrement éclairant. Le "background" familial de certaines personnes de gauche (je pense à Marie-Ségolène R, François H., Lionel J.) montre que leur engagement à gauche n'est qu'une tentative de tuer le père. Je me demande ce qui peut générer une telle hargne chez notre "ami". J'en laisse néanmoins le soin aux spécialistes.

      Supprimer
    10. Notre ami répond sur le même ton méprisant/humiliant sur son blog professionnel avec les internautes...

      Ceci dit, je n'ai jamais été dupe de la grande mystification coco-gauchiste dont l'axe se décline en deux objectifs incontournables :"la célébration poly-annuelle de l'Aaamiiitié entre les peuples de même confession (sous-entendre sous modèle coco) à grands coups de défilés et d'agitations de drapeaux pourpres et l'autre grand classique - la lutte contre le fascisme, l'impérialisme réactionnaire et les exploiteurs du prolétariat".

      Ce sujet, ma foi, a dégagé l'équivalant de Tchernobyl et de Fukushima.

      Supprimer
    11. Je ne crois pas que tous ceux qui penchent à gauche soit enclins à la violence ou à l'hypocrisie. Là comme ailleurs, on trouve de tout: des primates et des civilisés.
      Et puis le sympathisant n'est pas le militant. Le premier n'a rien à défendre, hormis sa propre paix. Le deuxième est prosélyte et considère son système comme LE système. Et alors, les problèmes commencent.
      J'aurais bien aimé que JBM réponde et argumente au lieu d'éructer.
      Au lieu de ça, il a donné du grain à moudre à tous les antigauches qui sont passés par là.

      Nous serons magnanimes et n'auront pas la faiblesse de faire de ses manières une généralité.

      Lecanasson, tu va un peu loin, là, quand même! :)

      Supprimer
    12. Jean-Baptiste, arrêtez d'envoyer des messages haineux. Je vous ai prévenu, je les efface.

      Supprimer
    13. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  10. Oui, j'ai été volontairement outrancière et réductrice...car ce que je décris n'existe plus depuis 1989 à part peut-être en Corée du Nord ou au Vietnam. Même les Russes ne nous offrent plus leurs défilés titanesques avec l'empaillé sur les remparts du Kremlin dont on agitait la main par intermittence.

    Evidemment qu'il y a des gens sincères de gauche, comme des écolos sincères, ceux qui n'ont rien à y gagner sauf à apporter une peu d'humanité les uns envers les autres dans une société qui en manque singulièrement...hélas ils sont sabordés par leurs têtes militantes dont les préocupations politiques oscillent entre la dépénalisation du cannabis, l'arrêt immédiat du nucléaire et la remise en cause de la laïcité parce que ça fait du buzz !

    C'est la marque de notre époque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pensais plutôt à l'équivalent de Tchernobyl et Fukushima :)
      Pas au reste!

      Supprimer
  11. Bon ben je viens après la bataille... Le gueux s'est tiré sans que je n'ai eu le plaisir de lui rabattre le caquet. J'en suis bien marri.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a tenté un retour, mais là, c'est vrai, j'ai fait preuve du totalitarisme qui me caractérise et j'ai porté atteinte à sa liberté d'expression.
      Désolée de t'avoir privé de ta part de causette :)

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  12. Io, après le troll gauchiste, t'as pas un rappeur débile sous la main qu'on se marre un peu ? Mouarf !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es gourmand, toi, hein!!!

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  13. En revanche, je ne sais pas le dire en Transylvanien !

    RépondreSupprimer
  14. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  15. Réponses
    1. C'était une grosse récré, là, tout de même :)

      Supprimer
    2. Oui, il faut que ça reste exceptionnel, après on dit que les mômes ne foutent plus rien en classe !

      Supprimer
  16. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Io j'ai supprimé mon commentaire, il avait besoin de développement.

      Il n'en reste pas moins que je suis d'accord avec toi et te félicite pour ce billet !

      Supprimer
  17. Ne sois pas confuse Nadezda. Surtout pas!
    Mes sagouins de chats se font toujours les yeux torves:)

    Une grosse opération financière? Tu crois? C'est vrai qu'avec ça, Madonna va mieux vendre ses culottes.

    Les Pussy Riot ont voulu dénoncer le régime de Poutine et sa collusion avec l'Eglise. Très bien. Mais elles ont choisi de venir chahuter dans la cathédrale Saint Sauveur: tout un symbole dont on a peu parlé.

    Oleg Kobtzeff, qui désapprouve la sévérité du jugement, explique très bien, dans "The huffington Post" ce que cela signifie aux yeux des Russes et je le cite:

    "(...)Bâtie en mémoire de la libération après l'invasion napoléonienne (...), l'église du Saint-Sauveur devint au XIXe siècle un des monuments les plus visibles et plus somptueux de Moscou (...). Le monument est à ce jour la plus haute église orthodoxe au monde. En 1918, en pleine tourmente révolutionnaire, un concile prévu de longue date, véritables états généraux rassemblant tous les évêques, les représentants élus des prêtres et les représentants élus des paroisses, procéda à (...)l'autogestion des paroisses et (ce)fut pour les paroissiens la première occasion (outre les élections à la Douma après la Révolution de 1905) d'élire directement des délégués pour les représenter dans une telle assemblée à l'échelle de l'empire.
    C'est dans l'église du Saint-Sauveur que se réunissaient les quelques centaines de délégués, libéraux réformateurs ou conservateurs, alors que les combats faisaient rage dans la ville, dans un des rares moments de l'histoire russe où le pluralisme et le respect de l'opinion d'autrui prévalurent et aboutirent à de véritables réformes sociales et culturelles. Beaucoup de ces délégués, dont 90 % des évêques, seront morts, exécutés, dans les dix ans qui suivirent. Le 5 décembre 1931, la cathédrale fut dynamitée et ses restes entièrement démantelés. Les autorités soviétiques révêrent de construire à la place un grand monument à la gloire du communisme; elles durent se contenter d'une piscine municipale.
    Cette seule désécration devrait faire comprendre à l'opinion internationale que le lieu est un endroit mémoriel sensible. (...)la démolition de la cathédrale symbolisait non seulement le point culminant d'une guerre sans merci livré par le pouvoir soviétique à la religion et à ses fidèles (dont des dizaines de milliers furent exécutés et des centaines de milliers, voire des millions, furent déportés) mais aussi elle symbolisait, particulièrement en 1931 en plein essor de la collectivisation, la politique de table rase, balayant le passé, sa mémoire et les gens -- populations rurales (les soi-disant "koulaks"), minorités ethniques, intellectuels, artistes et d'autres innombrables "ennemis de classe". La reconstruction à l'identique de la Cathédrale du Saint-Sauveur et sa consécration en 2000 pouvait être interprétée de deux façons. Soit il s'agissait d'un acte de justice, la réparation d'un crime commis contre des millions de fidèles pour qui la déstruction de la cathédrale était devenu, au fil des décennies un des symboles forts de plusieurs vagues de répressions qu'on peut comparer à un génocide, soit il s'agissait d'une tentative de réconciliation initiée par les autorités civiles dont beaucoup des notables ont gagné leur poste sous le régime soviétique. En tout cas le lieu était mal choisi pour mettre en scène une provocation. Il ne s'agissait pas d'un concert de Sting ou de Madonna mais d'un lieu investi d'émotions aussi fortes que le Mont Valérien ou le Panthéon.

    --->

    RépondreSupprimer
  18. --->Ce n'est pas tout. On a déjà trop oublié, y compris parmi les jeunes en Russie (ce qui expliquerait la décision irréfléchie), que des manifestations en apparence anodines du genre produites par Pussy Riot étaient monnaie courante en URSS dans le cadre des campagnes incessantes de persécution contre la religion. Lors de grandes fêtes ou au cours d'un simple office, des jeunes voyous, encouragés par les autorités (comme les bandes de ceux qui commettaient les pogroms contre les Juifs sous le régime tsariste), manifestaient à l'extérieur des bâtiments religieux. Sous Staline, des groupes organisés de Komsomols organisaient de véritables raids à l'intérieur des églises, des mosquées et des synagogues. Ce qui était justement typique de ce type de harcèlement était de jouer de la musique trés fort, de faire du bruit et tout son possible pour gêner l'office. Lorsqu'en 1993 j'entrais inopinément avec un groupe de jeunes russes ethnographes amateurs dans une église de Carélie où on célébrait le culte pour la première fois depuis la fermeture par la force de la paroisse, les paroissiennes les plus âgées crurent à un raid de Komsomols ou de voyous, un dernier baroud d'honneur. Leurs regards terrorisés nous en dirent long sur l'ambiance dans laquelle se tenaient ces "manifestations spontanées" autrefois. Les longues histoires d'exécutions sommaires et de déportation qu'elles nous contèrent ensuite en s'excusant de leur acceuil méfiant allèrent bien au-delà de ce qu'on peut lire dans les livres d'histoire sur ce qu'ont subi les communaités religieuses sous le régime soviétique, particulièrement dans les années 1930."

    http://www.huffingtonpost.fr/oleg-kobtzeff/affaire-pussy-riot-verdict_b_1799856.html?utm_hp_ref=france

    RépondreSupprimer
  19. Pour en revenir au sujet, critiquer et contester cretains actes de certains ecclésiastiques est une chose, pas forcément illégitime, dans la mesure où on ne fait pas de quelques cas particuliers une généralité négatrice des oeuvres de charité et de culture gigantesques que l'Église anime en Russie (orphelinats, hospices, écoles, hôpitaux...)

    Mais là, il s'agit véritablement de volonté de destruction de l'Église, de son enseignement et de sa place non moins légitime dans la société qu'elle a fondée et construite. (Pas de Russie sans Église Orthodoxe, en degors de quelques sacrifices humains à Perun ou à Svarog...). Que l'on puisse souhaiter le meilleur pour nos ennemis, reconnaitre leur image divine et leur promesse de salut, les respecter et ne pas avoir de haine à leur égard n^'a jamais signifié ne pas les combattre ni ne pas combattre leurs actes.

    RépondreSupprimer
  20. Bonjour Tchetnik et merci de votre visite.
    En effet, la généralisation est malhonnête. De même que l'anachronisme est simpliste.
    Je vous avoue aussi que j'ignorais que l'Eglise avait en charge autant d'oeuvres de charité.

    Je ne sais pas s'il s'agit d'une volonté de destruction affirmée ou simplement d'un mode de revendication poussé à l'extrême. D'après Oleg Kobtzeff (voir plus haut), il semble que se comporter comme des hussards dans une église soit dans la tradition soviétique. Pour l'inventivité, on repassera.

    Disons, en résumant froidement, que la Russie sans Eglise orthodoxe devient une des pires dictatures que le monde ait connu. A chacun de juger en son âme et conscience de ce qui est le pire ou le meilleur. En laissant pour cela la priorité aux Russes, c'est la moindre des choses.





    RépondreSupprimer
  21. En effet, pour prendre un exemple, Père Dimitri Smirnoff à Moscou (que mon épouse connait bien) anime deux orphelinats personnellement, en plus de ses lourdes responsabilités comme aumonier des forces armées Russes.

    Le monastère Saintes Marthe et Marie à Moscou, fondé par la Grande Duchesse Elisabeth, est enfin redevenu l'orphelinat qu'il fut avant d'être transformé en atelier par les communistes. Idem pour le monastère de la Protection de la Mère de Dieu (Là où se trouve Sainte Matrone).

    Ca ce sont les exemples que j'ai vus perso.

    Par ailleurs, l'Église ouvre en ce moment plus de 700 soupes populaires en plus de celles qu'elle animait déjà. Je ne citerai pas les monastères qui accueillent des femmes battues ou violentées, des drogués...

    En effet, la liste est longue.

    Même si elle peut hélas être entachée par le comportement mondain et superficiel de certains prêtres et évêques, par le carriérisme et l'appât du gain de certains jeunes séminaristes qui ne songent déjà qu'à accumuler des mitres. (hélas j'en connais...)

    Mais de même qu'il y eut un Judas parmis les 12 Apôtres, ces mauvais exemples n'annulent ni les bons, ni les bons fruits de l'Église, ni le Christ.

    Pour ces gens de "Voina", ils appartiennent à une mouvance idéologique qui souhaite systématiquement la destruction de l'Église et qui pour ce faire, n'hésite pas à employer les moyens les plus meurtriers. Et ils n'ont pas hélas le courage et la générosité qui caractérisaient un Nestor Makhno et qui pouvaient rendre le personnage en partie sympathique.

    A l'époque Bolchévique, quand les Chrétiens étaient martyrisés à coup de torture, de goulag ou de balles de Nagant, ces gens se taisaient complaisament. (voir les comportements des Kasparov et Vladimir Pozner, très "Russe" LOL). Pourtant la dictature à l'époque était bien réelle...

    Pour le choix du peuple, les résultats des élections sont sans appel. Et qu'on ne vienne pas nous ressortir ces fameuses "irrégularités" qui ne furent pas prouvées ou alors de manière très marginale.
    Deux faits surtout: Récemment, la Ceinture de la Sainte Vierge est venue en Russie du monastère de Vatopaidi (Mont Athos) pour être vénérée par les croyants. Elle a rassemblé des CENTAINES DE MILLIERS de pelerins.

    Le 24 Avril eut lieu un moleben (prière d'intercession) pour protéger l'Église des attaques antiChrétiennes. Résultat? plus de 80 000 personnes rassemblées. Voilà le peuple, le vrai, celui que les médias bobos détestent et méprisent tellement.

    L'Église est, de notre point de vue, parfaite en tant que corps du Christ. Hélas, en tant qu'institution, elle souffre de la déchéance et des péchés humains. Il est bon de les dénoncer. Mais encore faut-il les replacer dans leur contexte et leur juste proportion. Et force est de constater que, dans l'ensemble, les bons fruits de civilisation, d'art, de culture et (surtout) de valorisation de l'égale dignité des hommes surpassent largement les mauvais (qui de plus sont grandement exagérés pour ne pas dire carrément inventés. Sous les pires moments des Empereurs en Russie, il n'y eut jamais proportionnellement autant de morts ni de violence institutionnalisée que sous les régimes "humanistes" qui plaisent tant aux bobos libéraux de nos jours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est important, en effet, de ne pas tout mélanger. Dans ce domaine comme en toute chose, l'amalgame n'apporte que discorde et confusion.

      Le Foi telle qu'elle est vécue en Russie est sans doute difficile à concevoir pour les Français. Chez nous, la rupture est devenue une institution: à quelques exceptions près (et en excluant l'Alsace et la Lorraine), le chose publique ne se conçoit plus que sous l'angle laïque. Pas étonnant que des malentendus s'installent.

      Quant au collectif Voina, je vais vous choquer sans doute, parce que je ne désapprouve pas leur action. Tout système est contestable et n'évolue qu'à condition d'être gêné aux entournures par un contre-poids. C'est ce que fait Voina avec un humour bien cracra qui ne manque pas de panache. Ils finissent d'ailleurs assez souvent au cachot.

      Le jour où la Russie sera une démocratie agnostique, alors eux ou leurs descendants deviendront aussi figés que nos anciens soixante-huitards.
      Mais gageons qu'ils ont encore de beaux jours devant eux.

      Supprimer
    2. Démocratie agnostique? Hummm...

      C'est ce que les incapables de Février (Kerenski, Kovalevski, Goutchkov...) ont voulu faire en 17, avec toute la clownerie qui s'en est suivie.

      La période Elstine est aussi caractérisée par cette même volonté et ce fut un ratage total.

      Pour les 68ards, je crains de ne pas être aussi optimiste que vous. Il me semble que, en France et ailleurs, ils sont tous devenus businessmen, politiciens de haut vol, journalistes, prêt-à penser, autorités morales de plateau TV et instits de l'Éducation(sic) Nationale(resic).

      Mais d'une manière générale, que ces politiciens et autres pisse-copie cessent de donner des leçons à un pays dont ils ignorent tout et auquel ils furent plus que favorables quand le drapeau rouge y flottait.

      Supprimer
    3. Presque tous les sympathisants étaient mouillés jusqu'au cou dans des compromissions douteuses avec l'URSS, seulement, ils ne voulaient pas passer pour des "chiens" (terme dont JP Sartre affublait aimablement les anticommunistes).
      Mais je ne crois pas que quiconque ose encore nier aujourd'hui que le paradis socialiste fût un enfer.
      Il faut bien être optimiste. Sinon, autant jouer à la roulette...russe :)



      Supprimer
    4. Vous ne devez pas trop fréquenter les milieux de l'extrême gauche.

      N'en doutez pas, derrière des aspects folkloriques il y a autant de commissaires politiques.

      Supprimer
    5. Comme on dit : "révolutionnaire à 20 ans, député à 40 ans".

      Ceci dit, nous n'empêchons nullement tous les socialo-coco bobos à la petite semaine de faire leur paquetage et d'aller participer à un "educationnel training" de trois ans en Corée du Nord chez l'Oncle Kim où ils pourront réviser leur bréviaire.

      Supprimer
    6. Petite histoire de la Roulette Russe, en passant.

      En 1870, Kasavery Ordinetz et son patron le général Gorlov furent séduits par le Smith&Wesson numéro 3 en .44.

      Ils en passèrent une grosse commande, une fois l'arme modifiée en .44 Russian (cartouche plus puissante car la base du projectile était entièrement sertie dans l'étui.). Ce revolver devint le grand standard de l'armée Russe qui fit la guerre de 1877 contre les Turcs avec. Lourd mais efficace, il survécut longtemps à son remplacement par le légendaire Nagant 1895 en 1895 donc.

      C'est avec ce "Smits i Vessonia" que les officiers de l'Armée impériale pratiquèrent cet élégant jeu de hasard à l'émotion garantie.
      Évidement, avec un TT 33 ou un Yarigine Gratch, la chose est moins facile.

      Supprimer
    7. Koltchak, si je vous disais que la couleur politique des gens m'indiffère un peu, seriez-vous surpris? Tant qu'ils ne cherchent pas à m'embrigader, restent corrects et ne m'assomment pas de leurs dadas, cela m'est égal.
      Les extrémistes sont dangereux, je suis d'accord, mais ceux-là finissent assez vite par se révéler tels. Et alors, je les fuis.

      Supprimer
    8. Tchetnik, dois-je comprendre que le Smits i Vessonia leur inspira ce jeu? Ne le pratiquaient-ils pas avant?
      Emotion garantie..oui, c'est le moins qu'on puisse dire!

      Supprimer
    9. Il y avait aussi un jeu crétin qui consistait à tenir en équilibre sur une chaise sur les rebords de fenêtre et à picoler jusqu'à plus soif.

      Mais je reconnais que c'est moins flamboyant.

      Supprimer
    10. @Io

      En effet car ce Smith&Wesson Russian Model fut le premier revolver en service général dans l'armée Russe. Il y eut avant le Galand Belge dans la Marine Impériale, mais sa conception ne permettait pas ce genre de jeu.

      Certains officiers, pendant la guerre de Crimée, utilisaient parfois des Colts 51 à percussion, mais la présence d'une amorce sur la cheminée trahit l'alvéole chargée. Donc, pas d'effet de surprise et c'est bien dommage.

      Supprimer
    11. Je comprends. Rien ne trahissait l'issue.
      Quel que soit l'âge, décidément, les surprises sont toujours une fête. Fussent-elles un brin explosives.

      Supprimer
  22. Hé bé, dites donc : ça castagne sévère chez vous ! On ne connaissait pas, on vient visiter sur la pointe des pieds et qu'est-ce qu'on trouve ? Des shrapnels en grappe qui vous sifflent au ras des esgourdes ! C'est violent.

    Bon j'arrive après le cessez-le-feu, mais je tiens tout de même à apporter mon témoignage, qui vaut ce qu'il vaut, soit pas grand-chose : je suis journaliste depuis 33 ans, la plupart de mes plus vieux amis le sont également. Eh bien, dans la polémique qui a opposé l'ami Koltchak et Jean-Baptiste Trucmuche, c'est à l'évidence le premier qui a raison : la presse est un cloaque.

    Du reste, elle n'a quasiment jamais rien été d'autre : relisez la seconde partie des Illusions perdues de Balzac : la crapulerie, la veulerie, les génuflexions devant les puissants, etc. : tout y est déjà.

    Je repasserai vous lire, tiens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-ce pas?
      Aussi violent qu'inattendu.
      Ne vous inquiétez pas, le cessez-le-feu a été proclamé. Vous pouvez arrêter de raser les murs.

      De fait, je crois bien que Koltchak a raison. Merci de donner votre point de vue: vous êtes labellisé et on aura plus tendance à vous entendre que lui ou moi.

      Bonne idée Balzac. Il me changera de George Sand que je viens de relire et qui m'ennuie.

      Repassez quand vous voulez: vous êtes le bienvenu.

      Supprimer
    2. Oui, Sand est très ennuyeuse (Flaubert le disait déjà, alors même qu'ils étaient amis), sauf son autobiographie, qui doit s'appeler Ma vie si ma mémoire est bonne.

      Pour Balzac, si vous m'autorisez un conseil : Illusions perdues, pour la raison que je disais précédemment, et aussi La Cousine Bette. Mais, évidemment, il y a vingt ou trente autres chefs-d'œuvre…

      Supprimer
    3. Ah! Nous sommes d'accord. Flaubert est décidément un type bien. Balzac aussi, surtout pour son génie des portraits et des ambiances.
      Mais je préfère Flaubert, qui a du génie pour tout.

      Bien sûr que je vous autorise!

      Supprimer
  23. Enfin, Lo, je te rappelle qu'un cessez-le-feu n'est un traité de paix selon le droit militaire. Ca peut repartir de plus belle, in mot de travers et hop, l'arrosage repart tout cela pour trois cradasses.

    On garde le pont-levis levé.

    RépondreSupprimer
  24. J'arrive un peu tard...
    Quand on lit les coms des video de Pussy Riot sur youtube, genre "Elles sont fommes, à l'asile et aux électrochocs"... on se rend compte que Brejniev et sa psychiatrie punitive ont encore des nostalgiques... rien que pour ça je pense que le combat de Pussy Riot n'est pas vain. Leurs happening sont bien mignons, quand on se réfère aux provocations des années 60-70 en Occident... Quand à leur prestationdans l'église, il ne faut rien exagérer: elles n'ont rien vandalisé, elles n'aiment pas Poutine, elles l'ont dit.. et à moins d'extrapoler et d'y voir une dénonciation d'une collusion entre poouvoir politique et pouvoir religieux, en ce moment, c'est très... il n' y avait pas de quoi casser trois pattes à un canard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles n'ont rien vandalisé, juste profané un maître autel, grosso modo l'équivalent du saint des saints. Une paille !

      Comme je l'ai dit, qu'elles ne se plaignent pas, la loi russe prévoit une peine de 7 ans pour ce qu'elles ont fait. Je n'aurais pas eu la magnanimité des juges russes.

      Supprimer
    2. Olala sorcière! Je me rends compte avec horreur que je ne t'ai jamais répondu! Excuse-moi!
      C'est sûr que ça paraît démesuré, mais nos critères de jugements sont un peu différents. Nous sommes nourris à la laïcité depuis des siècles et ce qui touche au religieux nous semble dérisoire (sauf s'il s'agit d'islam, là, on ne rigole plus). Pourquoi pas? Mais on peut comprendre que les Russes voient les choses autrement.
      Et puis je sentais des bubons me pousser sur la couenne quand je voyais tous ces crevards du show biz embrayer comme un seul homme, presse comprise, derrière ces trois fommes..folles :) tout ça pour se faire mousser et se donner des airs de sauveurs de l'humanité. Tu parles. Ils n'en ont rien à foutre.
      @ Koltchak, je crains que la notion de profanation n'échappe à pas mal d'Occidentaux. Pour beaucoup, une église et juste un monument historique. C'est d'ailleurs leur droit le plus strict. Mais du coup, ils ont du mal à comprendre quelle mouche a piqué les Russes.
      Pas toujours facile de se mettre à la place de ceux qui pensent autrement.

      Supprimer
    3. Ah, c'est class' ça, des bubons pousser sur la couenne !

      Supprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin