samedi 16 juin 2012

Quand les instincts se réveillent


J'ai longtemps été d'une candeur de jouvencelle.

Si un homme me faisait les yeux doux, je ne voyais rien.
Si un autre m'assurait de sa totale honnêteté, je le croyais.

Et puis je me suis mariée et j'ai un tout petit peu grandi. Les hommes font attention avec les femmes mariées. Ils font moins les yeux doux et sont plus honnêtes. Vraiment honnêtes, je veux dire. Les autres, on les voit venir plus facilement. Sans doute parce que ceux-là n'ont peur de rien et ils affichent leurs intentions sans trop se gêner.
De mon côté, plus détachée, bien à l'abri derrière ma barricade conjugale, je me suis mise à les observer. J'ai découvert alors que presque tous avaient un peu de mal à ne pas laisser furtivement filtrer quelques signaux sauvages.

Me voilà sortie de ma bulle matrimoniale. Il n'y a plus de mari et j'observe à la lumière de mes observations passées que l'attitude des messieurs change.

D'abord, quelques-unes de mes connaissances sont devenues vraiment aimables. Réflexe de jouvencelle encore vivace: ils savent que je suis seule, donc ils veulent m'aider, ce sont des hommes gentils.
Jusqu'à ce que l'un d'eux commence à me textoter un peu souvent pour un café, pour m'apporter du matériel chez moi, pour n'importe quoi.
....Soupçons....

Et puis aujourd'hui, j'ai eu la visite d'un gars qui venait réparer ma serrure et mes joints de porte-fenêtres. Brave zig au demeurant, dont j'avais déjà eu la visite trois mois plus tôt alors que ma porte de fermait quasiment plus.
Là, il revenait pour réparer sérieusement.
Oui je sais, je suis d'accord. Trois mois, c'est long. Tout fout le camp dans ce pays, ma pauvre dame. Et puis maintenant qu'on a un président socialiste....

Bon. Le voilà qui s'affaire, tout enjoué et gazouilleur autant que puisse l'être un gros costaud un peu rougeaud. Et le voilà qui me raconte l'achat aux enchères de sa maison, les inconvénients de la vie à la campagne, les innombrables kilomètres que son métier l'oblige à avaler... et de fil en aiguille, après m'avoir expliqué dans le détail combien il courait après le temps que c'en était inhumain, il se met à inspecter toutes mes fenêtres pour bien vérifier que tout était bien réglé. Il a même failli me fracasser celle de la cuisine en la démontant. Tout ça pour fignoler un réglage que je ne lui avais pas demandé.
Pendant ce temps-là le temps passait et j'avais du travail...
C'est alors qu'il a entrepris de me changer le joint de la port-fenêtre du jardin. C'était reparti pour la causette. Tout en insistant sur sa dextérité, son astuce et ses chevaleresques vérifications de détail, il a entrepris de me faire un cadeau. Oui!
Il m'a laissé deux rouleaux de joint variés pour que je ne manque pas, si d'aventure, mes joints se disjoignaient. Quant à l'autre fenêtre de la cuisine, celle qui ferme mal quand il fait froid, il m'a assuré qu'il reviendrait la vérifier cet hiver.
Il a mis au bas mot une heure à récupérer le chèque. Entre midi et une heure.
Toute naïve que je suis, je commençais à trouver la séance de dépannage un peu spéciale. De toute évidence, le gars voulait s'incruster. Il m'a raconté une heure durant tout ce qui n'allait pas dans sa boîte. Du dernier commercial incapable de remplir un contrat correctement (mais lui, le chevalier, lui avait rattrapé le coup de justesse), au chef antillais qui lui cherchait des poux dans la tête pour un oui ou pour un non (mais lui, le guerrier, il ne se laissait pas faire), à la secrétaire qui n'osait rien dire (mais lui le gentleman, il l'aidait à se défendre contre les méchants tire-au-flancs), au grand chef qui est cool et qui est un type bien qui roule en ferrari (lui, le bon vassal, il a su se faire apprécier de son suzerain).

Pendant ce temps-là, ma fille qui travaillait discrètement dans la pièce d'à côté m'envoyait des messages désespérés: "On mange quand"? "Il part quand?".

J'étais bien contente qu'elle soit là.

Toute cette histoire m'a fait comprendre une chose.
N'étant plus mariée, aussi étrange que cela paraisse, vu que je n'ai plus 20 ans, je suis redevenue un objet de convoitise.
Les messieurs, tout bien élevés qu'ils sont, laissent paraître un visage qu'auparavant, je ne déchiffrais pas.
Il va falloir que je prenne garde car, visiblement, le monde grouille d'âmes esseulées.


                                                                La chasse est ouverte.











49 commentaires:

  1. as-tu été une psy par procuration vu le déballage de ses états d'âme... L'interressant de l'histoire c'est l'expérience que ta fille se forge par la simple observation. En as-tu reparlé avec elle ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La question se pose, en effet. Et ma fille se l'est posée aussi, puisqu'elle m'a dit avec humour qu'à raison de 100€ la séance, non seulement je n'aurais pas dû payer le monsieur, mais c'est lui qui me devait des sous.
      Elle a trouvé également qu'il avait l'air d'un gars esseulé qui cherchait du réconfort.
      Quant à l'expérience qu'elle s'est forgée...je ne sais pas.

      Supprimer
  2. Au fait, si tu veux des conseils pour la bonne tenue du blog, de l'aide pour des travaux de menuiserie, électricité, un coup de main pour le jardin, une écoute attentive, besoin d'un véhicule pour les courses ou déplacements divers je suis disponible 24h/24, 7j/7.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as oublié de mentionner le plus important : la plomberie.

      Une plomberie négligée peut générer des fuites irréversibles.

      Supprimer
    2. Merci Vlad. Tu es un amour.
      Justement, j'ai encore quelques cerises à cueillir et un peu de bois à couper. Il m'arrive aussi d'avoir peur la nuit. Tu peux faire quelque chose?
      :))

      Supprimer
  3. Mefies-toi des serruriers-jointoyeurs qui finissent par t'inviter au bal, avec les jardiniers ce sont les plus redoutables.
    (il était serrurier ? Ou réparait les joints ? Vrai qu'il y a des boîtes qui font tout, maintenant).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah bon? Je dois craindre les serruriers-jointoyeurs-jardiniers? Dis-moi donc, qu'ont-ils de spécialement redoutables, ceux-là?

      Le gars était envoyé par une boîte qui pose des fenêtres et des portes. Donc il était à la fois serrurier et jointoyeur. Il cumulait.

      Supprimer
  4. Vlad s'étant déjà inscrit pour les travaux divers, je peux venir corriger quelques copies en retard. Y compris pendant les vacances scolaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juntos, tu es trop bon. Ton attention me va droit au coeur. Comment résister à une proposition pareille?
      Les prochains livrets scolaires et les moyennes aussi?

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Oui, c'est l'essentiel après tout.

      Supprimer
    2. Du moment que tu as la maîtrise des clefs, tu es maîtresse en ces lieux !

      Supprimer
    3. Maintenant, j'ai la maîtrise et des clés et de la serrure.

      Supprimer
  6. Et le fameux "bon, c'est pas tout, mais j'ai pas que ça à faire. Vous avez bientôt fini ?" ? Il va falloir apprendre à s'en servir. Dit sur un ton qui ne souffre pas la discussion, ça refroidit généralement la quasi-totalité des gros lourdauds.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai été à deux doigts de le lui dire, mais le gars me faisait un peu pitié et en outre, j'avoue que j'étais assez curieuse de voir jusqu'où il irait comme ça. Observer mon prochain m'a toujours passionnée, même si le prochain est un peu long.
      Cela dit, s'il revient et me sert la même comédie, je crois que j'en userai. Point trop n'en faut.

      Supprimer
  7. Psssit, t as lu le Vlad, moi je crois qu' il tourne autour du pot de groseilles, le garçon, méfi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Crois-tu corto?
      Vlad est pur comme le cristal et en outre, il n'aime pas la gelée de groseille. :)
      N'est-ce pas Vlad?

      Supprimer
    2. Non, sans blague ?!?

      Diantre, qu'il nous laisse sa part, l'animal !

      Supprimer
  8. Je ne savais pas que Vlad était aussi gentil !!!!
    Dis ma chérie ça existe un mec comme Vlad ???? Tu as de la chance d'avoir un copain comme lui, le rêve !!! Et Juntos pour les copies en retard, magnifique !!! Bisous-bisous !!!

    "J'ai supprimé le message en haut pour le mettre ici."

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecoutez, je n'aime pas dire du mal des gens, mais effectivement il est gentil. :-)

      Supprimer
    2. Tout repose sur le service après-vente...

      Supprimer
    3. @Nadezda, Vlad est un amour et Juntos une crème. je suis comblée.
      @Koltchak, auriez-vous la recette des doubitchouks, tant que je vous tiens?
      @Certes, lecanasson, certes.

      Supprimer
  9. Tu as des copies à corriger aussi ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le commentaire précédent, celui de 13:19, s'adressait à Nadezda, mais avec tous les "répondre" affichés sur la page, je n'ai pas cliqué sur le bon. C'est compliqué ces blogs avec commentaires imbriqués !

      Supprimer
    2. Non pas de copies a corriger, je suis photographe, par contre j'ai besoin d'une 15 de modèles masculins, en préparation de ma prochaine expo, hihi !!!!!

      Supprimer
    3. Juntos, ne t'inquiète pas, j'avais compris. C'est vrai que c'est un peu alambiqué, ce système.
      Tu aimes bien corriger les copies?
      Nadezda, as-tu eu des réponses?

      Supprimer
    4. @Io...non pas de réponses (:(: je vais aller faire les photos dans mon pays(la Serbie):):):):):):)

      Supprimer
    5. Bonne idée, tu voyageras un peu. Les hommes sont plus facile à photographier là-bas?

      Supprimer
  10. Pour ceux que cela intéresse, il y a, faute de joint à fumer ou à poser, le mur nord à remonter ainsi que les mâchicoulis où il vente en aoust comme à mi-carême...

    Dans le cas contraire, si vous le voulez bien, nous allons vous raccompagner jusqu'aux douves en passant ce corridor qui mène à un joyau de l'architecture française du XIIe siècle qu'on nomme cul de basse-fosse...si vous voulez bien vous donner la peine, c'est par ici !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien compris hihi

      Supprimer
    2. C'est juste une façon courtoise de foutre dehors les traîne-savates et autres mous du biniou et du reste d'ailleurs qui encombrent les couloirs du château de Livry en pleine restauration...

      Pour plus de détails, se reférer au film "Le Tatoué" avec Jean Gabin et Louis de Funès...Tu ne le regretteras pas.

      Supprimer
    3. "Mous du biniou", "château" ahahah! J'imagine des ventrus blafards déambulant en foule dans les allées glacées, juste éclairées de chandelles trembotantes.

      Supprimer
  11. Bon ... eh bé ton époux, il devait avoir une carrure et des paluches dissuasives ...
    Car pour ma part, les lourdingues qui croient qu'il suffit de demander entendre oui et les plus que lourds qui essaient de te la faire à la DSK, si je donne un coup de pied dans ma poubelle, il en sort une brochette ! ...
    Y'a pas de remède, sauf devenir moche, pauvre et malade ! ... :))))))))))))))))))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même pas!
      Tu m'as fait rire avec ton image de poubelle bousculée :))

      Pauvre et malade, ça ne les découragera pas, je pense. Moche? Bah! On est toujours le(la)moche de quelqu'un et ça ne suffira encore pas. Même l'extrême laideur a ses admirateurs.

      Non, il va falloir que je m'y fasse, aux brochettes.

      Bisous!

      Supprimer
  12. L'homme propose la femme dispose !!!

    C'est agréable de se faire draguer, tiens il y a un Maire de Flandre qui veut l'interdire dans sa ville, quelle drôle d'idée !!!

    Quand la drague devient violente ce n'est plus de la drague mais une agression, c'est pour ces énergumènes que j'ai pris des cours de boxe française !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La drague, c'est vulgaire. Elle est à la séduction ce que la prostitution est à l'amour.

      Un homme digne de ce nom ne drague pas, il séduit. Mais il est vrai que l'espèce tend à disparaître, comme toutes les belles choses de ce monde où l'on encense le vulgaire. C'est ce qui arrive lorsqu'on fait le choix de l'égalité contre l'élitisme.

      Supprimer
    2. Mais non, tu es très sévère. La drague c'est juste une façon populaire de parler de séduction, elle n'est pas nécessairement vulgaire et peut même avoir du charme, de l'humour etc...il suffit de ne pas y répondre.

      Supprimer
    3. Le dragueur on le voit arriver de loin, le séducteur est beaucoup plus dangereux !!!!!!!

      Supprimer
    4. C'est ce qui rend le jeu intéressant :-D

      Supprimer
    5. Bien dit Koltchak91120 !

      Entre "Belle Marquise, vos beaux yeux, d'amour, me font mourir"

      et

      "T'as les yeux qui sentent le cul !"

      J'ai choisi.

      Et je ne suis qu'un moisi de canasson.

      Supprimer
    6. En même temps, lecanasson, si je peux me permettre, je n'ai jamais entendu aucun homme dire l'un ou l'autre :))

      Supprimer
    7. @Koltchak...un jeu intéressant depuis l'histoire d'une petite pomme hihi!!!

      Supprimer
    8. Io, c'est que vous ne me connaissez pas :-)




      Afin qu'il n'y ait pas d'équivoque, je me limite à la première proposition énoncée par lecanasson.

      Supprimer
    9. Hélas, deux fois hélas,

      j'ai lu le premier en 3e, si mes souvenirs sont bons et entendu le second sur le parvis de la Défense, il y a peu de temps.

      et avec l'accent...weshhh.

      Supprimer
  13. Je vois que le moral remonte en flêche... bel été en perspective... Bisou, bisou.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Sorcière.
      Oui, en ce moment, ça va. On en raconte de belles, tu as vu ça?
      Viens donc causer un peu avec nous.

      Bisous!

      Supprimer
    2. Oui Sorcière, viens, on aime quand tu causes !!!

      Supprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin