mercredi 11 avril 2012

Dans les choux

Je ne suis pas constante.
Paris m'échappe.

Boutfil ne manque jamais de nous raconter ses vadrouilles-râlouilles à l'adresse du bon Delanoë.
Copine Débile nous régale de tas d'adresses pas connues où on se tape la cloche aux couleurs du monde.  Vlad nous entraîne dans des passages étroits qui mènent dans des univers obscurs.
Normal.
Tous parigots parisiens!

Moi aussi j'ai marché, visité, écouté un chouette concert samedi. Mais Paris s'est esquivée. J'ai laissé passer le temps et maintenant, c'est trop tard pour raconter le musée du chocolat, le concert de musique du Moyen Age au musée de Cluny ....
Caillera Banlieusarde!
Je suis pas assez réactive. Un brin rustique. L'odeur de bouse flotte.




11 commentaires:

  1. Mais non, mais non ! ...
    Parfois vivre est tellement beau, malgré exactement tout, que ça mange tous les temps, même celui de l'écrire.
    Plein de bises et d'amitié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Lady. C'est gentil ton commentaire. Bisous!

      Supprimer
  2. Du brocoli, cela explique peut être l'odeur qui règne dans nos campagnes (à moins que ce soit de l'engrais...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M'enfin ça sent très bon la campagne! Suffit de pas traîner trop près des porcheries industrielles. Mais ailleurs, j'aime bien. C'est pas normal docteur Chat?

      Supprimer
  3. Je n'ai pas osé dire que c'était une bassine de brocolis. La dernière fois, j'ai confondu un saladier d'haricots verts avec une couronne de noël.

    Ceci dit, si ceux qui étaient censés venir, étaient venus pour y goûter, ça ne serait pas arrivé non plus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, c'était bel et bien une bassine de brocolis. Mais si tu veux, on peut dire que c'était un coussin péteur :)

      Supprimer
  4. Mais si, parle nous du musée du chocolat, ça m'intéresse moi !!! :)

    RépondreSupprimer
  5. Ch'tistoire pour dire queu l'glaude a disparu d'puis 3 jours. L'avons vu la dernière foué avec la mère Pauline près des granges du père René.

    RépondreSupprimer
  6. Ma douéééé! J'allons vite le quérir à c't'heure. Et ch'teu roulure de Pauline, j'm'en va lui chauffer l'croupion!

    RépondreSupprimer
  7. producteur des "James Bond" au cinématographe il est apprécié au breakfast sur la rive opposée de la Manche. Pour Paris si il faut reconstruire les "fortifs" et remettre "l'octroi" pas de soucis cela évitera les "bobos" de coloniser la petite couronne habitée principalement par les victimes du nettoyage des quartiers popu.
    Bzzz...

    RépondreSupprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin