mardi 20 mars 2012

Les agneaux demandent le silence


C'est dans ma voiture, en route vers le boulot, que je l'ai appris.
J'étais en retard et j'ai pris pile les infos de 8h00 en pleine poire.
Ça réveille.

Cette histoire de carton dans une école m'a saisie presque au saut du lit.
Ça assomme.

D'autant plus que rien ne nous a été épargné. La journaleux aiment se gargariser dans l'horreur. C'est bon ça, coco.

J'arrive donc à l'école sonnée. C'est pas l'envie qui m'a manqué d'éteindre cette radio de malheur, mais j'ai été prise de scrupules. C'est pas bien de couper le sifflet aux assassinats d'enfants. Alors je l'ai laissée.

C'est pour ça que j'ai été doublement contente d'arriver sur le parking de mon école.
J'aime bien retrouver mes petits monstres et en plus, j'étais vraiment soulagée à la perspective de ne plus entendre parler de tout ça pendant sept bonnes heures.

C'est dire ma consternation quand j'ai appris qu'on nous priait de bien vouloir observer une minute de silence à 11h dans les classes.
Non mais franchement, à quoi ça rime?
Qu'est-ce qu'ils y peuvent, mes mouflets de 10 ans, à cette boucherie?
Je me vois bien arrivant en classe. Présences, appel de cantine, étude. Et puis: "mes chéris, un dingue à massacré des pauvres gosses comme vous dans une école. C'est très triste et très glauque, alors nous allons nous taire 1mn à 11h pour y penser bien fort."
Un coup à les chambouler encore plus, les pauvres.

Je considère en outre que les têtes pensantes qui règnent sur notre beau pays n'ont pas à me dicter la marche à suivre en matière de minute de silence ou autres. C'est moi qui ait affaire aux enfants. Pas eux.

J'ai donc protesté haut et fort que je n'en ferais rien.

Un peu de pudeur, quoi, merde!

Mais en classe, après les présences, l'appel de cantine et l'étude, Yasmine a demandé: "Maîtresse, vous avez vu ce qui s'est passé à Toulouse?"
Piégée.

Bien obligée de répondre... la télé allumée n'importe quand, voilà ce que ça donne. Ils laissent traîner leurs oreilles et c'est moi qui hérite de la séance causette.
D'autant que le coup d'envoi était lancé et tous les gosses y sont allés de leur pluie de questions et remarques.
"Mon papa, il dit qu'il y a des gens, ils ont un double visage. Ça veut dire quoi?"
"Il paraît que c'était des Juifs, les enfants. C'est comme au Moyen Age alors?"
" Pourquoi il a fait ça?"
"C'est où Toulouse? "..Réponse.. "Aaah ! ça va! C'est loin alors!"
"Mon grand-père, il dit que c'est à cause des jeux vidéos".
Certains réinventaient même l'histoire en ajoutant des détails pas trop racontables.

Yasmine qui mijotait ça depuis le début m'a filé le coup de Jarnac:
"On va la faire la minute de silence?"
J'aurais préféré que tu la poses pas, celle-là...

Il a fallu commencer par expliquer ce que c'était. Restons pédago.
Et pourquoi parfois, on se taisait une longue minute. Ça leur a plu, aux loulous, cette nouveauté. D'autant que je leur ai dit carrément qu'à moi, elle ne me plaisait pas trop, cette minute-là, parce qu'ils étaient encore petits pour ce genre de cérémonie.
Ruben, qui n'est pas idiot a lancé: "Ben oui! Et pourquoi qu'on ferait pas aussi une minute de silence pour les enfants qui sont morts dans l'accident de car en Suisse?"
Bien vu Ruben.
Un mort est un mort. Faisons silence pour tous.

Y'a rien eu à faire: ils l'ont voulue, leur minute. Défi? Rituel initiatique? Pari de ne pas rigoler?
J'ai fini par céder. Si ça pouvait leur faire plaisir...
J'ai posé mes conditions: si on n'entendait pas la sonnerie idoine à 11h, on laissait tomber. Pas question de se farcir une minute en retard à 3h de l'après-midi.
Si ça tournait à la grosse rigolade, on n'insistait pas. Je voyais d'ici les crises de fou-rire à la quinzième seconde.
Si on n'avait plus envie, on oubliait.
On est tombés d'accord.

A 11h, évidemment, ils ont entendu le signal.
"Ça sonné, là, non?
- Oui maîtresse!!! (zyeux brillants, souffles retenus)
- Bon, on y va alors?
- Oui maîtresse!"

Il a bien fallu y aller...

J'ai cru un instant que Yasmine  nous tirerait de là, parce qu'elle retenait à grand peine ses gloussements. Elle s'est maîtrisée.

C'est ainsi que j'ai fait exactement le contraire de ce que j'avais prévu de faire et je ne sais pas encore si je suis une sale renégate vendue aux médias ou une héroïne magnifique.

Sale histoire...





33 commentaires:

  1. Joli billet que j approuve de a à z sauf "heroîne magnifique " faut pas déconner tt de même...encore que...
    bisous et courage pour ton quotidien qui doit pas etre facile ts les jours avec les p'tits monstres

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quoi? Tu n'approuves pas "héroïne magnifique"? ?????
      Peste!

      C'est vrai que j'aurais peut-être pu m'abstenir, mais maintenant que tu l'as pointé, et bien je suis obligée de le laisser :-)

      Merci corto. Je constate avec plaisir que tout le monde n'est pas encore lobotomisé.

      Mon quotidien n'est pas si difficile, va! Les monstres sauvent tout le reste.

      Bisous

      Supprimer
  2. Je suis d'accord avec toi. Ayant entendu à la radio qu'une minute de silence allait être imposée aux gosses, j'ai prévenu mon fils sur le trajet de l'école. Bon, je me suis abstenu de lui dire que je trouvais ça déplacé, mais j'ai voulu avoir la main et gérer moi-même l'information. D'ailleurs, sans cette minute de silence, je ne lui en aurais pas parlé. Le gouvernement m'a forcé la main pour le coup et je n'apprécie pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le gouvernement a pris purement et simplement les gosses en otage avec cette histoire. Tout ça pour jouer à qui serait compatissant, le plus gentil, le plus, le mieux.... Bande de faux-culs qui se sont saisis de cette histoire sordide pour se faire mousser.
      Pas joli joli et je comprends que tu n'apprécies pas.

      Tu as bien réagi.

      Supprimer
  3. Ce n'est pas tant la minute de silence qui me gène. C'est le fait que je ne crois pas une seconde à la sincérité de ceux qui l'ont imposée. Le côté récup', ça me gave.
    Alors justement, ton billet me fait plaisir parce que cette minute de silence, tes mouflets, ils l'ont désirée et tu leur as donnée, après une discussion que j'imagine argumentée :-)
    Chez nous, nous l'avons faite à 10.40 après la récré. En bas, il y avait 4 classes. Pas une gamin n'a moufté, pas un n'a ricané ou pouffé ; j'étais impressionnée.
    J'espère que nous n'aurons pas à en faire d'autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, espérons...

      Ton billet me fait plaisir aussi, parce qu'il démontre que les enfants, eux au moins, sont capables de respecter certaines choses.
      Si les gosses ont réagi comme ça, c'est qu'on le leur a expliqué comme il faut. Pas facile. Haute voltige, même.
      Pour autant, fallait-il l'imposer de cette manière?
      Car nous sommes bien d'accord: c'est une superbe opération de public relation bien cracra.

      Supprimer
  4. D'autant que cette minute de silence a été largement apparachtnikée de toute une logorrhée bien puante : un blanc aux yeux bleux a abattu trois soldats de confession musulmane (donc sous-entendu des arabes) et des enfants juifs. On n'a pas osé dire un raciste d'obédience catholique, mais tout le monde l'aura compris. Sus au raciste franchouillard nazi !

    Est-on à ce point lobotomisé en France que lorsqu'on flingue trois soldats, donc français puisque sous les drapeaux, on se croit obligé de préciser que ce sont des musulmans ? Parce que des mecs en uniforme français et au visage et au crâne rasés et recouvert d'un calot, c'est évident qu'ils sont musulmans pratiquants. On n'a plus le droit d'être Français d'origine algérienne ou marocaine et athée ainsi que le permet les lois laïques de la République ? Est-ce qu'on dit d'un Français local, c'est un français d'origine catholique ? Pour moi, on a flingué trois soldats français en France.

    Quand aux enfants tués, c'est la marque d'un cinglé, comme Breivik, qui n'a plus de limites. La xénophobie, si tant est que ce soit la même personne, lui sert de support pour surfer sur sa haine de l'autre.

    Et si demain, il fait sauter un car de retraités, on dira quoi ?

    Et au risque de choquer, c'est notre propre civilisation qui crée ce genre de fou.

    Pour remonter le niveau, t'avouera que dans ta classe, tu en as qui ont de la suite dans les idées et des idées bien trempées !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu parles d'or.
      En plus, il s'avère qu'on s'est complètement plantés avec nos suppositions à la gomme.
      C'est encore pire.

      Les gars se sont fait buter. C'était des soldats français. Point.

      Sinon, les retraités, je sais pas... Kekchose me dit que ça ferait moins vendre, coco.

      Y'a pas que dans ma classe, tu sais. Les mômes ne pensent pas si mal en général. Faut juste qu'ils aient un peu la parole de temps en temps.

      Supprimer
  5. Le tueur d'élite

    Après Terminator... Après Exterminator... nous allons devoir affronter le Minotaure... l'ange ou le démon de la mort... le monstre au scooter.
    Chaque citoyen devrait en dresser le portrait, le profiler, et tenter de le mettre hors d'état de nuire.
    C'est ce que j'appelle une investigation civique qui ne doit pas se laisser impressionner par les incantations de nos hommes politiques... qui vont reporter à demain les devoirs qu'ils ne peuvent accomplir aujourd'hui.
    De quoi il s'agit ? D'un tueur... vous l'avez compris.
    D'un tueur hors série... qui a déjà reculé les limites de l'horreur... en explosant un enfant à bout portant...
    Si on met sur la table... tous les petits détails dont nous disposons à l'heure actuelle, nous aboutissons à un message qui dit : que le mal commence, mais qu'il n'a pas fini. Que les cibles sont parlantes, hurlantes même : Deux militaires musulmans, un parachutiste de couleur et des enfants juifs...
    Deux premières indications : en s'attaquant à l'armée, notre tueur voulait nous signifier d'abord qu'il n'a pas peur. Qu'il n'a peur de rien. Même pas de ce corps armé dont il est peut être issu.
    Et en mettant à mort des enfants, il nous signale ou renvoie un deuxième signal : qu'il n'a pas de sentiment. Qu'il ne ressent rien et ne peut rien ressentir, ni pitié, ni apitoiement.
    Autrement dit, qu'il est sans scrupules.
    Et si on s'attarde sur le genre et la nature de ses cibles, on a vite compris qu'il s'agit d'un nettoyeur, ethnique et pathologique, qui aspire à ce que le blanc soit encore plus blanc...
    Conclusion : c'est un xénophobe... encore un, qui voudrait rendre la France aux français, l'étranger aux étrangers et l'inhumanité aux humains!
    Zéro peur, zéro chagrin... que lui reste-t-il à démontrer?
    Par déduction logique ou psychologique, je dirais :
    Son invincibilité. Et comment va-t-il s'y prendre pour vous l'attester ?
    Réponse: il va récidiver.
    Frapper encore un grand coup... peut être le 23 de ce mois... pourquoi le 23... parce qu'il a tué le 11, le 15 et le 19, tous les quatre jours, il remet l'épouvantable et les couverts... mais j'espère me tromper... et que tout n'est pas si bien calculé... le tueur d'Oslo n'est pas un parent très éloigné de notre tueur en solo... à cette différence près... que celui qui vient de frapper, est probablement plus lucide que son abominable précurseur.
    La mobilisation des pouvoirs publics... et leurs affections sur médiatiques vont renforcer sa démence et son ignoble science selon laquelle : sa race est belle et bien supérieure.
    La police semble écarter la piste néo-nazie pour ne retenir que la piste terroriste ... c'est bien pratique pour nos hommes politiques! Vous verrez que ce n'est pas vrai...

    http://www.lejournaldepersonne.com/2012/03/le-tueur-delite/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bienvenue Lejournaldepersonne.
      Ton commentaire tient en haleine. Mélange de thriller et de poésie...
      Je ne sais pas si on peut tant prévoir.
      On est sur la piste d'un gars. Pas tout à fait le catho néo nazi, mais un cinglé fanatique de toute façon. Donc oui, un xenophobe, un gars qui n'a rien a perdre et qui honnit tout.
      Si le type qu'on a pincé est le bon, sa seule échappatoire, c'est le suicide.
      Va falloir le surveiller de près.

      Et si c'est pas lui?

      Supprimer
  6. Belle analyse psychiatrique ! On peut y rajouter que ce mec aurait des problèmes avec le Père (Autorité / armée) et de la haine pour l'enfant (qu'on ne lui aurait peut-être pas permis d'être). Il est vrai que pour Breivik, on ne s'est pas trop attardé sur le rôle plus que trouble du père envers son fils.

    C'est pas rassurant tout cela !

    RépondreSupprimer
  7. moi je me dis que ça doit être dingue d'être prof, c'est une improvisation perpétuelle :)

    RépondreSupprimer
  8. Ma fille a eu le droit à sa leçon de moral hier : en gros, c'est un crime probablement raciste neo-nazi d'extrême droite sur des Arabes et des Juifs (ben what else ?). Salauds de Français chrétiens !

    L'art de polémiquer à partir de rien en disant n'importe quoi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un des soldats était chrétien. Aîe!
      Le cinglé semble être un musulman fanatique. Aïe! Aïe!
      Ça discorde sévère.
      Comme quoi, les minutes de silence lancées au petit bonheur, ça donne rien de bon.

      Supprimer
  9. Tu as du mérite, gérer une horde de monstres de dix ans tout les jours! Chapeau bas et encore plus pour cette minute imposée, quelque part.

    RépondreSupprimer
  10. Oh non! Aucun mérite! Y'a des boulots bien pires, tu sais.

    La minute de la mort, je crois qu'on en pense la même chose mais toi, en plus d'ajuster le tir pile dans le mille, tu trouves le moyen de nous faire rigoler (même si c'est pas drôle).

    Tu portes un chapeau, toi? :)

    Merci de ta visite!

    RépondreSupprimer
  11. Très joli titre et très bon byé !
    ... et main'nant, y veux qu'on leur dise quoi aux mouflets, Mossieu le Président ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mylady :)
      ...main'tenant il nous laisse nous dépatouiller, le bougre.
      Plusieurs versions s'offrent:
      - le grand méchant loup fut attrapé par des chasseurs qui lui ouvrirent le ventre pour libérer la petite fille. Il souffrit beaucoup et jura de ne plus recommencer.
      - le gang des justiciers arriva dans des machines nucléaires, armé jusqu'aux dents et il mitrailla le grmurg gluant a coups de neutrons pour en faire de la bouillie vert fluo.
      - le méchant est mort. Justice est faite. Amen
      - J'en ai marre de parler de ça, on a autre chose à faire. Demandez à vos parents.

      Laquelle préfères-tu?

      Supprimer
    2. Je pense que c'est la 2 qui serait du meilleur effet en précisant la différence entre un Juge et un justicier.

      Supprimer
  12. Très beau billet qui montre les sentiments souvent contrastés qu'on peut avoir dans ce genre de situation.
    Et très belle réaction.

    RépondreSupprimer
  13. Tu me touches MHPA, décidément. Merci :)

    RépondreSupprimer
  14. Oui, les profs ont mieux à faire : il paraît qu'ils doivent tous se recentrer sur le socle commun de connaissances tout en redéployant des synergies métacognitives transversales.

    Si, si...Luc Chatel va tout nous expliquer.

    RépondreSupprimer
  15. Moi, quand j'entends le mot socle à l'Education Nationale, je vois un gros socle de béton sur lequel reposent les immenses statues de bronze massif à la gloire de...

    Je ne sais pas pourquoi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un peu comme Woody Allen qui, quand il entendait Wagner, avait envie d'envahir la Pologne. :)
      Les associations d'idée sont redoutables!

      Supprimer
    2. Je ne suis pas sûre que Woody Allen ait seulement idée où se trouve la Pologne.

      En revanche, le discours langagier pédago-didacticiel ressemble furieusement aux diarrhées diafoiresques et interminables dont la Coréee du Nord sait encore saoûler son peuple crevant de faim.

      Supprimer
  16. Bon, j'arrive après la bataille...

    Juste pour dire que les enfants sont très intéressés par les rites... Très demandeurs, j'ose le dire.

    Une actualité personnelle tragique: nous avons perdu il y a une dizaine de jours une figure de notre quartier... une commerçante morte d'une longue et douloureuse... et bien mes ados (16 et 13 ans) se sont tout de suite proposés pour m'accompagner à l'enterrement...Ils étaient très recueillis, et très sincères...
    Après, en spécialistes ils se sont moqués du curé, franchement pas à la hauteur, qui ne supportait pas la comparaison avec celui qui avait officié aux funérailles de leur grand-mère , cet été... mais j'ai compris que c'était pour évacuer l'émotion

    Ce soir, ma fille est revenue du judo avec une nouvelle effroyable: Julien, ceinture noire,30 ans est mort mercredi...D'après le prof, il avait été hospitalisé en psy au début de l'année... S'est-il suicidé ? en tout cas, je DOIS appeler le club, lundi pour savoir si on peut aller lui rendre un dernier hommage. Comme quoi, les traditions ça aide, et il ne faut pas en priver nos enfants, sous prétexte qu'ils sont jeunes, ou trop jeunes... Si pendant des millénaires les sociétés humaines ont inventé ces rites, c'est que ça marche...à n'importe quel âge. Même chez des pitchouns...qui se sentent dans ces moments, partie prenante d'une grande communauté, passée, présente, et avenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contente de te lire Sorcière! Que deviens-tu?
      Je suis d'accord. Les enfants et les grands ont besoin de rituels. Je suis pour les rituels.
      A condition qu'ils soient institués et menés par la communauté, autour d'un événement qui la touche. Mais là? La plupart des enfants n'avaient même pas entendu parler de cet événement.
      Là, ça frise le diktat et je ne crois pas que ça ait rimé à grand chose pour les plus jeunes.

      Supprimer
  17. Sinon, bien entendu je suis d'accord avec la plupart des commentaires... les vautours des media, les délires des politiques... mais il faut dire que le verdict est sans appel: notre société est au plus mal, et RIEN dans les programmes de circonstance ne peut nous faire espérer un début de solutions... et pour cause: c'est à nous citoyens de changer la société, ces cons suivront.

    RépondreSupprimer
  18. kobus van cleef26 mai 2013 à 16:36

    Moi, j'aurais dit comme ça ,une renégate vendue aux médias et au ministère...
    Je sais, ça fait pas plaisir à entendre

    RépondreSupprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin