mercredi 7 novembre 2012

Queue bavarde

Oui je sais. Je tiens mon blog de manière un peu relâchée en ce moment. C'est que mon existence s'organise autrement: plus de vraie vie et moins de machine infernale d'ordi. Alors le dosage entre les deux laisse à désirer et je m'en excuse platement.
Par exemple, j'ai enfin fini de tronçonner mon cerisier et je vous prie de croire que ça prend du temps, cette fantaisie-là.

Aujourd'hui pourtant, malgré une furieuse envie de faire la sieste, je ne résiste pas à une causette bloguesque.
A cause d'une queue.
Non mais ça y est! J'en vois qui gloussent en pensant que je vais encore les saoûler avec mes chats!
Et bien pas du tout.

Ce matin, je tenais la main d'un ami infortuné, obligé de s'envoyer une visite à la préfecture de Paris.
Nous avons donc fait la queue ensemble et nous nous sommes trouvés pris en sandwich entre un écrivain bègue, dont la nigauderie touchait au sublime, qui contait fleurette à une puissante Africaine, et une petite Marocaine bavarde et tellement râleuse que même Vlad aurait été stupéfié.
Aucune image ressemblant de près ou de loin à ce que j'ai vu ce matin n'est disponible sur le net. J'aurais dû  photographier moi-même.

Les images de queue sont soit pas regardables, soit barbantes. Heureusement que les toutous sont là.
A 8h10, nous étions à pied d'oeuvre, plantés au milieu de la place. Mon ami rencogné dans un renfrognement explicite et moi, pas mécontente d'être là. Mon terrain de queue habituel, c'est Bobigny et le décor n'est pas le même.

Hein? Quand même! Bobigny, c'est autre chose! Observons que là au moins, le net propose à la consultation des images qui collent à la réalité. Tandis que Paris fait de la propagande.
En outre, la discussion qui s'est engagée à l'arrière a achevé de me réjouir. Le gars bredouillant qui se prétendait poète et écrivain tentait visiblement d'entreprendre la Noire dodue et lymphatique située immédiatement derrière moi. Le malheureux était tellement timide qu'il alignait les ricanement bêtas et les propos cousus de fil blanc fluo du genre: "D'habitude je ne parle pas aussi facilement, surtout aux femmes. J'ai du mal avec les femmes, vous savez. D'ailleurs je suis célibataire. mais avec vous hihihihi je sens que le courant passe. J'ai tout de suite vu que vous étiez gentille hihihihii." Et ainsi de suite. La fille, prudente, flairant l'éventuelle possibilité de profiter de l'occasion, restait évasive. Elle a quand même eu le culot de se prétendre apprentie vétérinaire, ce qui semblait hautement improbable. Mais dans le fond, face au distingué écrivain de sciences fiction qui argumentait aussi savamment, tout était permis. Là-dessus, ils ont échangé leurs noms et leurs numéros de téléphone. Le gars s'est excusé de devoir se sauver parce qu'il était en retard (qu'on veuille bien m'expliquer ce qu'il faisait là), et il s'est enfui dans un galop de guingois incroyablement disgracieux.
Mon ami restait imperturbable, tandis que je dissimulais ma bonne humeur croissante dans ma grosse écharpe.

C'est alors que ma voisine de queue de devant, une petite brune terne, a commencé à râler.
Contre un monsieur qui photographiait les enfants chinois, d'abord. C'est vrai que la scène était charmante: deux tout petits s'ébrouant en riant sur la place, devant la queue zigzagante.
Cette initiative l'avait mise en rage. Ne voyant pas trop où était le problème et sentant venir une séance de récrimination pénible, je m'efforçais de ne rien exprimer, mais je l'ai regardée (contrairement à mon compagnon de queue qui perdait savamment son regard dans le vague d'un air sévère) et la séance a commencé.
Après le photographe, est venu le tour des resquilleurs. Car la grande porte s'ouvrait et personne ne surveillait la queue (alors qu'à Bobigny, les uniformes veillent au grain), sauf deux policiers postés juste à l'entrée.
Cette petite dame à l'oeil aiguisé vitupérait d'une voix douce, qui rendait ses considérations encore plus déroutantes. "Je ne suis pas raciste, mais regardez qui fait la queue et qui est agglutiné près de l'entrée." En effet, la ligne tendait vers l'Européen et l'Asiatique, tandis que le noeud de gens en désordre était plutôt coloré.
Ça prenait un tour pénible et pour la décourager de continuer plus avant, j'ai avancé un "Ils étaient peut-être là avant" sans conviction. Grossière erreur. Elle a pris mon propos au premier degré et m'a aussi sec reproché ma clémence. Pour un peu, j'étais responsable du déferlement de crève-la-faim sans foi ni loi qui étaient en train de submerger le pays. "Je ne veux pas payer pour ces gens-là, c'est pour ça que je ne veux pas de la nationalité française et que je m'en vais au Canada". Tiens donc! Elle était marocaine et, en se radoucissant un peu, m'a expliqué par le menu que la France foutait le camp à cause des pique-assiettes Noirs et Arabes qui venaient y faire la loi avec la bénédiction des Français. Il a été question de natalité galopante, de pays saigné, d'injustice et du détail de la manière dont les Canadiens, eux, faisaient le tri à leurs frontières. J'étais édifiée.
A ce stade de la discussion, un policier avenant nous a priés d'avancer. J'étais bien contente de ne pas être au Maroc où leurs homologues guident les queues à coups de trique et encore plus d'être débarrassée de cette petite dame douce et hargneuse. Je me demande comment mon ami s'en serait tiré sans moi. Est-ce que son air fermé aurait suffit à lui clouer le bec?

Après quoi, on nous a introduits dans les lieux avec force contrôles, conduits par des types costauds assez peu amènes. Contrôles inutiles au demeurant, puisqu'aucun ne m'a délestée des deux couteaux et des ciseaux rangés dans mon sac à main.
Ensuite, nous nous sommes trouvés assis à attendre avec un numéro à la main, dans cet univers Revizoresque caractéristique de nos belles administrations. La queue était terminée. Mon ami s'est animé. Le spectacle était fini.


11 commentaires:

  1. ah te revoilà ! je comprends ton absence si tu passes ton temps à faire la queue dans des galères pareilles !! t'es maso où quoi ? bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, me revoilà! J'y passe pas mon temps non plus, juste cette fois-là.
      Avoue que ça valait le coup, non? Et puis les amis, on les laisse pas tout seuls face à l'adversité.
      Bisous aussi :)

      Supprimer
  2. Pour être masochiste, il faut épouser une métèque (étrangère).

    Visites Et à la préfecture Et au tribunal (pour une éventuelle naturalisation) ET à l'ambassade de Météquie...

    Cependant, cette dame sera décue par le Canada, car les pique-assiette (phénomène au demeurant bien réel et bien pléthorique) existent aussi largement là-bas.

    Québec, ça va encore, mais Montréal ou Toronto...



    RépondreSupprimer
  3. Cette dame va donc pouvoir continuer à sussurer des râleries aussi là-bas. Ensuite, je me demande où elle va bien pouvoir aller.
    Vous en faites des visites Tchetnik, dites-moi! Alors, quelles sont vos impressions?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les impressions de quoi?

      Du Canada, des préfectures ou des ambassades du Metekland?

      Supprimer
    2. "Je me demande bien où elle va pouvoir aller"

      --Au Maroc, peut-être...

      Supprimer
  4. Et quand je pense que ce matin à 8h10 j'étais encore dans mon lit !...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu avais bien raison! Ce matin, moi aussi :)

      Supprimer
  5. Le terme de Tchetniks ou Chetniks (serbe : Četnik, pluriel Četnici, cyrillique : четник), (du serbe četa, « compagnie », désignant une unité militaire ou paramilitaire) signifie « membre d'une unité » et désigne plusieurs groupes armés, ayant existé à diverses périodes de l'histoire des Balkans. et patati et patata...
    (Source Wikipedia)
    Quand mon pote Aça va apprendre ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'a dit Aça quand il a su que tu côtoyais un tchetnik virtuel?

      Supprimer
  6. il a croisé la mort il y a trois semaines à la Pitié-Salpêtriere,la camarde s'est vengée sur sa mère lundi dernier. Ce corps retournera sur sa terre natale et il ne pourra sûrement pas suivre car son état de santé ne lui permettra pas. Il sera en arrêt jusqu'en janvier/février,je pense.
    Cigarettes sur cigarettes il m'écoutait quand je lui refilait des combines d'usinage d'affûtage etc... Je ne suis jamais rendu compte que je pouvais apporter quelque chose et lui m'en à fait part un jour,je lui ai répondu par un "tu déconnes".
    Mardi j'ai fait une quête pour le soutenir,nous sommes peu nombreux, mais dans un atelier quand un collègue est touché par le malheur nous nous serrons les coudes...
    J'en terminerai par ce mot de virtuel si commode pour excuser les dérapages, ici rien n'est virtuel c'est bien le reflet d'états d'esprits, les agitateurs de tous poils ont dû l'être sérieusement quand ils étaient gamins.
    Aça me racontait qu'il passait par la Hongrie maintenant pour retourner voir sa famille. Il regrette une époque,celle de la paix.

    RépondreSupprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin