mercredi 28 novembre 2012

Plomberie, canard fatigué et cours d'Assises

Nos existences sont tissées de fils contrastés. En général, le traintrain ronronne et la pendule fait tic tac. Et puis de temps en temps, tout s'emballe, le coucou sort de la pendule en braillant et le train se prend pour un avion.
C'est aléatoire comme un poème surréaliste.

Je ne sais pas s'il faut m'en réjouir, mais chez moi, le coucou est aphone depuis longtemps à force de s'égosiller et le train a perdu ses freins.
Il se passe toutes sortes de choses tout le temps. C'est devenu un mode de vie.
C'est aussi la raison pour laquelle je viens de sombrer dans une sieste de dimension mexicaine.

Voilà un échantillon.

La série a démarré en mode tuyauterie.
Ma chaudière a rendu l'âme il y a peu. Nous avons eu froid.
Mon évier de cuisine s'est bouché et le tuyau d'évacuation s'est cassé alors que le débouchage avait eu lieu avec succès (le siphon était tapissé de cheveux boueux). Me voilà donc en plein jonglage entre seaux et bassines.




















Il y a deux jours, en sortant mes poubelles, je vois un canard en train de dormir sur le paillasson de la porte de mon sous-sol.


Un superbe col-vert qui a claqué du bec et s'est bouffi en me voyant approcher. Je n'avais pourtant que de bonnes intentions.
Je lui ai donc préparé une bassine d'eau propre au cas où il aurait eu envie de faire des ablutions et quelques miettes de pain. Là-dessus, je suis partie faire mes courses.
Au retour, il était toujours là, endormi, le bec dans les plumes.
J'ai voulu voir si tout allait bien et il a encore eu peur. Il s'est réfugié derrière mon vélo et j'ai décidé de le laisser tranquille.


La nuit est tombée et le lendemain, il était parti vivre son destin de canard.

Hier, j'ai reçu une lettre du tribunal de grande instance de Bobigny.
Je suis désignée pour faire partie d'un jury de cours d'Assises.
Voilà quelques temps, on m'avait avertie de ce que j'étais tirée au sort pour être éventuellement désignée. Ça y est. Je suis bonne pour aller voir de près ce qui se passe: deux viols et un assassinat en magasin.


A côté de ça, je tente de louer l'entresol de ma maison, pourtant impeccablement refait en joli petit deux-pièces sur jardin: rien. Choux-blanc complet et je ne comprends pas pourquoi. A croire qu'il n'est pas destiné à ça, sous peine de je ne sais encore quelles péripéties. J'en ai pourtant bien besoin pour payer le chauffagiste, le plombier et je ne sais quoi encore: le couvreur peut-être?

Parce que la canard ne m'a pas donné un radis pour l'hôtel et je ne crois pas que ma présence en cours d'Assises me permette de m'offrir des vacances aux Seychelles.


25 commentaires:

  1. Ca me laisse pantoise...

    Le canard et la plomberie, je vois le rapport : c'est l'eau, mais les Assises ???

    Franchement, c'est vrai : deux viols et un assassinat dans un magasin ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi, je fais le dos rond et j'attends la suite.
      Les turpitudes, sont le fait de trois types différents: donc trois affaires différentes. Je ne sais pas encore pour laquelle j'aurai l'honneur d'être juré(e?).

      Supprimer
  2. C'est quoi ces histoires de plombiers qui violent des canards ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui plus est, dans un magasin de chaudières.
      Couaaaac!

      Supprimer
    2. Pauvres chaudières obligées de témoigner... Dur.

      Supprimer
  3. Moi, j'te dis, y pleut toujours sur les mêmes !
    :DDDDDDD
    Tu m'as bien faire rire !
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai malheureusement perdu mon grand parapluie Bongo, trouvé dans une brocante. Il affichait la fiole réjouie d'Omar Bongo que c'en était une vraie provoc et il était immense. Mais j'en ai d'autres, plus petits, moins politiques et efficaces aussi.
      Tant mieux alors, si j'ai réussi à te faire rire :))

      Bises et bonne journée Lady

      Supprimer
  4. 8 janvier 2011: ma chaudière explose, et ma machine à laver déborde, puis rend l'âme...dehors il faisait un froid exceptionnel. Le lendemain la température ne dépassait pas 13° dans la maison.. Mon mari apporte la bagnole au contrôle technique...verdict sans appel:réparations hors de prix, valait mieux acheter une autre caisse dans les deux mois...parce que pour bosser c'est indispensable.

    Ben on s'en est sorti.Courage, tu es à un tournant, c'est sûr... dans quelques mois tu en rigoleras.

    RépondreSupprimer
  5. Réponses
    1. La loi des séries est implacable Sorcière. Moi, je me dis qu'une vacherie entraîne forcément une belle chose. Et de fait...il y a aussi de belles choses. Je ne raconte pas tout!
      Et vous êtes restés combien de temps comme ça, sans voiture, sans chauffage et sans machine à laver? Manquait plus que le toit qui lâche sous la neige et c'était complet.

      En attendant, je propose de monter une assoc. Le club des damnés :)

      Supprimer
  6. Ma pauvre chérie ce sont des moments durs a vivre mais pourquoi tu ne t'entoures pas d'amis qui peuvent régler tout ces problèmes de bricolage ? Finalement pour la plomberie, rien de tel qu'un homme :)))

    Le canard doit être papa d'une nombreuse nichée et il vient chez toi pour se reposer, j'ai bien envie de faire comme lui !

    Les Assises, c'est une expérience a vivre mais avec une certaine distance.

    Pour le studio adresse toi à une agence, j'ai une autre idée mais je vais te la dire en p.m :))))

    Gros bisous et passe une belle journée !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaah Nadezda, c'est ainsi! Le canard migrait et était sûrement épuisé. Il fuyait le froid qui est là, maintenant. Encore un sans-papier :)
      Finalement c'est le papa plombier d'un ami qui est venu et tout est réparé. Le plombier attitré est coincé à l'étranger (devine un peu où), à cause d'un deuil. Je me demande pourquoi les plombières sont si rares: les doigts fins sont un gros avantage pour ce boulot. Et la souplesse aussi.
      Quant aux Assises, oui, il y a intérêt à garder de la distance, sinon, on cauchemarde.
      Quant à l'appart, je vais m'en occuper seule. parce que justement jusqu'à maintenant, je passais par une agence. Zéro résultat.
      Qu'est-ce que c'est ton idée?

      Gros bisous à toi aussi!

      Supprimer
  7. Jurée d'assise, je te souhaite bien du courage mais quelle expérience !
    tu nous raconteras ?

    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr corto que je vous raconterai! Pas tout, parce que les jurés sont tenus au secret pour certaines choses. Mais tout ce que je pourrai raconter, je vous en ferai profiter.
      Finalement, je ne suis pas mécontente de vivre ça. Je suis intriguée.
      Et puis cette institution va peut-être bientôt disparaître, alors je me fais l'effet d'être un peu le dernier des Mohicans. Hugh!

      Bisous

      Supprimer
  8. Bon courage pour ton rôle de jurée, je n'aimerais pas le faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au début Fred, quand la menace a plané, je pensais comme toi et finalement, je suis curieuse de voir comment ça se passe. Ça ne va sûrement pas être tous les jours une partie de rigolade, mais je crois que ça ira.

      Supprimer
  9. Il aurait fallu lui donner une livrée et un noeud Pap'.

    Ca en aurait fait un canard laquais.

    Bon courage pour les zassises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cet ingrat n'a pas voulu que je le touche. Une honte!
      Merci Tchetnik :)

      Supprimer
  10. Ah bah te voilà occupée pour un moment !!!

    P.S. : Tu veux une dispense pour le tribunal ?...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça...quiconque m'accusera de me la couler douce (fonctionnaire feignant, toussa) me fera venir la bave aux lèvres.

      Non Minijupe, merci :) Tu es une crème à la fraise :) Je crois bien que j'ai envie d'y aller voir, au tribunal.

      Supprimer
    2. Personne n'osera t'accuser de quoi que ce soit, être prof c'est un sacerdoce puis tes élèves ont beaucoup de chance de t'avoir.:)

      Supprimer
    3. Ca serait même intéressant d'y emmener ta troupe de mômes dans le cadre de la cognitivité transversale des processus de citoyenneté.

      Allez, schnell ! Tout le monde au tribunal ! et on se lève quand la Cour apparaît ! Ca serait d'ailleurs l'occasion d'un excellent cours d'etymologie sur les mots de justice : parquet, barreau, barre, etc.

      Supprimer
    4. Merci Nadezda. Je ne sais pas s'ils ont tant de chance que ça. Je les torture avec l'orthographe en ce moment, les pauvre choupignous.

      Lecanasson, je t'embauche comme accompagnatrice. Eins zwein, eins, zwei!
      Et je suis sûre que si c'était possible, ils seraient ravis d'y aller, les môminets.
      Pauvres chéris.....

      Supprimer
  11. Si tu fais acquitter l'assassin, tu pourras ensuite lui louer ton entresol. As-tu vu "Fenêtre sur Pacifique" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non!
      Non--> Je n'ai pas vu "Fenêtre sur pacifique".
      Non--> Je ne logerai pas l'assassin ni le violeur chez moi. Et je ne l'épouserai pas non plus. :)

      Supprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin