jeudi 8 novembre 2012

Oatcakes ou comment rendre mangeables les flocons d'avoine

Ceci est une insulte aux papilles. Ça a goût de papier, c'est râpeux à la langue, atrocement fade et la consistance de la chose passe du carton mâché au gluant du plus bel effet quand elle entre en contact avec un liquide chaud. Le pire, c'est l'eau. Mais le lait chaud n'est pas mal non plus.
Je préconise donc les flocons d'avoine à quiconque aurait besoin de se purger par le haut. Après un verre de trop, par exemple.


Je n'aime pas jeter.
Je n'ai pas de cheval à qui faire cadeau de mes flocons.
C'est ainsi que je me suis lancée dans la fabrication des oatcakes. Des biscuits salés à l'avoine, pure scottish spirit. J'en avais goûté en Ecosse et c'était bon.

Furetant sur le net et souvenirs aidant, j'ai abouti à la recette. C'est très simple.

Il convient de mélanger 200g de flocons abominatifs avec 2 pincées de bicarbonate de soude (ça commence très british, isn't it?), un creux de main de sel, 2 cuillères à soupe d'huile - j'ai utilisé de l'huile de noix, parce qu'un peu de Frenchy dans le British ne peut pas faire de mal - et assez de bouillante eau pour que le tout forme une boule bien ferme.

Ensuite, on étale la boule avec prudence, parce qu'elle a tendance à se disperser en morceaux erratiques, assez finement, et on plaque un verre par-dessus pour faire des ronds.

Le tout est enfourné à 200°C et c'est cuit quand une odeur agréable vient vous chatouiller les naseaux.

Ces petites galettes sont infiniment meilleures que la bouillie répugnante que les ascèses s'infligent. Avec du fromage, du saucisson ou de la confiture, c'est délicieux.




12 commentaires:

  1. figures toi que moi, j'ai été élevée avec ça ! à la toute fin de la guerre ( oui, je sais c'était la préhistoire pour toi..) ma grand mère était compable chez un grand transporteur qui travaillait pour le plan Marshall, les boites en questions et le lait concentré sucré arrivaintt par pleins bateaux, les boites abimées, déchirées, étaient évidement mise de côté, ma grand mère récupérait des pleins cartons gratos et tous les mômes du quartier étaientt nourris avec ça..J'aime toujours ça, avec du lait concentré sucré bien chaud, c'est ma madeleine à moi.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais toi, tu les manges sucrés. Et puis tu as des excuses: à la fin de guerre, on crevait de faim et le sucre était rare.
      Mais sans sucre... il faut avoir la Foi chevillée au corps.

      Supprimer
  2. en fait, quelques heures après avoir commencé mon traitement que tu as vu, j'ai pas eu une seule quinte de toux !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Chinois ont décidément tout inventé.
      C'est incroyable que tu te sentes déjà mieux (tant mieux).
      Comment ton médecin a-t-il déniché ce traitement miracle?

      Supprimer
  3. Mais !!! C'est ce que je mange tous les matins au petit déjeuner !
    C'est délicieux les flocons d'avoine. Je les mange dans du lait écrémé, sans sucre, c'est en outre excellent pour contribuer à dégager le mauvais cholestérol.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans du lait écrémé sans sucre? Je soupçonnais bien que tu avais une âme monastique.
      Respect.
      ...
      La mauvais cholestérol, moi vile pécheresse, je le chasse à coups de poissons gras.

      Supprimer
    2. Euh ? T'as vu la tête du moine ? Arf !

      Supprimer
    3. Les "..." laissent présager du pire comme du moins pire...
      Tiens tu feras pénitence pour la peine !

      Supprimer
    4. Pitié! Pas de flocons d'avoine!!!!!!!!

      Supprimer
  4. on peu prendre combien de kilos avec sa svp (je suis une femme)car je veux prendre ddu poid je commennce mon bol ce soir avec du lait froid

    RépondreSupprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin