samedi 15 avril 2017

Le temps est venu de décorer les oeufs

Et voilà, c'est presque Pâques. La fin du Carême, l'heure de s'empiffrer de bestioles en chocolat, le retour des vacances, le printemps, la résurrection du Christ. Chacun l'interprète à sa convenance.

Le point commun dans tout ça, ce sont les oeufs.
De préférence des oeufs blancs.

Les miens ne sont pas en chocolat, mais vrais de vrais, destinés à être mangés. Voilà pourquoi je les teinte de préférence avec du végétal consommable.

                                                          Des pelures d'oignon:



                                                           Des pelures de chou rouge:



La technique est simple. On fait cuire ensemble une dix-quinze minutes oeufs et pelures d'oignon (ou chou émincé) dans un peu d'eau et une lichette de vinaigre, et on laisse refroidir le tout. Ensuite, on extirpe, on essuie et on oint avec un tampon d'huile.

Ça, c'est la base.
Elle ne demande qu'à être un peu enjolivée.

Une technique simple, en usage dans les Balkans, agrémente l'oeuf teint d'un motif végétal. Traditionnellement, il est imprimé sur fond rouge.



Pour cela, il faut prélever une petite feuille propre dans la nature. Evitons les bords de routes ou les crottoirs maculé, je vous prie. L'oeuf doit arriver comestible dans la bouche de l'heureux convive.

La feuille est insérée contre l'oeuf et coincée contre sa coquille à l'aide d'une extrémité de collant fin (et propre), bien serrée et refermée à l'aide d'une ficelle. Tout l'art consiste à ne pas chiffonner la feuille pendant la phase de serrage. Ensuite, c'est pareil qu'au début: cuisson dans les pelures d'oignons. Quand c'est refroidi, on enlève collant et feuille: le motif apparaît. Plus le collant était serré, plus l'impression est nette.

Viennent ensuite les techniques d'impression à la cire chaude et là, ça vire sérieux. Le musées expose ces oeufs-là, des spécialistes subventionnés par les services culturels transmettent leur savoir aux enfants des écoles. Ça se vend, même!
Je me suis envoyée je ne sais combien de vidéos en polonais, en russe, en serbe et même en slovaque, pour tenter de percer tous ces mystères.
J'ai finalement retenu deux techniques.

La virgule de cire


En usage entre la Pologne et la Slovaquie, elle est assez simple. Le matériel aussi.

Il faut planter une épingle à bout rond dans la gomme d'un crayon à gomme qui sert de support. Le bout rond est trempé dans la cire chaude d'une petite bougie plate (celles qu'on utilise pour maintenir les plats au chaud) et hop! une virgule sur l'oeuf. Le geste s'attrape facilement et le résultat est sympathique.
Quand l'oeuf est décoré, il reste à le plonger dans une décoction vinaigrée de pelures d'oignons ou de choux et à attendre qu'il se teinte. La décoction peut être chaude, mais pas bouillante. Sinon, la cire fond. C'est bêta.
Pour enlever la cire ensuite, l'oeuf est approché de la flamme d'une bougie pour que la cire fonde et essuyé avec un sopalin.

La plume

En usage en Serbie et en Roumanie, cette technique est plus exigeante, mais ses possibilités sont infinies.

Il faut commencer par se bricoler l'outil:
- une plume d'écolier bien creuse. J'ai surcreusé la mienne en la pinçant fort.
- un manche de bois. J'ai utilisé un morceau de vieux tuteur de jardin. Une baguette chinoise fait l'affaire aussi. N'importe quel bout de bois, en fait.
- du fil de fer fin.
- de la cire d'abeille.
- une bougie.

Avec la cire, on se confectionne une grosse boulette, qu'on se fixe sur l'ongle du pouce gauche si on est droitier (et inversement dans le cas contraire). Pour se faire, il suffit de la passer sur la flamme de la bougie et de se la coller sur le pouce aussi sec. Ça ne brûle pas.

Le matériel pour les deux techniques:



C'est là que le boulot commence: un peu de cire est picorée avec la plume, chauffée très vite et déposée sur l'oeuf (encore tiède, idéalement) aussi rapidement que possible. Il faut faire des allers-retours permanents entre la flamme, la plume et la cire en dosant pour éviter les taches et les pâtés. Au pire, c'est toujours possible de gratouiller pour effacer les catastrophes.

Pour ce qui suit, c'est le même topo: les oeufs ainsi décorés prennent un bain vinaigré de teinture et la cire est ensuite éliminée à la flamme.


Rien n'empêche de mêler les deux techniques. Allez zou! Mélangeons allègrement le Polonais au  Serbe et c'est parti!


Dans l'enthousiasme, j'ai testé une technique venue des USA. C'est une manière intéressante de réutiliser les vieux foulards de soie.

Elle consiste à envelopper serré l'oeuf dans un chiffon de soie à motifs. A re-envelopper le tout dans un chiffon fin blanc pour que tout ne s'entreteinte pas. On met les oeufs duement emmaillotés dans l'eau froide vinaigrée, on fait bouillir une quinzaine de minutes et on laisse refroidir.
Le motif du foulard se sur-imprime sur l'oeuf et ça peut être assez joli.

                                                  On dirait un vieux marbre italien.


Et voilà ma couvée de Pâques!
Joyeuses Pâques à tous!



34 commentaires:

  1. Faut un sacré alambic pour distiller un truc qui mélange le serbe au polonais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne comprend rien, le mécréant ! C'est un message alambiqué christique !

      Supprimer
  2. Faut que je relise tout ça tranquillement, ça n'a pas l'air très simple tout de même !!
    rn tous les cas, c'est superbe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Boutfil. Je pèse la valeur du compliment, venu d'une personne de ton niveau d'exigence.
      Pour une brodeuse, c'est sûrement un jeu d'enfant. Il faudra que je te montre.

      Supprimer
  3. qui l'eût cru et dire que bientôt nous irons nous en faire cuire un. En attendant Pâques vu du coté des œufs.
    Bzzz...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les miens n'ont pas protesté comme les oeufs américains. C'est normal?
      Bzou!

      Supprimer
  4. La décoration par virgule m'interpelle particulièrement. On y reconnaît la double triskel avec la source au centre. Une roue de soleil en somme.
    Quant aux autres oeufs bleus, j'ai vu des symboles identiques dans le nord sur des pierres datant de la préhistoire.

    Quand la Source Divine s'exprime à travers de l 'art populaire.

    Très impressionnant !

    Joyeuses Pâques !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La virgule est particulièrement facile à utiliser. Si tu veux, je te montrerai. Tu as vu les mêmes symboles sur les oeufs bleus et des pierres nordiques? Ça m'intéresse beaucoup. Si tu as des détails, je suis preneuse.
      Joyeuses Pâques à toi aussi!

      Supprimer
    2. La fameuse virgule, on l'a voit dans les églises...corses ! C'est le symbole de la Vie basé sur le 2 x 3 associé à Marie toujours accompagnée de deux Saintes dont souvent Jeanne d'Arc...On peut y voir aussi le principe de vie densifié cher au Nord, voire aux Grecs, une source s'expulsant en trois principes féminins et masculins et tournant en sens opposé sur un sele axé.

      La Grande Ourse et la Petite Ourse tournent ainsi en opposition, l'étoile polaire servant d'axe autour d'un centre invisible.

      Tout ceci respectant la suite de Fibonacci...

      Étrange, non ?

      Supprimer
  5. Rien a dire c'est tout simplement magnifique. Je t'admire pour avoir fait toutes ces recherches et respecté les méthodes. Je suis beaucoup moins exigeante que toi: colorants naturels, couleurs naturelles bio, pinceau 3 poils. Ma mère faisait des merveilles.
    Comme toi j'avais remarqué une certaine unité entre les motifs qui décorent les œufs des pays de l'Est Certains signes on les trouve sur les poteries etc... de l'époque Vinca, surtout en Serbie et bizarrement aussi en Pologne, ce que tu as bien démontré. Vinca est prés de Belgrade et visiter le musée de Belgrade vaut le détour.
    Vraiment très jolis tes œufs, encore bravo :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du nord au sud, de l'est à l'ouest de l' Europe, nous sommes issus de la même source. C'est ce que nous dit notre mémoire collective au travers des oeufs peints...un point central qui rayonne la Vie par le nombre six ou
      huit...

      Au grand dam des outres atlantistes et choux de bruxelle qui veulent nous faire croire qu'après l'Autriche, on est moins nous qu'au fond du Mississipi.

      Supprimer
    2. Merci! Ce qui est étonnant, c'est qu'après avoir copié quelques motifs, d'autres sont venus tout seuls, sans modèle. D'où sont-ils venus? Allez savoir. Une réminiscence de tréfond préhistorique proto-européen sans doute. Le cerveau possède des leviers inattendus. Ta maman peignait les oeufs avec des pinceaux à Trois poils Nada? Comme les miniaturistes persans...j'imagine la finesse du résultat. En as-tu gardé?

      Supprimer
    3. Rien d'étonnant...Tu fais canal...ces moments rituels où on s'abandonne à des états autres que la raison nous offrent des sentiers inconnus de notre être à découvrir. C'est le rôle des rituels. Nous devenons des récepteurs émetteurs : la Source peut vibrer en nous et selon les époques, les cultures et les êtres, elle se manifeste d'une telle manière que le mot multitude serait dérisoire pour l'exprimer. Un seul point commun parmi toutes ses manifestations, c'est sa beauté et la stupéfaction joyeuse qui en découle et le bien être qui en découle.

      D'où l'omniprésence du moche et du destructuré pour freiner l'accès à la Source au plus grand nombre et la campagne d'anéantissement livrée contre les peuples à forte empreinte culturelle.

      Enfin, c'est mon avis et je vais de ce sabot voir Vinca !

      Supprimer
    4. Les oeufs comme levier de résistance au rouleau compresseur uniformiste, je n'y avais pas pensé! Mais pourquoi Pas?

      Supprimer
    5. @Nadezda
      Merci pour l'information sur la culture Vinca. Il y a une controverse à son sujet d'après ce que je viens de lire, mais peu importe il y a bel et bien une écriture et oui, certains des motifs sur les oeufs ressemblent ;)

      Supprimer
  6. Moi j'en ai vu plein de ces réminiscences en forme de virgules... Sur l'axe Ouest-Est des trajets d'autocars, maculant les murs des chiottes turques des commerces au bord des nationales.
    J'ai bon ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous ferais observer, mon cher, que la chiotte turque est bien moins dégueulasse (même décorée de virgules), que la chiotte à l'anglaise (la nôtre, quoi) quand elle est mal tenue. Par égard pour la délicatesse des gens qui me font l'honneur de me rendre visite ici, je m'abstiendrai de préciser les choses, même si mon regard est lourd de sous-entendus appuyés.

      Supprimer
    2. Sans doute my Dear, mais les anglais ont su y apporter un raffinement exquis : la moquette au sol et la moumoutte sur l'abattant.

      Supprimer
    3. Pour s'essuyer le fondement foireux, la moumoutte, c'est le top !

      Supprimer
    4. Vlad t'es pas sympa, on parle de Vinca :)

      Supprimer
    5. Un hérétique, suppôt effervescent de la mouvance nauséabonde de l'ultralibéralisme du Macro, je vous dis.

      Supprimer
    6. Non mais ! Hérétique moi ?
      En parfait observateur j'ai juste noté que la libre circulation des personnes et des biens accroît de manière significative les motifs à virgule dans les lieux d'aisance.
      Macron en bon amateur d'art n'a fait que catalyser ce phénomène à l'aide de ses cars....

      Supprimer
    7. Ces dessins étaient-ils à six branches ou avons-nous une autre expression de l'idiosyncrasie sacrée indo-européenne...Le trait partait-il du centre pour s'incurver vers l'extérieur ou le contraire, car dans ce cas, il faut rapprocher le geste de ce lui de l'art pariétal...Un autre débat passionnant.

      Supprimer
  7. Magnifiques tes oeufs décorés, Lo !
    Ça plus les colyves, vous vous donnez du boulot, les jeunes ^^.
    Il existe une grande tradition des oeufs décorés en Autriche également.
    Et des décorations de fenêtres aussi, en période de Pâques.
    Bises à vous deux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En Allemagne, j'ai cru remarquer qu'ils se lâchaient pas mal aussi niveau décor. Il règne dans l'air une sorte de frénésie sacrée qui ne s'apaise qu'après le dimanche.

      A Vienne, les pâtisseries rivalisent d'imagination : j'avais mis la main sur les dernières coccinelles en chocolat tellement mignonnes que je n'avais pas pu me résoudre à les manger.A Trêves, c'était un festival de bestioles de printemps. Un régale pour les yeux.

      Supprimer
    2. Dommage que tu n'as pas de photos.

      Supprimer
    3. Hélas, non ! Un crash d'ordinateur m'a tout perdu !

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    5. Oui La Mouette, on a fait dans le traditionnel, cette année. Ça fait beaucoup de bien, cet encrage, surtout pendant cette période où plus rien ne semble tenir la route. En Autriche aussi, en effet. Quand je suis allée fouiner sur le Net, j'ai vu pas mal de belles choses par là-bas.Tu connais l'Autriche?
      Des bises!

      Supprimer
    6. Lecanasson: une frénésie sacrée, c'est tout à fait ça!

      Supprimer
    7. Oui, Lo !
      Je connaissais très bien l'Autriche.
      J'y suis allée très régulièrement en immersion dans une famille amie de 14 à 25 ans. Et j'ai pas mal sillonné (et marché ^^).
      J'aimais l'enracinement régional et national des Autrichiens.
      Mais je sais que je ne la reconnaitrais plus aujourd'hui.

      Supprimer
    8. Tu dois sacrément bien parler allemand!Pas sûre que l'Autriche profonde (et montagnarde)ait tant changé que ça.
      Bises aussi :)

      Supprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin