dimanche 16 juillet 2017

Renouveau nazi en Europe. L'exemple de la Croatie et des pays baltes

L'histoire est un boomerang. Tout le monde croyait l'Europe vaccinée contre le nazisme et le voilà qui revient au galop.

L'affaire des "Frères des Forêts",  surgie le 12 juillet dernier des protestations russes contre une "propagande" de l'Ouest, en dit long sur la question. L'OTAN met en ligne une courte vidéo de huit minutes, où les Frères des Forêts sont présentés comme d'héroïques résistants à l'occupant soviétique. La Russie et le PCF contredisent la chose en présentant les héros en question comme des membres de la Waffen SS en déroute, planqués dans les forêts baltes après l'écroulement de l'Allemagne.
Si l'histoire était aussi binaire, tout serait clair et pur comme du cristal. En réalité, les "héroïques résistants" étaient un ramassis de gars hétéroclites: vrais patriotes, nazis en déroute, juifs rescapés de l'horreur nazie et ne sachant pas trop quelle direction prendre à part celle de la forêt, paysans sans terre et bien d'autres.

Le dernier Frère de la Forêt, August Sabbe (âgé de 69 ans), sera découvert par les agents du KGB en 1978. Pour éviter d’être capturé, il saute dans une rivière et se noie.
La version Waffen SS, c'est celle des sites russes. Un peu simpliste, pas totalement faux et néanmoins révélateur. Car les nationalismes tendance croix gammée gagnent du terrain sans trop se gêner dans notre belle Europe tolérante. A croire que seuls les Allemands auraient le privilège de la culpabilité: les jeunes générations sont invitées à tous propos à se couvrir la tête de cendres pour les crimes commis par leurs arrières-grands-parents. A Freiburg il y a dix ans, au milieu d'un grand carrefour, j'ai vu des panneaux de direction qui indiquaient, entre-autres, les kilométrages pour divers camps de concentration. Prière de ne pas oublier. Vlan! Un coup de culpabilité en pleine face!
S'il ne viendrait à personne l'idée de diminuer la responsabilité allemande dans la guerre de 39-45, il serait juste aussi de ne pas oublier le rôle de quelques autres dont les remontées nationalistes sentent mauvais.

Les pays baltes, justement, sont intéressants et si quelques gars de la Waffen SS hantaient probablement les forêts après la guerre, ce n'est pas le plus grave. En Lettonie, des manifs encadrées par la police le plus officiellement du monde rendent hommage aux vétérans nazis qui, pendant la dernière guerre, ont lutté contre les Soviétiques. La haine du Russe est telle qu'elle semble tout laver, même les pogroms et les atrocités commises à l'époque par les joyeux vétérans présentés aujourd'hui comme des héros.
16 mars 2017. Commémoration de la Légion SS de Lituanie à Riga.

La presse française évacuent prudemment le sujet, sauf le Figaro qui glisse une allusion timide, l'Huma (dont l'article est excellent) et Médiapart. L'antisoviétisme est promu là-bas comme une valeur indiscutable sous peine de sanctions et quiconque ne parle pas le letton est considéré comme un non-citoyen: il n'a pas d'existence légale et ne vote pas. Alors d'accord, on ne rigolait pas du temps de Soviets, mais de là à légitimer les nazis...
On en est grosso modo au même point en Lituanie et en Estonie: glorification d'ex-nazis, interdiction de toute contestation, peines d'emprisonnement jusqu'à cinq ans) contre quiconque remettrait en cause la version officielle de l'état dans sa vision de l'holocauste (génocide nazi= génocide soviétique. Zéro nuance).
La Lettonie et l'Estonie font partie de l'UE et de l'OTAN. Ce sont des pays respectables.
La Lituanie contribue avec succès aux missions de l'OTAN. C'est aussi un pays respectable.

Lituanie: insigne nationaliste en usage pendant les commémorations de 2016. Source: Defending History


Maintenant, parlons un peu de la Croatie.
Le coeur politique du pays pendant la dernière guerre balançait côté nazi et on ne faisait pas dans la dentelle. Il existait là-bas un camp d'extermination tenu par les Croates eux-mêmes: Jasenovac. On y trucidait avant tout du Serbe, mais aussi du Juif, du Tzigane et du résistant. L'arme blanche était préférée aux chambres à gaz, telle le charmant sbrosjek ou "coupe-serbe":


Bon, ça, vous me direz, c'est de l'histoire ancienne. C'est vrai. Les Croates d'aujourd'hui ne sont pour rien. C'est vrai aussi. Mais comme les Baltes, ils ont subi le joug socialiste en la personne du petit père Tito, qui était certes plus sympa que Staline, mais tout de même. Donc Tito disparu et la guerre d'ex-Yougoslavie par là-dessus, les vieilles rancoeurs mal cuites ont ressurgi et les Croates sont retombés dans de fâcheux excès que notre chère UE ne veut surtout pas voir. La période titiste, puis la guerre leur confère le statut de victimes et tout est permis. Même de redevenir nazis.
Les mémoires d'Ante Pavelic, créateur du camp de concentration précité, promulgateur des lois anti-juives et chef des oustachis de triste mémoire, sont publiées le plus officiellement de monde dans les vitrines des librairies, aux côtés de Mein Kampf et une messe est dite à sa mémoire chaque année. L'opération tempête, vaste nettoyage ethnique de la région de la Krajlina, d'où les 250 000 Serbes furent chassés et tués en nombre, fut commanditée par un homme: Franjo Tudjman, ex président de la république de Croatie et négationniste virulent. Son bras armé admirateur des oustachis, Ante Gotovina, considéré comme un héros par las Croates, après une première condamnation en 2011 pour crimes de guerre, a été finalement acquitté en appel en 2012 par le tribunal de la Haye. Le juge italien Fausto Pocar commente: "Le jugement de la Cour d'appel contredit tout sens de justice".

Commémoration du 20ème anniversaire de l'opération "Tempête"à Zagreb, en août 2015
Et que faut-il penser de l'annulation, le 22 juillet 2016, du jugement condamnant le cardinal Stepinac pour sa collaboration avec les nazis? Jean-Paul II avait même envisagé sa canonisation!! La haine du Russe mène décidément très loin.

Dans la rue, à l'occasion des festivals ou des matches de football, la foule se laisse aller sans honte à scander:"Prêts pour la patrie!" cri de ralliement des oustachis. Lors du Mondial de football 2014, on entendit avec horreur les supporters croates hurler "Tue, tue le Serbe!"

La Croatie s'est imposée face à la Serbie 2 à 0 lors du premier match entre les deux anciens ennemis depuis la guerre d'indépendance croate (1991-95), vendredi sur fonds de chants des supporteurs croates clamant "tue le Serbe" — Dimitar Dilkoff AFP
Ces excès sont encouragés par le pouvoir en place. La présidente Madame Grabar-Kitarovic laisse faire et le ministre de la culture, Monsieur Hasanbegovic considère que l’héritage de l’antifascisme n'est pas à prendre en compte. A l'appui de sa réflexion: celui-ci serait un «concept vide de sens», avancé par les «dictatures bolchéviques». Les politiques d’extermination des Serbes, des Roms et des Juifs mises en place par le régime oustachi sont révisées à la sauce de ce monsieur.
Bien entendu, le sentiment anti-serbe grandit et saute aux yeux de quiconque les ouvre un peu. Même les Italiens commencent à être mal vus.

Mais la Croatie fait partie de l'UE et de l'OTAN. C'est un pays respectable.

Il est de bon ton de s'émouvoir de la politique de fermeture des frontières aux migrants de la Hongrie ou d'autres pays d'Europe de l'est. J'ai entendu des commentaires fort condescendants à ce sujet sur France Inter le soir des attentats au Bataclan: ils étaient jugés "immatures". Mais qui dénonce le retour sans masque d'un nazisme affiché au sein même de l'UE? L'UE ferait bien de relire un peu l'histoire de l'Europe. Avant la venue au pouvoir d'Hitler, personne n'a voulu comprendre ni osé intervenir pour le stopper dans son élan. On sait où ça nous a menés.





7 commentaires:

  1. Tout ça sent bien mauvais, j'ai vu en Allemagne du sud, dans le Palatinat que les vieilles rancœurs contre les Français n'étaient pas encore éteintes, dans le secret des foyers bien sûr, tout autant que lé vénération du régime nazie , un jour où l'autre, ça repartira dans cet ouest de l'Europe, comme aux temps passés et ça fera encore bien du dégâts, grâce aux conneries de UE de l' onu et de l'Otan réunis

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est franchement inquiétant et je m'étonne que certains états déploient cette idéologie de mort avec une telle arrogance, sans qu'aucune instance n'alerte quiconque. Seules les associations juives protestent. C'est déjà ça, mais c'est tout de même bien peu. Quant aux autres qui ruminent en secret, ils promettent de faire nombre si toutefois le volcan se réveillait. Il faut alerter, parler, dénoncer ça!

      Supprimer
    2. Les Français se sont particulièrement distingués dans le Palatinat par leurs exactions contre la population allemande et des destructions majeures sur des monuments religieux, entre autres, et sur des joyaux de l'architecture romane et baroque. Dans le Palatinat, effectivement, on passe pour des gros barbares.

      Quant aux pays baltes, hélas, ce sont les descendants des fameux Ostrogoths, donc germaniques orientaux, liés par le sang aux populations de l'Ancienne Prusse. En 1945, c'est vers les Pays Baltes que les gamins de l'est de la Prusse, perdus, dans la panique de l'exode et pourchassés par l'Armée Rouge, ont tenté de chercher refuge auprès de leur famille dans les pays baltes, ce qui amenait les Soviétiques à fusiller aussi les familles baltes sans autre forme de procès pour avoir aidé l'engeance nazie. J'imagine que les quelques fameux enfants-loups, comme on les appelait,qui ont échappé à la fois au froid, àla faim et aux exécutions, ont dû nourrir une haine tenace contre les Russes et tout ce qui sent de loin comme de près aux Soviétiques et même à l'Europe.

      Supprimer
    3. Lecanasson, il est évident que bien des peuples se sont rendus coupables des exactions les plus abjectes et les Français ne sont pas mieux que les autres. Mon inquiétude porte sur autre chose: la nostalgie affichée pour l' idéologie nazie qui a fait les dégâts que l'on sait, avec la complicité pudique des état européens. Que l'histoire des pays baltes ait engendré la haine du soviétique, il y a sans doute toutes les raisons pour ça, ce qui ne veut pas dire qu'ils soient condamnés à sombrer dans le nazisme pour autant, d'ailleurs. L'histoire m'intéresse, mais suffit-elle a expliquer cette inquiétante résurgence? Et surtout, la justifie-t-elle?

      Supprimer
    4. Il existe une mouvance mondiale qui depuis plus d'un siècle s'ingénie à détruire les peuples à fort marquage identitaire dans le seul but de créer une population informe, obéissante et consommatrice, sans passé, ni futur.

      La fin de la Première Guerre Mondiale a vu l'effondrement de trois dynasties monarchiques sur quatre et l'éclatement des empires en états-nations qui retombèrent sous le joug des nouvelles puissances aux valeurs réduites et pré-fabriquées. 1945 a vu un accaparement de ces mêmes valeurs entre deux superpuissances : le communisme ou le capitalisme. Le communisme ayant presque disparu de par lui-même, nous reste le libéralisme et sa décérébration accélérée.

      Ce regain de nationnalisme exacerbé a pour moi deux origines : l'impossibilité de vivre son particularisme culturel (quand les Baltes ont-ils pu le faire entre les Nazis et les Soviétiques ?)et l'impossibilité de faire connaître de façon officielle les préjudices subis dans cette Europe qui est loin d'être l'assemblée de tous les pays "européens".

      En Afrique du Sud, Monseigneur Desmond Tutu a créé une Commission de la Vérité et de la Réconciliation où chacun a pu témoigner des atrocités perpétrées dans son pays, son groupe éthnique ou sa famille ou chacun a pu avouer ses fautes et exprimer sa culpabilité face aux victimes.

      En Europe, on s'est fait tellement de saloperies les uns les autres depuis deux siècles, sans rien pouvoir en dénoncer, sauf les vainqueurs et à leur prfit, que ce genre de bouffée extrêmiste, tel un foyer pestueux flambant, jaillira dès que la peur d'être noyée dans la masse informe sera trop forte.

      A quand une commission de la vérité et de la réconciliation en Europe ?

      Le nazisme comme l'extrême gauche sont les meilleures armes de ceux qui tirent les ficelles pour anéantir ces mêmes peuples.

      Enfin, c'est ainsi que je le pressens.

      Supprimer
  2. Remarquable ton billet, je vais y revenir. Je le met en lien sur mon blog.Bisous

    RépondreSupprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin