jeudi 29 décembre 2016

Pour qui roule Najat?

Depuis le début du quinquennat Hollande, bien des choses ont secoué l'Education nationale. Elle l'était déjà pas mal avant, mais il faut reconnaître que depuis 2012, c'est la foire à la saucisse.

Résumons. 
D'abord, il y a eu Vincent Peillon et son tableau de chasse:
- La réforme des rythmes scolaires, appliquée à l'arrache, sans aucune concertation ni avec les parents, ni avec les communes, ni avec les enseignants. Elle coûte une fortune, aggrave les inégalités et fatigue les mouflets. Pour rappel, le décisionnaire est cet homme inquiétant, partisan de l'émergence d'un homme nouveau, arraché au déterminisme familial puis refaçonné par Mère Education Nationale.
- La théorie du genre, dont on veut à tout prix nous signifier que c'est un fantasme et que jamais, au grand jamais, il n'a été question de l'infliger aux enfants. Pour se faire, des directives et consignes de lecture un petit peu compromettantes hardies on été supprimées en toute hâte des supports accessibles au public. Comme ça tout est réglé, tout le monde reste copain.

Et Najat dans tout ça?
Attendez, j'y viens.

Ensuite, après un passage-éclair de Benoît Hamon, nous avons désormais Najat Valleau-Belkacem, l'étoile montante. La chouchoute aux yeux doux et aux belles paroles.

Son tableau de chasse vaut largement le précédent.

Voyons cela:
- La réforme des collèges dans la plus extrême précipitation menée tambour battant. 
Résultat: les profs remontés comme des pendules, la simplification appuyée de l'enseignement du français, la suppression des classes européennes, la quasi disparition de l'enseignement construit des langues anciennes, la réduction de la deuxième langue vivante (surtout l'allemand, langue à flexion plus difficile) à une peau de chagrin désolante, les ubuesques EPI, l'accent mis sur l'enseignement et la valorisation de l'histoire des civilisation musulmanes (là, je fais très attention à ce que je dis parce que le sujet est explosif), le projet de l'introduction de la langue arabe en CP, le rétablissement de l'autorisation pour les mères voilées d'accompagner les sorties scolaires...et en prime, sur Canal +, elle laisse s'exprimer sans réagir le salafiste Idriss Sihamedi.
Ça commence à sentir le fagot. Vite, vite, regardons ailleurs et parlons d'autre chose!

Et si au contraire, on mettait les pieds dans le plat?

Najat est membre du Conseil de la Communauté Marocaine à l'Etranger depuis 2007 par décret (dahir) du roi du Maroc. En abrégé: CCME. 

Qu'est-ce que c'est que ce truc? 
Officiellement une institution justement crée en 2007, "chargée du suivi et de l'évaluation des politiques publiques du Royaume envers ses ressortissants à l'étranger. Il a en outre pour mission d'émettre des avis en vue de veiller à la défense des intérêts des Marocain(e)s de l'étranger à l'intérieur et à l'extérieur du Maroc, et de renforcer leur contribution au développement du pays." (source: Wikipedia). 
Officieusement, un outil de propagande à la gloire du Maroc, ni plus, ni moins. Najat est rétribuée en sa qualité de membre de cette organisation aux contours pour le moins flous. Ses émoluments considérés comme "de complaisance" par le journaliste Ali Amar, sont tenus secrets.
C'est déjà assez gênant qu'un ministre d'Etat français soit payé par un pays étranger pour en assurer la promotion.

Ce n'est pas tout.

Je cite Malika Sorel-Sutter, dont Daniel Clairvaux reprend les propos dans L'OBS. Cette double appartenance troublante est relevée dans "Décomposition française: comment on en est arrivé là?":
Parmi les attributions de ce conseil, citons celles «d’émettre des avis sur les principales orientations des politiques publiques permettant d’assurer aux Marocains résidant à l’étranger le maintien de liens étroits avec leur identité marocaine et notamment celles relatives à l’enseignement, l’éducation religieuse et l’action culturelle

Concernant le statut de ses membres, Malika Sorel-Sutter écrit qu’il est spécifié qu’ils «doivent assumer les fonctions qui leur sont dévolues avec fidélité, impartialité et dévouement pour la défense des intérêts suprêmes de la Nation marocaine».

C'est donc le devoir de Najat, sujette modèle du roi Mohamed VI, d'honorer les obligations que son statut de membre du CCME lui imposent.

Elle est aussi ministre de l'éducation nationale de l'état français. 
 



7 commentaires:

  1. Brillant billet, chère Io. Bises, amitiés et joyeuses fêtes -en attendant Noël ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Al West. Joyeux entre Noël à toi aussi!

      Supprimer
  2. Merci de partager cette information avec nous. Ce ne sont pas nos médias qui en parlent. Nos journalistes ont trop peur de perdre leurs chères (à leurs yeux et à celles du contribuable) subventions pour ne pas brosser le régime dans le sens du poil.
    Ce qui m'inquiète, c'est que malgré le fait qu'en mai 2017 nous allons avoir un nouveau gouvernement, je ne crois pas qu'il y aura vraiment de changement.
    Tant que le peuple ne reprendra pas le contrôle de la démocratie, en virant tous ces énarques et tout cette clique auto proclamée hommes et femmes d'état, alors rien ne changera.
    A quand des hommes et femmes de la société civile à la tête de l'état? A quand une assemblée nationale avec des membres du peuple? A quand des spécialistes du sujet à la tête d'un ministère (un économiste à l'économie, un professeur à l'éducation, un policier à l'intérieur, etc)?
    Non, je ne vois pas vraiment venir de changement pour le moment....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout semble bien enkysté, en effet. La sphère politique n'a jamais brillé par sa vertu, à quelques exceptions près, mais jusqu'alors, la presse faisait tout de même contrepoids. Aujourd'hui, les patrons de presse ne sont plus des journalistes, mais des financiers liés au pouvoir. L'essentiel du problème est là et tu as raison de le souligner. Mais je ne perds pas espoir qu'un jour ou l'autre, il se produise un grand coup de balai. En attendant, bénissons internet qui permet l'accès à une autre information.

      Supprimer
  3. Edifiant ! mais pas si surprenant que cela.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non Corto, pas étonnant du tout. Au moins maintenant sait-on d'où souffle le vent.

      Supprimer
  4. Figurez-vous que vous n'êtes pas les seuls à vous interroger. La presse étrangère aussi, notamment la presse allemande qui se demandait par quel moyen Valls - Vallaud- Belkacem et Hildago avaient pu parvenir à des postes aussi hauts dans un gouvernement alors qu'ils n'avaient obtenu la nationalité française que dans les années 80.

    Le journaliste notait que ces trois personnes avaient conservé leur double nationalité.

    RépondreSupprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin