vendredi 21 juin 2013

Condamnation de Nicolas Busse: un magistrat dénonce.

Je découvre sur le site du Point ce message, écrit par un magistrat.
Il reste anonyme, car tenu par son devoir de réserve. Les méfiants pourront donc m'objecter qu'une lettre anonyme n'a aucune valeur.
C'est vrai d'un point de vue juridique.
Mais est-ce vraiment à cela qu'il faut s'arrêter? Car l'idée n'est certes pas d'envoyer Madame Nathalie Dutartre, juge, en prison.
Il s'agit de dénoncer la tournure inquiétante de ce procès, qui ressemble beaucoup à de l'acharnement.

A ceux qui estiment que Nicolas Busse n'a eu que ce qu'il méritait ou encore ceux qui lui souhaite de se faire sodomiser dans les douches de Fleury, j'en recommande la lecture.

Stéphane Guillou, "journaliste" et "humoriste"
Peut-être ouvriront-ils enfin les yeux sur les dérives qu'ils sont en train de cautionner par bêtise, aveuglement, haine, intoxication à la propagande ou suivisme politique.

Il n'est plus question de droite ou de gauche désormais, mais de Droits de l'Homme.

Ne nous fourvoyons pas.

26 commentaires:

  1. Les rares fois où j'ai écouté Guillon, j'ai compris que je ne pourrai jamais voter à gauche. Les progressistes ont de sacrés ambassadeurs, pour ne pas les qualifier de lumières.
    Bon week-end FrouFrou!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pierre, je n'ai jamais écouté Guillon à l'oeuvre. Je l'ai juste entendu présenter ses émissions, pour tenter d'y rallier les téléspectateurs. Cela m'a semblé suffisant pour ne jamais aller plus loin.
      La façon dont ce monsieur s'est distingué récemment me confirme que j'ai bien fait.
      En effet, c'est un ambassadeur de choix!

      Merci Pierre, bon week end à vous aussi et merci de votre visite. Vous êtes le bienvenu.

      Supprimer
  2. Bravo pour la teneur des deux articles mais moi aussi c' est à Guillon que je m' arrête, on e compte plus les personnes qu' il a ridiculisées, blessées, outragées, et lui , personne ne le condamne...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci orfeenix, mais je n'ai fait que reprendre l'actualité sans trop de fioritures.
      Guillon fait partie de cette catégorie de pseudo comiques et de faux chroniqueurs, dont la seule fonction consiste à animer les jeux du cirque que nous sert la télé. Ses provocations sont seul fond de commerce et les siennes manquent de talent. Alors il en fait trop. Un jour, il fera la plaisanterie de trop et il tombera en disgrâce, tu paries? Comme dans" Ridicule", l'excellent film de Patrice Leconte.

      Supprimer
  3. " Peut-être ouvriront-ils enfin les yeux... " ton optimisme est extraordinaire
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut bien, corto. Sinon quoi?
      Bises optimistes :)
      Au fait, les cerises sont presque mûres et pas encore "pourrites"!

      Supprimer
  4. "[...] le peuple de France nous en saura gré". Un juge qui laisse passer cela ne peut être qu'un faux (à mon avis). Cela ne retire rien au reste, cependant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet, Al West, ça n'est qu'un détail.
      Cependant, j'aimerais savoir: pourquoi penses-tu qu'un juge ne peut pas dire ça?

      Supprimer
  5. Puisqu'on parle de stéphane guillon et de l'humour de gauche, voici un petit article qui en dit long sur la puissance comique de l'individu : http://minilien.fr/a0mi8r

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De fait Koltchak, voilà qui est puissant! Ce type n'a tout simplement aucun talent. Alors il passe son temps à se battre les flancs pour trouver quelque chose à dire. J'ignorais cette affaire d'éloignement d'un handicapé du champ de la caméra, pour ne pas gâcher la fête. Ça en dit long sur les vraies valeurs de ce monsieur.
      Encore que. Après sa dernière sortie sur twitter, il va lui devenir difficile de faire encore illusion bien longtemps.

      Supprimer
  6. Je t'invite à lire le billet d'Authueil avant de faire passer ce Nicolas comme un martyr de Gaza.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai lu Fred et je ne suis pas d'accord avec Authueil. Le simple fait qu'il accuse les anti-mariage pour Tous d'être autistes me perturbe beaucoup. Ils n'ont pas cessé de demander audience, ils ont signé une pétition que le CESE a flanqué au panier et les manifestants ont été comptées n'importe comment par la Préfecture, qui n'a même pas été en mesure de fournir des documents fiables pour donner satisfaction aux organismes qui souhaitaient en vérifier le nombre. Ils ont été traités de tous les noms par le politiques eux-mêmes, alors qu'il était de leur devoir de calmer le jeu au lieu d'attiser le feu.
      Il aurait suffi que Hollande accepte le dialogue pour que très vite, tout rentre dans l'ordre. Au lieu de ça, il a répondu par le silence et le mépris.
      De plus, tu sais très bien que ce n'est pas tant la question du mariage qui inquiète les gens, mais les suites: GPA et compagnie, sans parler des implications pour les mômes concernés, absolument pas prises en compte.
      Encore au-delà, beaucoup de gens sont inquiets et critiques de manière générale, à propos de la façon dont le pays est géré. On a le droit de ne pas être d'accord avec eux, mais on a le devoir de respecter leur point de vue. Ils se sont fait traiter d'"extrémistes fascistes" et de faciès de "nazis". C'est une réponse, ça?
      Enfin, ce n'est pas parce qu'une loi est votée qu'on est obligés de dire amen.
      Le cas de Nicolas est intéressant. Il démontre que la justice est à géométrie variable. Et ça, c'est très inquiétant.
      Voilà pourquoi je publie ces billets. Pas pour en faire un martyr, mais pour m'indigner de la manière dont il a été jugé.
      Renseigne-toi.

      Supprimer
    2. C'est normal, vous découvrez les manifs, quand on joue au con, on perd, ce Nicolas a perdu dans les régles, il est dans votre camp vous êtes énervés c'est normal. Moi je le suis quand un salarié perd un oeil pour son emploi, tu trouveras le lien.

      Supprimer
    3. Dans quelles règles ? Les règles de qui ?

      Selon vous, quand on perd un oeil pour son emploi ou qu'on manifeste contre un pouvoir arbitraire, on joue au con ?

      A moins que vous ne pensiez qu'un passage à tabac réactionnaire a des conséquences plus graves sur la santé qu'une répression à coups de matraque de gauche.

      Quand un pouvoir commence à cogner ses salariés et à arrêter et maltraiter ses opposants politiques , c'est de l'arbitraire, et ça s'appelle une...une...je vous laisse deviner la terminologie de ce genre de pouvoir.

      La notion de Démocratie n'est définitivement pas encore acquise quand la liberté d'expression des uns est considérée comme subversive par rapport à celle des autres dans le respect de l'intégrité des personnes et des biens.

      Et ouais, kamarad...

      Supprimer
    4. @Fred

      Selon votre "raisonnement", il faudrait aussi dire que les 200 000 génocidés de Vendée ou les millions de revolverisés de la Tcheka l'ont aussi été "selon les règles"...

      Bin justement, les "règles" n'ont pas été respectées par ceux-ce là même qui les mettent au pinacle.

      Et par ceux-là même qui donnent des leçons de "démocratie" et de "droit de l'homme" à des pays qui pourtant se comportent bien moins violement envers les manifestants.

      Il faudra expliquer comment ces gugus peuvent pratiquer en France en pire des méthodes qu'ils ont été les premiers à condamner ailleurs, au nom des "dwadelom" qui ne semblent exister que pour encourager des populations et des comportements ultraminoritaires et destructeurs.

      Oui, je suis d'accord les règles existent.
      Et dans un État dit "de droit" on n'est pas censé emprisonner personne pour des raisons d'opinion, quand en plus on relache dans la nature des gens dont la culpabilité dans des crimes bien plus lourds a été largement établie.

      Dans un Étyat dit "de droit", la liberté d'expression n,est pas censée être accordée uniquement aux zomos de gauche et drogués.

      Et dans un État dit "de droit" on ne matraque pas des pères de famille, et on ne gaze pas des jeunes filles, ce dans l'instrumentalisation douteuse d'un principe flou et fourre-tout qui se nomme "trouble à l'ordre public".

      Ou alors, il faut avoir le courgae d'annoncer clairement la couleur, rouge en l'occurence.

      Supprimer
    5. @ Fred, tu fais souvent allusion à cette idée d'un "camp". Tu n'es pas le seul à voir les choses ainsi, et c'est ce qui bloque toute discussion: Pour/contre. Gauche/droite. Fasco/coco si on monte en puissance, etc... Où va-t-on comme ça?
      Nicolas n'appartient à aucun autre camp que celui du droit. En l'occurrence, il a pris 2 mois fermes pour des chefs d'inculpation douteux. Les faits de trouble à l'ordre public qui lui sont reprochés, par exemple, sont de la petite bière comparés à d'autres. Tu ne peux pas ignorer cela, ni t'étonner de cette soudaine sévérité.
      Donc les règles, j'aimerais bien qu'on me les explique, parce qu'en l'occurrence, elles m'échappent.
      De même que m'échappent les arrestations arbitraires, telles celles dont je parle dans un précédent billet.http://froufroudanslesfeuilles.blogspot.fr/2013_05_01_archive.html
      Je serais tout aussi véhémente s'il s'agissait d'un ouvrier gréviste ou d'un autre. Là n'est pas la question.
      Mais en ce moment, ce sont les anti mariage pour tous qui morflent et je ne vois pas pourquoi je n'en parlerais pas, sous prétexte que ce ne sont pas des mômes de banlieue, ni des ouvriers, ni telle autre "camp".

      Pour finir, je précise que je suis très heureuse que tu interviennes ici, même (surtout) si nous ne sommes pas d'accord. Ton point de vue enrichit la discussion et permet de réfléchir aux motivations et aux désaccords des uns et des autres.
      Si tout le monde navigue dans le même sens, on n'avance pas.

      Supprimer
    6. @ Lecanasson, nous y voilà. Si l'état commence à juger les gens qui ne pensent pas comme lui, on glisse vers de sombres horizons.
      D'autre part, je conçoit que les juges aient envie de travailler tranquilles, sans être surveillés par un quelconque bureau politique, mais quand ils déconnent sévèrement, aucun système de réelle sanction n'existe. Ils restent à leur poste et continuent à officier. Exemple, le juge Burgot. Bien sûr, Madame Dutartre n'en est pas là, mais son excessive sévérité devrait tout de même être examinée par une instance de contrôle.

      Supprimer
    7. @ Tchetnik, "Oui, je suis d'accord les règles existent.
      Et dans un État dit "de droit" on n'est pas censé emprisonner personne pour des raisons d'opinion, quand en plus on relache dans la nature des gens dont la culpabilité dans des crimes bien plus lourds a été largement établie."
      En effet, c'est bien là le problème. Absolument d'accord.

      Attention toutefois à ne pas nous laisser aller à l'enthousiasme. Nous n'en sommes pas encore au stade des "pires méthodes". Que Fred soit un "rouge" ou pas m'importe peu, pourvu qu'il exprime son avis sans vomir des crapauds. Or il est parfaitement correct et sa présence ici un peu seul contre tous, témoigne d'un certain courage. En outre, son opinion m'intéresse.

      Supprimer
    8. Je suis bien d'accord ce à condition que les arguments présentés soient honnêtes et pas du ressort du double standard.

      Je trouve de plus assez étonnant que des gars qui passent leur temps à villepender "la loi de l'ordre bourgeois" se mettent à se réclamer de ladite loi quand ledit ordre bourgeois honni se met de leur côté (ce qui est en général le cas).

      Autant je suis prêt à défendre les makhnovtsi contre les calomnies dont ils sont victimes, de la part des blancs comme des rouges, autant je n'accepte pas les arguments hypocrites et mensongers.

      Supprimer
  7. Quand je pense que je me disais qu'il n'avait pas eu de chance Guillon, d'avoir été viré pour avoir parlé de DSK, juste avant le scandale Nafissatou ^^

    Là, il donne toute sa mesure de salopard de compète.

    Quelles ordures...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et là, lamouette, je parie mes boutons de culotte qu'il ne sera pas viré. Tenu?

      Supprimer
    2. Lo
      je ne peux pas parier contre toi puisque je suis d'accord !

      Supprimer
  8. Je me permet de rappeler que lors du procès des nazis à Nuremberg, leur défense avait été qu'ils n'avait fait qu'obéir aux ordres... Comme les policiers et juges actuellement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour denis57!
      Cette réflexion m'est aussi venue à l'esprit.
      Si ce n'est qu'aujourd'hui, ce sont les policiers qui se réfugient derrière cette ligne de défense. Je ne crois pas qu'un juge ait encore eu à se justifier de quoi que ce soit.

      Supprimer
    2. Et la défense des Alliés a été de dire qu'ils étaient au courant de rien...

      Supprimer
    3. Vous désirez bien rigoler ? Aller ! Juste pour la formre :

      Article 21 du Tribunal Militaire International de Nuremberg

      Le Tribunal n’exigera pas que soit rapportée la preuve de faits de notoriété publique, mais les tiendra pour acquis.
      Il considèrera également comme preuves authentiques les documents et rapports officiels des Gouvernements
      des Nations Unies, y compris ceux dressés par les Commissions établies dans les divers pays alliés pour les enquêtes
      sur les crimes de guerre ainsi que les procès verbaux des audiences et les décisions des tribunaux militaires ou
      autres tribunaux de l’une quelconque des Nations Unies.

      Supprimer

Vos commentaires sont les étoiles scintillantes de ma galaxie. Si toutefois des météorites menaçaient de fracasser ce modeste espace de parole, je me réserve le droit de les renvoyer dans les étendues glacées de la blogosphère. Moi, Io, ne saurait être tenue pour responsable de leur composition ni de leur destin